Skip to content
Slider

Family of the Year

Family of the Year, c’est tout d’abord un voyage. Imaginez vous à bord d’un Van ronflant, repeint avec des fleurs multicolores. Pendant que vous conduisez face au soleil couchant, les fenêtres ouvertes laissant  l’air chaud caresser votre peau hâlée, votre frère plaque joyeusement quelques accords sur sa vieille guitare, et votre amoureuse, décoiffée par le vent, fredonne un air connu. Family of the Year, c’est aussi de l’amour, de la solidarité, un cousin rigolo, une sœur chiante, bref, une joyeuse famille où chacun a sa place.  Pensez à ces grands  rassemblements musicaux et fraternels dans les années 1960, où les jeunes se réunissaient pour chanter , danser, fumer, s’aimer. Family of the Year, ce sont les fruits de ce que la musique pop et folk a semé depuis les Hippies jusqu’aux Klaxons, en passant par Simon and Garfunkel et les Turtles. La fraîcheur, l’harmonie, parfois la naïveté mais jamais l’immaturité.

 

Tout commence à Boston en automne 2008 où trois copains d’enfance, Joseph, Sebastian et James décident d’allier guitare, batterie et synthé au sein d’un groupe nommé « The Billionaires » , qui rencontre un succès encourageant sur les scènes locales.  Ils sont rejoints par les pianistes et chanteuses Christina et Meredith peu après, et déménagent pour la Californie, où le foisonnement des  courants artistiques indépendants  les influence et les stimule. Ainsi, se rebaptisant Family of the Year, ils sortent en 2009 leur premier EP « Where is the sun ? » , aux mélodies fraîches et  bucoliques accrochant immanquablement l’oreille, et qui leur vaut de participer à de nombreux festivals.  Après une tournée nationale et quelques morceaux de plus, l’aventure se prolonge pour notre plus grand plaisir avec l’album Our Songbook, qui leur vaut l’appellation de « Mamas and Papas sous acide » par le groupe Aerosmith.

 

Plus mature, plus travaillé, Our Songbook nous subjugue par sa richesse musicale, teintée de chœurs chaleureux et de mélodies entraînantes dignes des Beach Boys, de Fleetwood Mac, auxquelles s’y rajoutent quelques incursions électro façon  MGMT. Dès les premières notes, Family of the Year jongle avec talent et aisance entre les différents styles,  entre comptines folk  joyeuses et conviviales comme chantées autour d’un feu de camp ; et mélodies plus aériennes et mélancoliques, touchant à du Belle and Sebastian mais jamais lassantes. Au fil des morceaux, on est envouté par le mélange subtil des voix féminines et masculines, les explosions mélodiques allègres (Chugjug)  , les virées électro-pop énergiques ( Treehouse) et les rythmiques chaloupées (Stairs, The Princess and the Bea) , le tout saupoudré par une bonne dose de sourires et un léger grain de folie.  Ecouter Our Songbook, c’est moelleux, doux et parfois un peu acide, c’est croquer dans un muffin aux fruits rouges qui sort du four, c’est s’allonger dans l’herbe et laisser ses pensées vagabonder.  C’est remettre les vieux pulls de laine aux motifs de cerfs, c’est respirer l’odeur de la terre après la pluie. Leurs hymnes balaient un large spectre d’émotions, tout en conservant une fluidité et une cohérence délicate. Surprises, émotions et sensations seront au rendez vous ce Jeudi 10 février à la Péniche !

La Péniche, Avenue Cuvier (en face du Square Daubenton)  19h, 10euros

En découvrir plus :

  • http://www.deezer.com/fr/?incr=1#music/family-of-the-year

pour commencer tout doux, je vous conseille Stairs, Charlie Song , Psyche or Like Scope.

  • http://www.youtube.com/watch?v=RCb088UsAWI

clip bien mignon, à la limite du niais, mais toujours agréable entre deux cours d’amphi.

Cécile Gendreau, 1A FIFB

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *