Skip to content

Stranger Things saison 2 : la magie opère-t-elle toujours ?

Joséphine Coadou • 16 novembre 2017

Anne-Lyvia Tollinchi • 15 novembre 2017

Trump, un an plus tard

Gwendoline Morel • 9 novembre 2017

Arrow
Arrow
PlayPause
Slider

France-Pays de Galles: un match à oublier…

L’an dernier, les Gallois avaient survolé le Tournoi et réalisé un grand Chelem d’anthologie, reléguant la France à la quatrième place et se vengeant ainsi de la demi-finale du Mondial 2011, que les Bleus avaient remportée d’un petit point. Les tests d’automne 2012 avaient quant à eux révélé un XV de France en grande forme alors que le XV du Poireau chutait lourdement contre l’Argentine, les Samoa et la Nouvelle-Zélande…

Capture d’écran 2013-02-10 à 19.01.05

Cette année, Gallois et Français se retrouvaient dès la deuxième journée du Tournoi. Toutes deux défaites en première journée, respectivement face à l’Irlande (30-22) et l’Italie (23-18), les deux équipes avaient à cœur de rattraper l’échec de leur début de compétition et de prouver que le Tournoi n’était pas fini pour elles. Pour cela, Philippe Saint-André avait choisi de reconduire le XV défait en Italie dans son intégralité. Seules exceptions : le remplacement du centre toulousain Florian Fritz par le Toulonnais Mathieu Bastareaud et le retour de Jocelino Suta en deuxième ligne à la place de Pascal Papé, blessé samedi dernier. Côté gallois, trois changements : le capitaine Sam Warburton, également blessé lors de la première journée du Tournoi, a laissé sa place au troisième ligne aile Justin Tipuric et son brassard au troisième ligne Ryan Jones ; le talonneur Richard Hibbard a remplacé Matthew Rees.

Les Bleus ont sombré…

Au petit jeu de « qui perdra ses deux premiers matchs du Tournoi 2013 ? », les Bleus ont brillé samedi soir. Et ce sera là la seule occasion de dire qu’ils ont brillé, au vu de la copie rendue dans un Stade de France au début enthousiaste et qui a peu à peu perdu tout son allant, à l’image des nombreux supporters sifflant leur équipe puis quittant l’enceinte avant la fin du match… 

La première mi-temps voyait les deux équipes s’entrechoquer sans réel résultat, si ce n’est les deux pénalités passées par Frédéric Michalak (14ème) et Leigh Halfpenny (17ème). Les erreurs étaient nombreuses, à l’image de ce deux-contre-un de Yoann Huget oubliant de servir Wesely Fofana lors de la seule véritable occasion française de ce début de match (22ème). Même scénario au retour des vestiaires : Halfpenny passait une pénalité sous les poteaux à la 42ème minute (6-3), imité par Michalak quelques minutes plus tard (6-6, 52ème). Les nombreux changements opérés par PSA (Trinh-Duc, puis Kayser, Debaty, Chouly, Ducalcon, Parra et enfin Taofifenua) ne changeaient rien à l’affaire : le XV de France ne parvenait pas à percer malgré les efforts de Mathieu Bastareaud, fraîchement titularisé, qui apportait toute sa puissance dans ses charges offensives et dans ses plaquages souvent destructeurs.

Mathieu Bastareaud
Mathieu Bastareaud en pleine action

Ce match totalement verrouillé ne s’enflammait qu’une seule fois : à la 71ème minute, à la conclusion d’une grosse séquence galloise, l’ailier George North réceptionnait une passe au pied de l’ouvreur Dan Biggar, peu inspiré jusqu’ici, et allait aplatir en coin, évitant de peu la ligne de touche après un plaquage de François Trinh-Duc. L’arbitre demandait l’arbitrage vidéo, accordait logiquement l’essai et Leigh Halfpenny, décidément en réussite et d’ailleurs élu homme du match, transformait pour porter le score à 13-6 en faveur du pays de Galles. La pénalité galloise de la 76ème minute finissait d’abrutir les Bleus, qui tentaient une dernière action avec une pénalité vite jouée puis une touche qui n’aboutissaient à rien.

sipa_ap21360215_000013
Essai de George North après le plaquage manqué de François Trinh-Duc
Photo : Francois Mori/AP/SIPA

Les Bleus peuvent se mordre les doigts car le Pays de Galles ne s’est pas montré éblouissant non plus sur la pelouse du Stade de France. Toutefois, à la fin, seul le résultat compte et celui-ci est sans appel : la France est pour l’instant dernière au classement du Tournoi. Une situation peu honorable que personne n’imaginait après la tournée d’automne pleine de promesses du XV de France… 

« On ne fait rêver personne »

Après le match, les joueurs français ont assumé leurs responsabilités dans cette défaite. Thierry Dusautoir a insisté sur la difficulté des Bleus à concrétiser leurs temps forts et a appelé le XV de France à « être plus tueur dans ce domaine », regrettant se retrouver « avec zéro point après deux journées ». Frédéric Michalak, plus amer, est allé jusqu’à déclarer « On a été très mauvais encore une fois, on est nuls »… Philippe Saint-André, plus mesuré mais tout aussi lucide, a estimé que le XV de France « ne fait rêver personne ». Le sélectionneur a immédiatement tenté de se projeter vers le prochain match contre l’Angleterre, le 23 février prochain: « Nous sommes très déçus, mais il va falloir savoir relever la tête (…) Il faut bosser encore et préparer un commando pour aller jouer à Twickenham ».

952211-15662430-640-220
Des Bleus dépassés et abattus…

En effet, il le faut. Et d’urgence : la Cuillère de Bois, que les Bleus ont « remportée » pour la dernière fois en… 1957, semble pour l’instant promise au XV de France. Plutôt triste quand on sait que les prévisions donnaient la France et l’Angleterre favorites avant le début du Tournoi… Espérons que la traditionnelle rivalité franco-anglaise donnera des ailes à nos Bleus pour les sortir du bourbier dans lequel ils se sont plongés…

La feuille de match

Stade de France, 9 février, 18h

Arbitre : George Clancy

Pays de Galles

Sélectionneur : Warren Gatland

XV de départ: Halfpenny ; Cuthbert, J. Davies, Roberts, North ; (o) Biggar, (m) Phillips; Tipuric, Faletau, R. Jones (cap) ; I.Evans, Coombs ; A.Jones, Hibbard, Jenkins.

Remplaçants: Owens, P. James, Mitchell, Reed, Shingler, L. Williams, Hook, Sc. Williams.

France

Sélectionneur : Philippe Saint-André

XV de départ: Huget ; Fofana, Bastareaud, Mermoz, Fall ; (o) Michalak, (m) Machenaud ; Dusautoir (cap), Picamoles, Ouedraogo ; Maestri, Suta ; Mas, Szarzewski, Forestier. 

Remplaçants: Kayser, Debaty, Ducalcon, Taofifenua, Chouly, Parra, Trinh-Duc, Fritz.

Aude Bariéty.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *