Skip to content

Les rédactrices en chef 2018 - 2019

Matthieu Slisse et Iloé Fétré - 7 mai 2019

Matthieu Slisse • 06 mai 2019

Matinée d’échanges à Sciences Po Lille – « À travail égal, salaire égal » ?

Valentine Le Lourec · 2 mai 2019

Comité de mobilisation pour le Climat de Sciences Po Lille - 1er mai 2019

previous arrow
next arrow
PlayPause
Slider

ÉDITO – Le parlement des fous.

Ils sont les représentants élus du peuple, ils sont donc, en partie, mes représentants, les tiens, et les dignes défenseurs de la Nation. Ils sont l’élite de cette Nation, chargés de débattre de la Loi, au nom du Peuple Souverain, sous l’égide de la Raison, des Droits de l’Homme, et des Lumières en général, pour assurer l’Intérêt Général, avec la dignité qui sied aux représentants du Peuple. Oui, dans une Démocratie avec une majuscule, telle est la mission des députés de la Nation.

Sauf si vous avez le malheur de regarder les débats de l’Assemblée Nationale. Parce qu’en France, c’est le règne du ridicule, de l’insulte, du combat de coqs et des couilles qu’on pose sur la table, des 657 rappels au règlement en une séance, de l’obstruction systématique, des 5000 amendements tous similaires. Dans quelle comédie, dans quelle folie avons-nous tous collectivement sombré du jour où l’UMP s’est lancée dans la “bataille contre le mariage pour tous” ?

Le ridicule ne tue pas, et franchement, on se prend à le regretter. Dans quel état est donc notre démocratie, pour que ce spectacle lamentable soit non seulement possible, mais en plus traîne en longueur, poursuivant son agonie – et la notre. Impossible, nerveusement parlant, de supporter plus d’une heure de direct, alors même que les débats réellement importants, eux, sont bien souvent aussi désert que le Mali. Au bout de quelques temps, on est pris de convulsions, de crises de larmes compulsives, et on fini par demander sa nationalité allemande.

Attention, ne nous trompons pas : le mariage pour tous est important – il ne fait aucun doute qu’il est nécessaire d’autoriser enfin à une partie de nos citoyens le droit de vivre comme s’ils étaient réellement des citoyens de droit -, c’est le débat qui ne l’est pas. C’est une vaste farce, un déni absolu du jeu démocratique normal, une aberration. Non seulement c’est ennuyeux et stupide à mourir, mais en plus, on prend sérieusement le citoyen pour une truffe.

Arrêtons deux secondes les postures offensées et idéologiques et le jeu du “c’est moi que je suis le plus progressiste/réactionnaire” à deux francs cinquante – personne n’y croit. Entre députés de la majorité et de l’opposition, il y a intellectuellement et socialement à peine l’espace d’un poil de barbe marxiste. Au bout d’une semaine de “débat” acharné, il serait peut-être temps de rappeler quelques détails importants et d’être honnêtes intellectuellement. Soyons honnêtes donc, l’immense majorité – je mets un bémol en ce qui concerne David Douillet et Christian Jacob, parce qu’il y a de sérieux doutes dans leur cas – des députés UMP ne sont pas des abrutis complets, ils se donnent juste beaucoup de mal pour en avoir l’air. Ils savent très bien que non seulement la loi va forcément passer, mais en plus ils sont presque tous parfaitement au courant qu’en fait, les homosexuels sont des gens comme les autres et qu’il n’y a aucune raison crédible (1) de leur interdire de se marier, voire d’adopter vu que les homosexuels ne mangent pas plus souvent leurs bébés que les hétérosexuels. D’ailleurs, je sais que ça pourra en choquer certains, mais figurez-vous que la possession d’une carte UMP ne préserve pas de la pédérastie : à droite “ils en sont” aussi. Et vous les entendez, ces François Fillon qui piaulent à la tribune, ces Hervé Mariton qui pleurent à chaudes larmes sur la fin de la “civilisation”  – rien que ça-, et qui promettent que dès lors que “les hommes, les vrais, ceux de droite” seront de retour au pouvoir, cette “loi scélérate” -point Vichy, 1- sera mâlement abrogée.

Évidemment, ça ne sera pas le cas. D’ailleurs, deux mois après le vote de la loi, personne n’en parlera plus, à part quelques types qui seront restés vraiment coincés dans le Bas-Moyen-Âge, tendance concile de Trente, comme Christine Boutin ou Christian Vanneste, lesquels ont en outre tendance à se faire rare dans l’hémicycle – ce qui est bien la preuve que l’UMP ne se gêne pas pour les prendre pour d’aimables boulets, eux aussi.

Et qu’on ne dise pas que l’Apostrophe est méchante avec l’UMP, parce qu’en vrai, nous on n’aime personne : oui, rien n’est plus déprimant que de voir Laurent Wauquiez se casser la voix sur les “rappels au règlement” toutes les six minutes, si ce n’est de voir Bruno Le Roux qui devient tout rouge de colère lorsqu’il le fait – oubliant sans doute que son propre groupe, lorsqu’il était dans l’opposition, n’était pas le dernier pour se prêter à la comédie du rappel au règlement et de l’amendement. Vous me direz, “c’est le jeu ma pauvre Lucette”. Eh bien, déjà, je ne m’appelle pas Lucette, merci, mais ce qui est le plus gênant ce n’est pas seulement le spectacle plutôt déprimant de nos représentants qui font (mal) semblant de s’écharper, mais surtout que ce faisant, c’est nous qu’ils prennent pour des cons.

Mais alors, me diras-tu, ami lecteur, comment se fait-il qu’en dépit de cette supposée intelligence bien cachée du député UMP, celui-ci continue-t-il pourtant de se comporter comme un croisement hybride entre un gamin de six ans et un singe hystérique, arc-bouté sur la défense de valeurs dont il sait pertinemment qu’elles n’ont aucun sens, et dont il ne parlera plus dès que toute ces chamailleries seront enfin finies ?

Mais par amour du spectacle, bien sûr. “Le Monde est un théâtre et chaque homme en est l’acteur“, disait fort justement ce bon Bill Shakespeare. Chaque matin, chaque soir, les caméras de la France entière sont braquées sur l’hémicycle. Pour la première fois depuis des années, des Français, des “vraies gens”, et pas seulement des journalistes ou des étudiants en sciences po, étaient vraiment connectés sur LCP, et chaque journal “de gôche” s’enorgueillit de célébrer chaque mot de notre nouvelle Jean-Sol Parte, en la personne de Christiane Taubira, Garde des Sceaux – à raison d’ailleurs, parce que ça tient de la bouffée d’air. Pourquoi tous ces Français ? Mais parce que le mariage homosexuel est un chef d’oeuvre de mobilisation efficace : d’un sujet totalement consensuel (et au programme de Nicolas Sarkozy, ce qui n’avait pas l’air de défriser Jean-François Copé à l’époque), sur lequel la majorité écrasante des Français n’avait qu’une opinion favorable, on a fait le terrain d’une guerre culturelle à l’Américaine, un truc absurde et a-démocratique au possible, où deux camps sont sortis de nulle part et ont été jetés l’un sur l’autre, et ce, à la seule fin… d’enfumer tout le bon peuple.

Ce qui se passe à l’Assemblée, c’est tout bénèf en effet. Tant pour le Parti Socialiste que pour l’UMP. Parce qu’à bien y réfléchir, les Socialistes au pouvoir ont quand même bien mis la pédale douce (haha) sur les réformes fiscales et le côté “grand soir”, “drapeau rouge”, “couteau entre les dents”, tout ça, et ont plutôt tendance à faire preuve de toute la rigueur, du consensus et de la flexibilité idéologique qui leur manquent présentement, sur les sujets sans doute beaucoup moins clivants que le Mariage pour tous, comme l’austérité, le TSCG européen, PSA, Renault, l’économie, etc. Des broutilles, après tout. LeMonde.fr ne publie jamais de sondage Iflop dessus, ce qui prouve bien que les Français s’en fichent de ça. Non, ce qui les préoccupe vraiment, c’est que les homosexuels ne puissent pas se marier, c’est évident. Et on organise ainsi un bon gros clash bien rapeux entre les Progressistes et les Conservateurs réac’, qui gagnent à peu de frais et sans aucune prise de risque réelle (à part le ridicule, mais comme on a dit, il ne tue pas) l’odeur du sang dans l’air et un peu de mâle bagarre. Et pour leurs soutiens respectifs, l’impression d’avoir voté pour une formation politique “qui les représente” et qui sait poser ses couilles sur la table, comme dirait Nadine.

Moralité : Le PS et l’UMP à l’assemblée c’est le clash Booba-La Fouine de la politique et on veut nous convaincre d’acheter le single.

Axel Devaux. 

(1) Attention ! “Dieu sera très très fâché si vous mariez les bougres” n’est pas un argument crédible, du moins à l’Assemblée Nationale, laquelle n’est pas Saint-Nicolas-du-Chardonnet : si vous regardez bien, on note de subtiles différences entre les deux bâtisses.

PS : le titre est un hommage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *