Skip to content
Slider

Interview de l’artiste Mister P, le créateur des De Gaulle.

Tout lillois un tant soi peu observateur est déjà passé devant un collage de Mongénéral avec son képi. On peut en voir presque partout dans Lille et ses environs. L’interview a été réalisé début novembre. Il s’agissait pour lui de la première interview filmée et on sentait rapidement qu’il n’était pas encore habitué à parler devant l’appareil photo-caméra.

L’homme de 25 ans a commencé tôt dans le milieu en passant par tous les stades du street art : d’abord en utilisant des marqueurs puis en réalisant des graffiti et des fresque dans des friches industriels. Mais à force de se faire choper, il a finalement opté pour un autre medium : le collage.

« Pourquoi De Gaulle et pas Martine Aubry ? 

-Je ne sais pas. J’ai choisi De Gaulle parce que c’est le personnage lillois le plus reconnu. Pour Martine Aubry, je pense que ça parle qu’aux lillois et pas plus loin ».

Contrairement à ce que l’on peut croire, il n’y a aucune connotation politique dans ce choix puisque le personnage est simplement une «icône pour les lillois » : « Il y a beaucoup de personnes que ça touche, chez qui ça plait ou pas ». On trouve ses productions un peu partout mais «  je préfère le centre et surtout le vieux Lille »[…] C’est souvent tous les mercredi que je viens et je colle 3-4 affiches et des petites têtes en hauteur, une fois par semaine en ce moment ». S’agit il d’une stratégie d’invasion comme Space Invader, un artiste qui produit des aliens en forme de mosaïques ?  « Je suis encore dans Lille, on va dire que c’est une petite invasion ». Cependant, il colle ses productions aussi en dehors de Lille : « Je compte mettre Lille en stand by et aller coller dans les capitales ». C’est chose faite depuis avec Paris à la mi-novembre.

http://www.youtube.com/watch?v=-Cd6Z4TBrc8&list=HL1354586223&feature=mh_lolz

Il n’est pas forcément tout seul, loin de là : Mister P collabore avec d’autres artistes. Il envoyait autrefois des stikers à des artistes étrangers qui les renvoyaient customisés. En ce qui concerne les De Gaulle, il fait customiser les chapeaux par des artistes de la région, voire de Bruxelles :  « après on les colle ensemble dans la rue ».  Qu’en est-il de sa vision du street art ? « Pour moi le street art, c’est un jeu, après il y en a qui prennent ça au sérieux. Mais pour moi ça reste un jeu : coller, passer quelques messages ». Les messages qu’il mentionne sont des élément de la vie quotidienne qui l’ont marqué comme  « le prix de l’essence ».

“Percer dans le milieu du street art

Sa démarche est-elle une quête de reconnaissance artistique ? S’il s’agit pour lui de rechercher la satisfaction d’être vu ou  d’être remarqué, par le plus de passants, cela reste malgré tout insuffisant. L’idéal, serait d’être approché par un galeriste et d’exposer dans une galerie : passer de la rue à une forme plus institutionnalisée, quitte à changer de médium : la toile remplace le mur. C’est pour cette raison qu’il cherche à s’exporter au delà de Lille et qu’il utilise d’autres méthodes comme la sérigraphie et d’autres personnages comme des supers-héros moustachus.

http://www.youtube.com/watch?v=LjNUUrv675I&feature=plcp

A la fin de l’interview, on a l’étrange impression que le street art est un art accessible à tout le monde : n’importe qui peut devenir célèbre ou être reconnu à l’échelle locale avec un pot de colle et un morceau de carton en plastique. Les matériaux utilisés sont assez rudimentaires : un pochoir, un carton ou une nappe et quelques bombes. Seule une canne aimantée fabriquée par ses propres soins lui permettant d’accrocher ses productions en hauteur a demandé un peu d’astuces et de pratique. L’instrument est très pratique : en plus de lui permettre d’être vues par plus de passants, les productions sont plus difficilement enlevées. On a tout de même vu un De Gaulle déchiré : la personne, en s’agrippant à la gouttière, a voulu le décrocher. C’était sans compter la résistance de la colle… signe que ses De Gaulle s’arrachent ?

 Tom Joad.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *