Skip to content

Stranger Things saison 2 : la magie opère-t-elle toujours ?

Joséphine Coadou • 16 novembre 2017

Anne-Lyvia Tollinchi • 15 novembre 2017

Trump, un an plus tard

Gwendoline Morel • 9 novembre 2017

Arrow
Arrow
PlayPause
Slider

CA du 19 décembre 2012: une zizanie chez les élus étudiants ?

Le Conseil d’Administration venant de se terminer, Pierre Mathiot sort et donne ses premières impressions sur la réunion:  « Les débats ont été un peu bizarres puisque les élus étudiants indiquaient avoir une position commune et qu’après ils ne votaient jamais ensemble sur les textes […]. Ils ne votaient jamais de la même manière sauf sur le report du vote. C’était bizarre, c’était un CA qui annonce la fin du monde ! ». Le CA a été effectivement un relatif échec pour les étudiants : pas de report du budget et pas de position commune sur les subventions aux associations, même si une motion commune a été approuvée à l’unanimité. Le manque d’organisation, les désaccords et le désintérêt sont les principales raisons de cette discorde.  

Les enjeux du CA

Le premier enjeu – et de taille – était le report du vote de budget. Cette décision a été prise l’an dernier pour faire pression sur l’Etat afin qu’il augmente les moyens de l’IEP. Les élus s’appuyaient  notamment sur la décision des élus de Science Po Toulouse qui venaient de «refuser de voter le projet de budget 2013 à l’unanimité des membres du Conseil d’Administration ». Mais la direction et les enseignants s’y sont opposés. Le report du vote du budget a donc été logiquement rejeté malgré les 9 voix des élus étudiants.  » Sur le report, il fallait s’y attendre » explique Tristan Haute de S&A-SUD.

Le deuxième enjeu concernait le vote d’une motion commune aux 9 élus sur la refonte de la CVE qui portait sur les critères précis d’attribution des subventions et des aides sociales etc. La motion a été adoptée à l’unanimité.

Le troisième enjeu du CA était celui de la répartition des 19000€ supplémentaires issus des recettes prévisionnelles des frais d’inscription et alloués au Conseil de Vie Etudiant. Déclic ! avait la veille organisé une réunion entre listes où étaient présents en plus des quatre élus de la principale liste, deux représentants de S&A mais aucun élu de la part de l’UNEF et des Affranchis. « On pensait avoir des positions communes avant le CA parce qu’on avait envoyé des mails, on a fait des réunions, on a invité tous les élus le mardi matin pour faire une réunion pour trouver une position commune » explique Émilien Quinart de Déclic ! Cette position concernait la répartition des 19000€ entre le Fond Social Etudiant (FSE) qui recevrait 15500€ et les associations qui auraient pu percevoir le reste, c’est à dire 3500€. Mais l’accord n’engageait pas S&A-SUD qui souhaitait que ces 19000€ aillent uniquement au FSE. « Il y a eu un problème au niveau de la négociation » affirme Julien Rossi, élu de S&A-SUD. « Nous, on a considéré qu’on ne pouvait pas retirer des fonds au FSE. Dans l’accord il y a des choses biens comme retirer 500€ du BDS pour le BDE… mais étant donnés les projets qu’on avait à financer, c’est à dire 3000€ pour un voyage au ski pour 50 personnes dans un hôtel de luxe, ça ne valait pas le coup de supprimer 3000€ du fond social étudiants ». Il concède toutefois l’existence de quelques problèmes en ce qui concerne le FSE. En effet, il affirme que les fonds du FSE ne sont pas entièrement utilisés et ce que ce reste alimente la caisse de l’IEP. Il regrette également qu’il n’y ait pas assez d’étudiants au courant et insiste sur la limitation du plafond par étudiant, 1000 euros seulement.

Ainsi, lorsque Déclic ! propose d’allouer 3500€ en plus aux associations sur les 19000€ alloués au FSE,  la  liste n’est pas soutenue par tous les autres élus étudiants et la proposition n’est pas soumise au vote. Le budget est donc adopté par 19 voix Pour et 7 Contre (Déclic, S&A-Sud, Unef).

Des subventions aux associations gelées

Par rapport à l’an dernier, le montant des subventions reste très peu changé. Notons que les subventions du BDE  augmentent de 4800 à 5300€. Une augmentation risible pour le président de BDE, Romain Boyer, qui n’en démord pas « En gros, comme d’habitude, notre dossier de subventions n’a pas été lu et nos recettes que l’on attendait plus élevées ne correspondent absolument pas à nos besoins. Bref, c’est bâclé, mal fait, injustement réparti ». Pas de subventions pour l’aumônerie, les élus affirmant que cette association est cultuelle. Pas de subventions non plus pour RDT, puisque la direction tolère les impressions grâce aux imprimantes de l’établissement.

Aumônerie : 0€ à l’unanimité. BDA : 3000€ à l’unanimité. BDI: 1500€ à l’unanimité. BDE: 5300€ à l’unanimité moins une voix. BDS: 8400€ à l’unanimité moins 4 contre (dont S&A-SUD). Club du Millénaire : 1100€ à l’unanimité IES: 300€ à l’unanimité. Les Neveux de Thalie: 800€ à l’unanimité. Munwalk: 2500€, unanimité moins une voix. Rue de Trévise: 0€ à l’unanimité pour des raisons évoquées ci-dessus. SPLJC: 0€ à l’unanimité moins 4 contre (Déclic !) et 2 abstentions (Les Affranchis). SIFE: 1700€ à l’unanimité. Trait d’Union : 2000€ à l’unanimité moins 2 abstentions(S&A-Sud). Vision d’Europe: 7150€ à l’unanimité moins 7 contre (Déclic, S&A-SUD et UNEF) et 2 abstentions (Les Affranchis) tous jugeant la subvention insuffisante.

Les frais d’inscription en FIFA augmentent, passant de 1300€ 1100€ à 1600€. Le CA vote à l’unanimité moins 3 contre (Unef et S&A-Sud) et 3 abstentions (1 seul élu Déclic !, Les Affranchis).

Enfin, concernant le concours de la filière franco-britannique, Pierre Mathiot propose de renouveler le concours sous réserve d’un nombre de candidats « satisfaisant, garantissant la sélectivité du concours ». Le CA vote à l’unanimité moins 2 contre (S&A-Sud).

Colère et déception chez les élus de Déclic !

Pour résumer, explique Émilien Quinart de Déclic ! « on a eu quelques réussites , mais on a eu surtout des échecs » (sur le non-report du budget et sur l’augmentation des subventions des associations). « Nous, on voulait que le tiers de l’augmentation des frais d’inscription aille justement au FSE mais aussi aux associations». Il ajoute: « Ça fait des semaines qu’on a envoyé des mails à tous les élus, à Geoffrey notamment parce que c’est eux surtout qui ont merdé  sur le truc… Et puis le jour du CA, il n’y avait aucune discipline de vote. D’un côté comme de l’autre, on a eu des échecs alors qu’on aurait pu avoir des réussites ». Le manque d’organisation ou d’intérêt chez certains élus est patent. Notons que parmi les Affranchis, seul Geoffrey Delepierre était présent et avec lui la procuration d’Inès Benedetti. Julien Rossi de S&A-SUD concède : « on a eu des réussites, même si c’est vrai qu’à S&A il y avait probablement un couac ». Du côté de l’UNEF, son élu n’a pas répondu aux mails de Déclic ! (pas d’internet chez lui dit-il). Quant aux élus des Affranchis, ils ont seulement donné une réponse. Un peu plus tard, Etienne Perrin de Déclic !, en parlant à Tristan Haute de la liste S&A-SUD, explose : « Nos accords sont déchirés. Ça n’a absolument aucun sens, absolument aucun sens. On passe une heure et demie à négocier et derrière l’accord est flingué ». Ce à quoi l’intéressé répond que la position de S&A était définie mercredi – le jour même du CA – et que les deux représentants de la réunion de mardi avec Déclic ! n’avaient pas de mandats. L’ambiance est tendue, les élus de Déclic! menacent même de « jouer perso ».

Tom Joad. 

  1. Yvain Labrousse Yvain Labrousse

    Hmmm, d’après le compte-rendu sur le site de S&A, les frais d’inscription en FIFA étaient auparavant de 1100€ et non de 1300€ (une hausse de 500€ donc) et il y aurait un élu de Déclic ! (Flavien Noël) qui se serait abstenu sur le sujet… A corriger ?

  2. Maël Tichani Maël Tichani

    Effectivement, les frais d’inscription en FIFA était de 1100 euros (comme pour tout le monde), et un des élus de déclic a eu l’immense courage politique de s’abstenir lors du vote de la hausse. Et ladite hausse concernera tous les étudiants dont les parents sont domiciliés fiscalement en Allemagne, et pas uniquement les étudiants allemands.

    • Flavien NOEL Flavien NOEL

      Je me suis effectivement abstenu car je trouve anormal l’aléatoire total et le manque de position politique claire concernant les frais d’inscription des étudiants étrangers ou dont les parents sont déclarés fiscalement Allemagne.

      Cette hausse voulant mettre la somme à payer à la moitié du seuil maximal se veut un compromis pour que ceux qui auraient du payer plus paient un peu plus quand même (par pseudo soucis d’équité par rapport aux autres), le problème est que ceux qui auraient du payer moins paient trop.

      Le soucis est que même voter contre aurait été insatisfaisant, ce qu’il faut c’est une politique clairement définie quant à ce que doivent payer les étudiants étrangers : certains pays comme la Finlande récemment considèrent que les étrangers doivent payer plein pot car ils n’ont pas contribué par l’impôt à financer le système contrairement aux français, d’autres considèrent que c’est un atout en terme d’ouverture que d’avoir des prix abordables.

      Il y a un réel choix à faire plutôt que du rafistolage et de l’à peu près, chose qui m’a l’air d’être courante dans cette école. Une politique claire et des règles pour l’appliquer sont les seuls moyens de se préserver de l’arbitraire et de l’approximation sources d’injustice.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *