Skip to content

Les rédactrices en chef 2018 - 2019

Matthieu Slisse et Iloé Fétré - 7 mai 2019

Matthieu Slisse • 06 mai 2019

Matinée d’échanges à Sciences Po Lille – « À travail égal, salaire égal » ?

Valentine Le Lourec · 2 mai 2019

Comité de mobilisation pour le Climat de Sciences Po Lille - 1er mai 2019

previous arrow
next arrow
PlayPause
Slider

ÉDITO – Merci Gégé !

Ah, ça, François Hollande peut bien le remercier, le Gégé, et surtout ses nombreux soutiens : grâce à l’éléphantesque farce de la fuite en Russie que nos médias se font un point d’honneur de récapituler à longueur de temps – citations “politiques” de Depardieu à l’appui, quand bien même l’homme est plus confit dans l’alcool qu’une poire dans un flacon d’eau-de-vie -, le président obtient à peu de frais un certificat de bouffeur de bourgeois, de sans-culotte, bref de héros populaire face aux accapareurs qui volent le pain du bon peuple.

Un comble quand à quelques jours d’intervalles, sa réformette emblématique qui fait trembler le possédant depuis l’élection – la fameuse taxation à 75%, aussi cosmétique que mal ficelée – vient de se faire rejeter comme une malpropre au Conseil Constitutionnel – ah, ah, on en connait qui regrettent 1971, Liberté d’association, CC, maintenant ! – au motif qu’elle est écrite avec les pieds d’un cul-de-jatte, et que le ministre du budget, Jérôme Cahuzac, affirme benoîtement que “la réforme fiscale ? Ah, ah, mais mon brave, elle est faite !” face à Jean-Luc Mélenchon lundi soir sur Antenne 2. Thomas Piketty, qui a rédigé le fameux programme de la réforme fiscale durant la campagne de François Hollande, doit salement faire la gueule, puisque, oh, surprise, le gouvernement a battu en retraite à plate couture sur à peu près tout, y compris, donc, la taxation des hauts revenus à 75%. Pour une fois, Françoise-Fresnoz-du-Monde n’a pas tort : c’est une gamelle idéologique que vient de se prendre le PS. A vouloir faire semblant de “faire payer les riches” sans toutefois les toucher vraiment (d’ici qu’ils se barrent dans cette grande démocratie qu’est la Russie), on se plante. Les impôts sur le revenus, c’est quand même bien mieux par foyer fiscal. Problème, ça multiplie par huit le nombre de “victimes” de l’État spoliateur. Et le François, il veut bien donner des gages de gauchisme, mais il ne faut pas trop pousser non plus. Et, diable, on le comprend ! Perdre Brigitte Bardot en plus de Yannick Noah et Patrick Sébastien, mon dieu, quelle perte… La République va-t-elle s’en remettre ? Non, c’est vrai quoi, tous ces talents brillants, exceptionnels, que le monde entier s’arrache, comme se serait terrible de se les aliéner. Comme nous sommes cruels, nous, vile bande de gauchistes mal léchés, jaloux de la réussite des autres, envieux, en somme, de demander que les gens qui ont les moyens contribuent aussi !

Quelle méchancitude, disent les défenseurs de Gégé, à droite toute. On se croirait revenu au temps des Sans-culottes ! qu’ils disent. Et d’ironiser sur ces “partageux” qui veulent prendre les richesses aux possédants, tout ça parce qu’ils ont faim, ah, les gueux, qu’ils crèvent – ou qu’ils mangent de la brioche. C’est amusant. Amusant de voir les craintes de la droite, en vérité ; il faudrait relire son Furet, mes enfants, avant de caricaturer ses opposants politiques en Sans-culottes ! Quelle ironie de voir les chroniqueurs de la droite se placer d’eux-mêmes dans la caricature quand ils accusent la “gôche manichéenne” ! Je veux bien concéder que trancher des cols et pendre à la lanterne, ça n’est pas très civilisé et que ça risque d’abîmer les Ipods, mais quand même, ça n’est pas pour rien qu’un peuple tout entier se retourne contre ses maîtres décadents et débiles pour les suspendre proprement au lampadaire le plus proche. Il faut être bien mauvais en histoire, ou se sentir bien coupable, pour se placer de soi-même dans la peau d’un fermier général. Quand on vous dit qu’ils sont pas bien adroits, quand même.

Et bien qu’ils tremblent les nantis, qu’ils flippent les possédants, qu’ils partent en Mordovie (15 000 habitants, dont 10 000 prisonniers politiques), et qu’importe la démocratie : les dictatures, c’est quand même bien mieux à 13% d’impôt ! Et voilà Jérôme Cahuzac, pour lequel la lutte des classes tient de la grosse blague 9gag et qui partage pas mal de choses avec ce bon vieux Necker (un certain tropisme pour la Suisse et ses banques, déjà) transformé en Saint-Just des implantations capillaires ! Eh ben, putain… tu m’étonne que Mon Général de Gauche, Jean-Luc Mélenchon, passe pour un modéré à coté de pareils bolchéviks ; il fait bien de la peine avec ses idées de révolution écologique, de changement de mentalités, tout ça. Le gauchisme, tu peux pas test, Jean-Luc, la vraie gauche, c’est la droite ! Et franchement, est-ce que ce n’est pas dans les “écumoires percées” qu’on fait la meilleure tambouille fiscale ?

Allez, va, tu auras beau dire, des gens prêts à se priver de Gérard Depardieu, quand même, ça peut être que des communistes enragés.

Axel Devaux. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *