Skip to content

Les rédactrices en chef 2018 - 2019

Matthieu Slisse et Iloé Fétré - 7 mai 2019

Matthieu Slisse • 06 mai 2019

Matinée d’échanges à Sciences Po Lille – « À travail égal, salaire égal » ?

Valentine Le Lourec · 2 mai 2019

Comité de mobilisation pour le Climat de Sciences Po Lille - 1er mai 2019

previous arrow
next arrow
PlayPause
Slider

Elections au C.A., entretien avec Geoffrey Delepierre, de la liste Les Affranchis.

Vendredi 23 novembre, l’Apostrophe, toujours fidèle au poste, rencontrait Geoffrey Delepierre, 2A, et tête de la liste les Affranchis.

Les propositions de la liste des Affranchis sont nombreuses, on pourrait les résumer en disant qu’il faut mettre les ressources de l’IEP au service des étudiants, et faire de Sciences Po, un moyen, un tremplin vers un avenir, plutôt qu’une fin.

Des ressources financières allouées en faveur des étudiants.

Geoffrey, présent au C.A. l’année dernière, a voté en faveur de la réforme des frais d’inscription. Il se présente ainsi comme le seul, avec Pierre Mathiot, à avoir défendu que le plafond maximum reste acceptable, c’est-à-dire pas trop élevé. Le seuil prévu à l’origine était ainsi plus important que celui finalement adopté. Geoffrey d’expliquer qu’il est « juste que les plus favorisés paient plus », mais qu’en revanche, nous sommes dans une « grande école publique ». Quant à parler d’une réforme future, Geoffrey dénonce un « effet de manche » avant les élections, et appelle ainsi à attendre la mise en place effective de la réforme et en étudier les effets avant d’envisager des changements.

Geoffrey rappelle aussi que la dotation de l’Etat pour l’IEP est très faible, et ce depuis l’origine; nous sommes « des enfants de la crise ». En décembre dernier, le vote du budget est refusé, permettant ainsi d’obtenir deux postes d’enseignant supplémentaires. Ici, la rationalisation des frais permettrait par exemple de donner plus de fonds à la Commission de Vie Etudiante, afin d’aider les étudiants « au cas par cas ».

Les fonds doivent aussi être utilisés pour Geoffrey à développer le programme de démocratisation de l’IEP. Le PEI ou IGER permettraient ainsi d’envoyer un signal aux lycéens, que Sciences Po est accessible.

Le but de la liste est également d’assurer une « meilleure vie quotidienne avant le déménagement ». Un exemple ? davantage de micro-ondes au foyer, multiplier les prises dan les salles, et améliorer le Wi Fi, continuer de « renouveler le parc informatique », développer les « espaces de convivialité ». En ce qui concerne le déménagement, les Affranchis sont pour l’instauration « d’un livre blanc », en d’autres termes, une consultation des étudiants.

L’IEP, « un moyen plutôt qu’une fin ».

Il est important de préparer l’après IEP, les concours, les métiers futurs. Pour Geoffrey, « l’engagement associatif assure coexistence et cohésion ». Il doit donc être encouragé et récompensé. D’une part, il faudrait assurer « une formation » aux membres des associations de l’IEP, il me donne l’exemple du trésorier d’une association; ce ne sont pas des compétences qui s’inventent. Dans une logique de professionnalisation, les Affranchis souhaiteraient proposer d’attribuer des crédits ECTS, pour la participation aux associations mais également pour les stages, afin de « rétablir la connexion avec la pratique ». Concernant les associations, il faut « récompenser les initiatives », et de Geoffrey de rappeler que les étudiants de Sciences Po Lille sont « généreux », pour preuve, le succès de « SIFE et de l’Aumônerie ».

Je demande alors si le fait d’encourager les stages n’est pas en défaveur des étudiants qui doivent travailler pendant les vacances ou qui n’ont pas un carnet de relation très étoffés, Geoffrey propose « la création d’un pôle des stages », avec des personnes chargées de prospecter dans les entreprises, mais aussi dans l’Administration. Aux yeux des Affranchis, il faudrait également développer des relations plus approfondies qu’un simple « catalogue » avec les Anciens, en organisant par exemple des rencontres, des forums.

            Concernant la maquette, plusieurs propositions, par exemple développer des partenariats, permettre aux étudiants des doubles diplômes avec Lille 2. Quand je soumets l’idée que les relations avec Lille 2 ne sont pas au beau fixe, Geoffrey répond qu’il faut créer « les conditions de la reconquête ». La 3A devrait pour les Affranchis être plus flexible, pouvoir par exemple avoir un semestre d’université et un semestre de stage pour ceux qui le souhaitent ; et également permettre d’avoir un premier diplôme à Bac+3, proposition souvent émise, jamais réalisée à l’IEP, mais « Sciences Po Paris l’a fait ».

La question de la fin : c’est qui le meilleur, Lucky Luke, James Bond, ou Pierre Mathiot ? Lucky Luke.

L’ensemble des propositions de la liste des Affranchis pour les élections au C.A. est disponible dans le hall et sur internet : https://www.facebook.com/pages/Le-29-Novembre-Je-vote-Je-maffranchis/366383070116808.

Pour rappel, les élections ont lieu le jeudi 29 novembre, en B4.15.

  1. L’achat de micro-ondes c’est pas le genre de choses qui se décide au C.A.
    Le pôle des stages = une promesse facile dans la mesure où c’est déjà quelque chose d’acté
    Renouveler le parc informatique = augmenter encore les dépenses inutiles !
    Beau programme.
    Et surtout : c’est impressionant de ne rien voir sur la réforme des masters, ou d’autres sujets importants. Ce qui peut s’expliquer par l’absence de participation constructive au travail des différentes commissions, AG, consultations interlistes etc…

  2. Etienne Perrin Etienne Perrin

    Il faut vraiment se dire les choses.

    Rapport aux frais de scolarité être en faveur d’un plafond clairement abaissé, typiquement à hauteur de 2 500€, signifie de facto préserver les plus riches – redisons ici que ledit plafond concerne les foyers très aisés. Quelle que soit la « pureté » de l’intention initiale – être attaché à la dimension intrinsèquement publique de notre école (même si dès lors à part une fine différence de degré rien ne sépare un échelonnement allant jusqu’à 2 500€ d’un échelonnement s’étendant jusqu’à 3 200…), quitte à la laisser péricliter à petit feu, ou s’en servir pour, peut-être, recouvrir des velléités davantage « claires-obscures » -, elle n’est pas tenable, sauf à vouloir que l’IEP s’embourbe à budget constant. En effet, avec un dernier palier à 2 500€ on ne voit plus très bien comment pourraient être levés un tant soit peu quelques fonds, alors que Sciences Po Lille en a à ce point cruellement besoin. Cette proposition, même si formulée en demi-teinte – pour l’instant on ne touche à rien, on voit ce que ça donne et éventuellement si les conditions s’y prêtent on revient sur l’architecture de la réforme etc. -, apparaît prendre ses aises avec l’éthique de responsabilité…

    Par conséquent, si pour l’heure la position des Affranchis-de-tout-sauf-du-Met est « wait and see », votez Adroit(e) c’est voter pour qu’à la première occasion le dernier palier des frais de scolarité soit résolument rabattu.

    Amicalement vôtre

  3. el_locos el_locos

    Bande de baltringues

  4. radouane radouane

    Etienne calme-toi sur les jeux de mots vaseux qui transpirent l’autosatisfaction. Ensuite tu pourras lever le pied sur les procès d’intention (tout ton commentaire repose sur une idée que tu reconnais toi-même n’apparaître qu’en demi-teinte) et t’interroger sur la subtilité d’un argumentaire qui part en guerre contre “les plus riches” dès la deuxième ligne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *