Skip to content
Slider

Au Mac Ewan’s

Soyons francs : si vous êtes un palien digne de ce nom et qu’à la mi-année, vous n’avez pas encore mis les pieds au Mac’, c’est que vous avez raté votre vie.

Adresse culte de l’alcoolisme palien, le MacEwans est idéalement situé en cas de petite (ou de grosse) soif : à quelques pas à peine de la rue de Solférino. A l’ombre de la place Sébastopol, c’est dans une ambiance chaleureuse (et embuée) qu’il vous accueillera, tout bruissant des conversations éthyliques d’une armada de consommateurs ; si le MacEwans est très rarement vide, il est cependant rare qu’il soit entièrement bondé au point de n’y pouvoir s’asseoir. L’équipe de l’Apostrophe peut ainsi témoigner, après des années de fréquentation assidue, n’avoir du rester sur le pas de la porte qu’une seule et unique fois…

Question alcool, le Mac n’a rien à prouver à personne ; question bières, toutes les valeurs sûres de la Belgique sont là, ou presque : Kwak, Chouffe, Cuvée des Trolls, Anosteke, Kriek, Castel, Karmeliet… Il y en a pour tous les goûts (mais on déplorera l’absence de la Mac Ewans, justement, absente de la carte). Pour les plus aisés, on trouvera en outre le meilleur choix (et le plus abordable) de Lille en matière de whiskies écossais. Alors, certes, le MacEwans pratique des prix légèrement plus élevés que d’autres rades paliens bien connus, tels que le Poste, le Chopp’ing, ou l’immanquable Solfé, puisque l' »indice Cuvée » est à 5,60 € la pinte contre 4,50 – 5 € dans les autres bars susnommés. Mais l’ambiance générale (et l’assurance de trouver une place) vaut assurément le petit surcoût, à fortiori si vous habitez dans le secteur : chaleureux, le MacEwans saura toujours vous faire une place entre ses murs recouverts d’une impressionnante (et alléchante) collection de bouteilles de bières du monde entier (y compris du Québec !), aux pierres apparentes et aux massives poutres de chênes. Autant dire qu’on est loin, très loin, des néons bleus d’un Solfé ou du skaï défraichi du Poste. Le niveau sonore est très acceptable, et petit plus, l’absence de télé, poste de radio ou autre permet de discuter tranquillement entre potes (ou d’emballer un minet/une minette) sans avoir à beugler par dessus les commentaires avinés de Roger et de Bébért à propos du match PSG-Lille (on est pour Lille, bien sûr).

Et ça paye : le MacEwans est au palien ce que la bière est au Lillois, un sanctuaire, un temple, un Mont du Destin. Je vous défie, petits canaillous, d’aller vous y abreuver n’importe quel soir de la semaine ou du week-end, et de ne pas y trouver au moins une ou deux têtes connues qui ont eu la même idée que vous.

Antre de l’alcoolisation palienne, le MacEwans est une valeur sûre qui s’impose forcément dès qu’il est question de se poser quelque part devant une bière. Au plaisir de vous y croiser bientôt !

Le Buveur du Grenier. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *