Skip to content

Stranger Things saison 2 : la magie opère-t-elle toujours ?

Joséphine Coadou • 16 novembre 2017

Anne-Lyvia Tollinchi • 15 novembre 2017

Trump, un an plus tard

Gwendoline Morel • 9 novembre 2017

Arrow
Arrow
PlayPause
Slider

Et l’Angleterre croqua le XV de France…

La traditionnelle rivalité franco-anglaise atteint généralement son paroxysme au rugby : cette année, le « crunch » promettait d’être encore plus savoureux, le XV de France et le XV de la Rose étant désignés comme les grands favoris du Tournoi 2013.

Il faut (un commando pour) sauver le soldat France

Cependant, et hélas pour le XV de France, seul le XV de la Rose a pour l’instant répondu présent. Les deux formations ont en effet suivi un parcours radicalement différent depuis le début de la compétition. L’Angleterre, victorieuse de ses deux premiers matchs (contre l’Écosse et l’Irlande), est la seule équipe du Tournoi à encore pouvoir prétendre réaliser un Grand Chelem. La France, au contraire, semble être en totale déperdition. Nettement dominés par l’Italie le 3 février (23-18), les Bleus ont également fait pâle figure face au Pays de Galles le 9 février (16-6).

Aux grands maux les grands remèdes : Philippe Saint-André, qui avait renouvelé sa confiance à tous ses joueurs pour le match contre le Pays de Galles après la défaite à Rome (à l’exception de Florian Fritz), a procédé à cinq changements pour constituer le « commando » chargé de redresser la barre à Twickenham le 23 février. Yannick Forestier, Romain Taofifenua, Damien Chouly, Fulgence Ouedradego et Maxime Mermoz ont ainsi été renvoyés dans leurs clubs respectifs. Pour les remplacer, le staff du XV de France a décidé de convoquer l’ailier toulousain Vincent Clerc, remis de sa blessure, le troisième ligne toulousain Yannick Nyanga, le deuxième ligne castrais Christophe Samson, le pilier clermontois Thomas Domingo et surtout, cerise sur le gâteau, le troisième ligne castrais Antonie Claassen. Première sélection pour ce joueur de 28 ans, originaire d’Afrique du Sud, et dont PSA attend de la polyvalence, de la puissance et une grande capacité de déplacement.

Antonie Claassen, la surprise du chef (FRANCK FIFE / AFP)
Antonie Claassen, la surprise du chef
(FRANCK FIFE / AFP)

Le sélectionneur a également largement remanié son XV de départ. Ainsi, Dimitri Swarzewski a été remplacé au poste de talonneur par Benjamin Kayser et Christopher Samson a été préféré en deuxième ligne à Jocelino Suta. La charnière Machenaud/Michalak a été renvoyée sur le banc au profit de la paire Parra/Trinh-Duc. Derrière, Wesley Fofana, qui réclamait à cor et à cri de jouer au centre, a quant à lui été exaucé.

50 minutes au paradis… puis le dur retour sur Terre

Le match démarrait sur les chapeaux de roues avec une première pénalité anglaise (Owen Farrel, 2ème, 3-0) suivie d’une pénalité française réussie par Morgan Parra à la 6ème minute (3-3). A la 27ème minute, à la suite d’une faute française, Farrel passait une pénalité en face des poteaux (6-3). Mais les Français reprenaient l’avantage grâce à une magnifique percée de 60 mètres de Wesley Fofana, qui évitait plusieurs joueurs anglais avant d’aller aplatir dans l’en-but du XV de la Rose ! Parra transformait dans la foulée (10-6, 31ème). Les Anglais passaient une dernière pénalité quelques minutes avant la pause pour recoller au score (Farrel, 34ème, 10-9).

Le splendide essai du feu follet Wesley Fofana
Le splendide essai du feu follet Wesley Fofana

Les Français maitrisaient complètement le début de la deuxième mi-temps et les supporters se mettaient à rêver d’un exploit… Avant que le surpuissant centre anglais Manu Tuilagi ne vienne doucher l’enthousiasme naissant en plantant un essai à la suite d’un regroupement à la 54ème minute de jeu (17-10). L’arbitre, M. Craig Joubert, accordait cet essai, très contesté par la suite côté français, le sélectionneur Philippe Saint-André déclarant notamment, dépité, « On connait M. Joubert » (en référence à la finale de la dernière Coupe du Monde France/Nouvelle-Zélande). Farrel loupait la transformation mais le mal était fait : les Bleus souffraient pendant les trente dernières minutes et perdaient finalement le match de dix points (23-13).

L' "essai-gag" du centre anglais Manu Tuilagi
L’ « essai-gag » du centre anglais Manu Tuilagi

 

Jamais deux sans trois…

Ce score paraît bien sévère car l’équipe de France n’a pas démérité ; loin de subir la descente aux enfers que beaucoup leur promettaient, les Bleus ont assuré pendant cinquante minutes et produit du beau jeu avant de craquer et de se soumettre à la domination anglaise. Le sélectionneur français a tenu à souligner les progrès réalisés par ses joueurs depuis le match contre l’Italie : « On a fait de bonnes choses pendant 60 minutes, on a su faire douter les Anglais. (…) Je ne crois pas que l’équipe de France ait fait un mauvais match, bien au contraire ». Il a également réclamé l’indulgence pour son jeune groupe, « en reconstruction » en vue du Mondial 2015.

Chez les joueurs, la frustration était sensible. François Trinh-Duc, auteur d’un bon match, exprimait « beaucoup de déception et d’amertume » mais tenait toutefois à préciser que « tout n’est pas à jeter » dans le match de l’équipe de France. Le marqueur français de la soirée, Wesley Fofana, était dépité : « On passe encore pas très loin. On fait une bonne première mi-temps où on les fait douter. C’était le scénario presque parfait. Après, on a encore une fois eu du mal à se trouver en milieu de deuxième période… ». Le pilier Nicolas Mas essayait quant à lui de ne pas sombrer dans le marasme: « Forcément, il y a de la déception après une défaite en Angleterre, mais il faut rester solidaire et croire en nous ».

Cependant, à la fin, seul le score compte, et c’est bien une défaite que le XV de France a enregistrée samedi soir… Philippe Saint-André ne s’y est pas trompé, lui qui a finalement lâché en conférence de presse un désabusé « Que vous dire à part que cela fait une troisième défaite ? ». Il ne reste plus que deux matchs au XV de France, face à l’Irlande puis à l’Écosse, pour sauver les meubles et essayer d’éviter une infamante Cuillère de Bois…

Feuille de match

Twickenham, 23 février, 18h

Arbitre : Craig Joubert

-> France

Sélectionneur: Philippe Saint-André

XV de départ : Huget ; Clerc, Bastareaud, Fofana, Fall ; (o) Trinh-Duc, (m) Parra ; Dusautoir (cap), Picamoles, Nyanga ; Maestri, Samson ; Mas, Kayser, Domingo. 

Remplaçants : 16 Szarzewski, 17 Debaty, 18 Ducalcon, 19 Suta, 20. Claassen, 21 Machenaud, 22 Michalak, 23 Fritz

-> Angleterre

Sélectionneur: Stuart Lancaster

XV de départ : Goode ; Ashton, Barritt, Tuilagi, Brown ; (o) Farrell, (m) Youngs ; Robshaw (cap), Wood, Lawes ; Parling, Launchbury ; Cole, Hartley, Marler. 

Remplaçants: T.Youngs, Wilson, Vunipola, Haskell, Waldrom, Care, Flood, Twelvetrees.

Aude Bariéty

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *