Skip to content
Slider

Rain Man

« Rain Man » est avant tout une merveilleuse histoire entre deux frères, Charlie et Raymond, qui ne se connaissent pas. En allant à la rencontre (forcée) de l’autre, ils vont découvrir des sentiments qu’ils ignoraient jusque là.


Charlie, joué par Tom Cruise, est un jeune coq en patte californien antipathique et méprisant. Au début du film, il apprend qu’il a été déshérité par son richissime (et défunt) paternel. Il découvre aussi  l’existence de son grand frère autiste, Raymond, qui lui hérite de la fortune de papa. Mais Raymond n’a pas la moindre conscience de l’argent, ni d’aucune autre sophistication sociale. Dans sa grande magnanimité, Charlie va demander la garde de son frère chéri, et bien sûr la gestion de sa fortune. S’ensuit un road trip à travers les Etats-Unis, métaphore du chemin que parcourent les deux frères l’un vers l’autre. Ce voyage initiatique entre deux êtres a priori incapables de partager ou d’aimer est fait d’incompréhensions, de souvenirs, d’exaspération, de découvertes, d’aventures et finalement d’une affection profonde et sincère. Le tournant de leur relation est sans doute la nuit au casino : après avoir gagné des milliers de dollars, Charlie apprend à son frère à danser. Imaginez deux hommes que tout oppose seuls au milieu d’une immense suite avec vue sur Las Vegas, en train de dancer un slow, dans les bras l’un de l’autre, alors qu’ils ne se connaissaient pas quelques jours plus tôt…
Rain Man est avant tout une quête d’humanité,  sans que l’on puisse dire lequel des deux frères en a appris le plus à l’autre et sur les autres.
Et non, dans ce film, on n’a pas seulement le plaisir de voir Tom Cruise avec 25 ans de moins. Incroyable n’est-ce pas ?

Si l’histoire ne vous convainc pas, voici une autre raison de voir ce film : Dustin Hoffman. Il joue un autiste, rôle assez difficile à tenir sans tomber dans la caricature ou la pâle immitation. Mais le jeu d’Hoffman est si juste qu’on en oublie complètement l’acteur pour ne plus voir que le personnage, Raymond. Un rôle d’une intensité et d’une profondeur incroyable qui méritait bien un Oscar.

Enfin, si vous n’êtes ni sentimental ni artiste, vous pouvez toujours redécouvrir les années 80’s à travers ce film. Rain Man est un feu d’artifice du kitch : la mode, incroyable mais vraie,  qui consiste à mélanger les styles et les couleurs; la musique et les coupes de cheveux façon flash dance, les voitures carrées, les bars miteux, et surtout  les vieux téléphones et les télés (portables s’il vous plait) ! Ah les années 1980 ! Génèse de notre modernité ! Vous nous semblez si proches, et pourtant si loin…

France Mérimée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *