Skip to content

Tribune d'étudiants • 15 janvier 2018

Tribune d'étudiants • 22 décembre 2017

Nina Simone, icône de la promotion 2021

Joséphine Boone • 19 décembre 2017

Arrow
Arrow
PlayPause
Slider

Journée d’élections à l’IEP

A l’heure où j’écris ces mots, les bureaux de vote (CA et CROUS) viennent de fermer en B4.15. La participation, pour le Conseil d’Administration, est de 560 votants, tout rond, soit 80 votants de moins que l’année précédente.

Le dépouillement est en cours, l’Apostrophe vous communiquera les résultats dès que possible.

MAJ.

– 4 sièges pour la liste Déclic !

– 2 sièges reviennent à la liste Solidaires et Autogestionnaires – SUD (110 voix, siègeront Julien Rossi, 4A, et Tristan Haute, 4A, SUD)

– 2 sièges pour la liste Affranchis -Mét-UNI (108 voix)

– 1 siège pour le syndicat UNEF

Tout au long de la journée, nos rédacteurs ont parcouru le champs de bataille qu’est devenu notre IEP, en fouinant un peu partout, avec des résultats assez surprenant parfois.

La campagne s’est déroulée dans un climat global de respect mutuel, les têtes de liste de Déclic ! et de Solidaires et Autogestionnaire témoignant notamment à notre micro fictif de leur satisfaction quant à la qualité du débat d’idée, et la capacité remarquable à ne pas s’assommer dans les couloirs à coup de barre de fer.

Les grands thèmes clivants de la campagne étaient notamment :

les frais d’inscriptions : Déclic ! militant pour une « hausse de la hausse pour les plus aisés« , S&A pour « un gel des frais et un retour au statu quo antes ainsi que l’établissement d’un vrai rapport de force avec l’État pour une revalorisation de la dotation avant toute augmentation des frais« . l’UNEF exigeant « la gratuité scolaire généralisée« .

la réforme des masters : Essentiellement portée par la liste S&A qui témoignait de l’exaspération de nombreux étudiants devant l’offre en master, et exigeait notamment une « consultation des étudiants« , la « suppresion de la clause d’exclusivité lors du concours ESJ » et l’arrêt de « l’absurde destruction de nos meilleurs masters : journalisme, recherche et europe« , Déclic ! demandant la revoyure des masters. Les Affranchis avait un message essentiellement tourné vers les premières années (à l’opposé de la liste S&A, peut-être plus axée vers les 4 et 5ème années).

– des nouveaux micro-ondes. 

Le reste des questions étant globalement plus consensuelles, la majorité des listes inclinant à souhaiter une réforme de l’apprentissage des langues, une réelle licence 3 au terme de l’année correspondante (doublement difficile du fait de la loi ainsi que de la politique même de l’IEP), une consultation des étudiants à des degrés divers (d’impliqués dans tous les processus de décision pour S&A à consultés pour les Affranchis), avec quelques petites unités uniques propres à chaque liste, comme l’Informatique Libre pour S&A, des panneaux d’affichage plus grand et la BNP a tous les étages pour les Affranchis, la compensation écologique des tracts pour Déclic ! et les décisions du bureau national pour l’UNEF.

A ce propos, l’Apostrophe s’attriste d’avoir du constater que c’est l’UNEF qui s’est distinguée  aujourd’hui, mais dans le mauvais sens, malheureusement. Les journalistes de l’Apostrophe se sont étonné de voir apparaitre le tout dernier jours de mystérieuses étudiantes originaires de l’IEP de Paris qui tentèrent de nous expliquer qu’elles connaissaient mieux notre propre établissement que nous. L’une d’entre elle, « membre du bureau national » si l’on en croit sa joie auto-promotrice, s’est particulièrement fait remarquer par sa classe en insultant vertement toute personne qui croisait son chemin sans professer une adulation immédiate pour l’UNEF. Y compris les journalistes de l’Apostrophe. Démocratie, amour de la presse libre, bref, on s’est bien marré. Il est dommage seulement que le principal syndicat étudiant au niveau national persiste à employer ce genre de méthodes mafieuses qui ne contribuent ni à le grandir ni à le rendre populaire. La sanction a été exemplaire ; l’UNEF atteignant un niveau historique de désintérêt parmi la population palienne.

Solidaires et Autogestionnaires, en dépit d’une réputation assez effrayante pour les étudiants lillois de gauchistes éperdus ont visiblement profité à plein du désamour entre l’UNEF et les paliens, puisqu’ils passent d’un à deux élus au Conseil d’Administration. Une performance qu’il convient de saluer ; l’UNEF disposant encore à l’IEP d’un réservoir solide d’électeurs « passifs », non militants, qui se refusent à donner leur voix à un collectif s’affichant comme plus à gauche.

Surprenante performance du Mét-UNI via les Affranchis, qui ne semblaient pas devoir recueillir un nombre important de voix. Ils seront désormais deux à porter haut et fort la voix de la révolution conservatrice au Conseil. La première année plus à droite que d’ordinaire ainsi que « le monopole du verbe de droite » aura sans doute permis cet exploit inédit dans l’histoire de notre IEP.

Enfin, Déclic !, grand vainqueur, capitalise sur sa posture centriste « corpo-palienne de rassemblement » pour augmenter d’un siège sa présence au Conseil d’Administration. Il remporte probablement l’un des sièges de la défunte liste « Atelier9 » en se recentrant vers un discours de centre-gauche.

Bravo à tous les électeurs qui ont fait par leur vote progresser le droit des étudiants à décider de leur propre destin, et bravo aux listes qui font toutes figurer au moins un de leurs représentants au Conseil d’Administration.

La rédac. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *