Skip to content

Anne Tollinchi • 22 janvier 2018

Tribune d'étudiants • 15 janvier 2018

Alice Galopin • 11 janvier 2018

Arrow
Arrow
PlayPause
Slider

Rendez-vous en terrain connu : Cambrai

Que ce jour reste gravé dans vos mémoires comme le jour où j’ai failli aller à Cambrai et donc le jour vous faillîtes avoir un tout bel article sur cette ville.

Pour ce deuxième volet d’ « en terrain connu », point de Pas de Calais, mais bien le Nord. Voire les confins du Nord, donc presque le Pas de Calais, presque la Picardie. 1 heure 15 de Lille, peu de trains.

Aujourd’hui donc, rendez vous à Cambrai, et bien sûr, ce qui devait arriver arriva: grève Sncf. Un TER sur 3, quand il n’y en a justement que trois normalement …. Bienvenue donc, dans une innovation, un reportage inédit qu’inaugure l’Apostrophe aujourd’hui, le non-reportage, qui relate la non-visite de la ville. Un peu comme le non-anniversaire. De là à parler de chapelière folle, je ne vous permets pas.

On ne mentionnera pas le fait que lors de mon premier passage à Cambrai il y a une dizaine de jours, la Motivation, cette sale fourbe, m’a lâchement abandonnée. Alors qu’honnêtement, j’avais prévu une bien belle après-midi. Mais, le froid glacial, le manque de sommeil, le froid glacial et le froid glacial ont eu raison de la motivation de votre humble serviteur. On remarquera l’absence de pluie.  Il manquait que ça.

Alors bienvenue dans une visite fictive de Cambrai. Ni testée, ni approuvée, la visite du futur, qui prendra surtout la forme d’un magnifique photo-reportage.

L'Hôtel de ville
L’Hôtel de ville
CIMG3623
La place de l’hôtel de ville.

CIMG3633

CIMG3634
Office du tourisme.
CIMG3635
Le Beffroi.
CIMG3631
Grand séminaire.

CIMG3646

Sinon, un peu de sérieux, que faire à Cambrai ?

Amateur de mines et de tunnels, tu as aimé les Boves ? Cambrai est faite pour toi. Régulièrement les samedi à 16h30, une visite des galeries de contremine est organisée. 5€ l’entrée, le droit d’être pris en photo avec un joli casque de chantier et surtout, la possibilité de visiter les vestiges d’une des citadelles impériales de Charles Quint. Et si vraiment ça n’était pas suffisant, il y a aussi l’ancienne carrière de pierres sous le marché couvert.

Pour ceux qui préféreraient l’art, le musée des Beaux Arts du centre ville offre un choix sympathique d’œuvre d’arts (visite gratuite pour les moins de 25 ans).

A quelques kilomètres de Cambrai, au Catteau Cambrésis, est situé le musée Mattisse, qui vaut carrément le détour.

Mais surtout, à Cambrai, il y a les Bêtises de Cambrai.

Produites à Afchain, ville voisine, passage obligé de nombreux scolaires, quand tu as 10 ans, quand les correspondants Allemands viennent et qu’il faut leur faire visiter les coins les plus pittoresques de notre belle région…. Alors pourquoi des Bêtises me demanderez vous ? C’est un peu la même histoire que le carambar ou la tarte tatin, une belle innovation comme on rêverait d’en entendre parler le lundi à 19h. C’est donc l’histoire d’un garçon qui doit faire des bonbons, qui se plante, et qui arrive à un résultat qui n’est pas si mal. L’originale, la vraie Bêtise est à la menthe. Mais histoire de s’adapter aux consommateurs, il y a également aujourd’hui les versions Violette, Pomme, Framboise et j’en passe et des meilleures. En cette période de fêtes, en prévision de votre retour prochain dans vos familles chéries, vous pouvez trouver ces petits bonbons que Grand Maman et Petit Frère adoreront dans de nombreuses boutiques lilloises, à côté de chez Morel et fils en face de l’Opéra, rue Esquermoise près de chez Arthur & Co.

Boite Ô combien vintage

Clotilde D.

  1. cockenpot Matthieu cockenpot Matthieu

    Cambrai, ville d’art et d’histoire.

    Il faut venir à Cambrai l’été pour la magnifique façade baroque de la chapelle des Jésuites.

    Il faut venir à Cambrai pour le tombeau de Fénelon et le très beau Rubens, tous deux dans l’église proche de la chapelle des Jésuites. C’est aussi son extraordinaire musée.

    On attend la suite avec des photos de la ville l’été.

    On attend une évocation de l’histoire de la ville, notamment la difficile émancipation des habitants de la tutelle des archevêques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *