Skip to content

Carnet de FIFB - Un semestre au Kent

Aurore Courtes · 14 décembre 2018

Espagne: 40 ans après, l’heure n’est plus au dialogue

César Casino-Capian · 13 décembre 2018

Marion Crépin y Léa Martinet Jannin ·
11 décembre 2018

Arrow
Arrow
PlayPause
Slider

Rendez-vous en terrain connu – Arras

Aujourd’hui, Voyage en terrain connu vous emmène à Arras, capitale du Pas-de-Calais. Le Pas-de-Calais est un peu au Nord ce que la Belgique est à la France, le voisin sympa qu’on aime bien charrier, de l’amour un peu vache. Alors faisant fi de tout un patrimoine nourri à la Ch’ti et à une vraie identité départementale du Nord, youpla boum, direction Arras.

Pour le Palien qui ne serait pas motorisé, ou qui aime le train (personne n’est parfait), il suffit de sauter dans un TER à la gare Lille Flandres, sans surprise, direction Arras.

Pourquoi aller à Arras ?

La ville est très jolie, l’architecture ressemble assez aux villes belges, ou dans une certaine mesure, à Lille. Beaucoup de choses à dire sur Arras, mais restons concentrés sur le centre-ville. Deux grandes places, la place des Héros et la Grand Place. Plusieurs monuments à visiter, le Beffroi, la Cathédrale Saint Vaast, l’Eglise Saint Jean-Baptiste. Et surtout pour les Boves, un jeu de galeries impressionnant qui traverse la Place des Héros, mais j’y reviens.

La Place des Héros:

Le Beffroi / Hôtel de ville / Office du tourisme, situé à l’extrémité de la Place des Héros, inauguré le 21 août 1932 :

Arras et la Première Guerre mondiale.

Pour les férus d’Histoire, Arras c’est l’illustration parfaite d’une histoire locale particulière qui s’inscrit dans la grande, entendez la ville s’est littéralement fait laminer la façade pendant la Première Guerre mondiale. Et quand je dis laminé, je dis laminé. Les façades telles que prises en photos ici, sont en faite des reproductions, faites d’après photos, après la Première Guerre mondiale. D’où l’Hôtel de ville qui n’a que 80 ans. MAIS, telle l’irréductible gauloise qu’elle est, UNE maison a survécu à la destruction du centre ville d’Arras, cette bien belle maison rouge au toit si caractéristique, située Grand Place. Si ma mémoire est bonne, elle date du XVe siècle.

Sous les pavés, les Boves.

L’originalité d’Arras se situe dans son histoire, et dans son architecture. La place des Héros est située de manière très commode sur une ancienne carrière de craie. Fermée il y a fort fort longtemps, les galeries creusées sur trois niveaux demeurent, les Boves. L’Hôtel de Ville en propose des visites guidées, 2,90€ l’entrée en tarif étudiant, on les parcourt pendant 40 minutes (prévoir un gilet, il fait 12° en bas). Chaque maison de la place avait avant un accès à ces souterrains, les commerces y stockaient du vin ou d’autres marchandises. Les labyrinthes ont été néanmoins murés assez récemment, pour cause de vols trop nombreux, puisqu’une fois rentré, on avait accès à tout le réseau. Alors non, faut pas être claustro, (j’ai loué mon 1.50m les bras levés plus d’une fois, mais non, les grands n’ont pas de soucis à se faire, ça passe largement) mais ce dédale de pierre est superbe. Une vraie bonne surprise donc.

Source : Wikipedia.

Quand les carrières du centre ville ont été fermées, on en a rouvert d’autres un peu plus en périphérie. Anecdotique ? Que nenni ma bonne dame. Quand les Allemands ont encore envahi en 1914, (Ouais, après avoir goûté aux délices du Nord Pas de Calais en 1870, ils ont voulu revenir) le Front s’est rapidement fixé à quelques kilomètres d’Arras. Les Britanniques notamment ont donc réinvesti les Boves, aménageant une ville sous la ville, avec cuisine, infirmerie  … et creusant d’autres galeries pour relier les Boves du centre ville et les galeries de la seconde carrière, située presque immédiatement au niveau des tranchées Allemandes (sans que les Allemands le sachent mouhahahaha). Place hautement stratégique donc quand l’heure de l’attaque est venue, vers 1917. Et comme ceux sont principalement les Britanniques du Commonwealth qui étaient là, les carrières ont été rebaptisées. Aujourd’hui, vous pouvez par exemple aller visiter la carrière Wellington, près de la Gare d’Arras.

Point Gastronomique, mythe de la ville.

Arras, que l’on prononce Arrasse en passant, a longtemps été prononcé Arra. Les Parisiens, toujours bidonnants ces gens là, ont donc baptisé les Arrageois, les Rats. D’où une petite spécialité bien sympatoche, les rats en chocolats, en vente dans toutes les bonnes chocolateries/boulangeries des  2 grandes places. Et ils sont vraiment bons, à s’en taper le cul par terre.

Lien utile : Office du tourisme.

 

  1. dudu79 dudu79

    Bravo et félicitations Clo, je te mets 20 bien sûr!
    Tu sais que mon coeur vibre quand je vois et j’entends parler d’ARRAS!
    Pour les avoir arpenter nombre de fois; j’aime ces places et leurs pavés!
    Je te souhaite de bonnes vacances auprès des tiens et merci pour le plaisir que j’ai eu à lire ton reportage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *