Skip to content

Joséphine Coadou • 18 avril 2018

Anne-Lyvia Tollinchi • 13 avril 2018

Anna Lippert et Anne-Lyvia Tollinchi • 12 avril 2018

Philippine Malloggia • 29 mars 2018

Arrow
Arrow
PlayPause
Slider

Mobilisation réussie à l’IEP : plus de cent morts.

Une fois encore, plus d’une centaine d’étudiants de Sciences Po Lille se sont réunis ce midi dans le hall de l’IEP pour protester symboliquement contre la politique d’austérité du gouvernement, qui conduit à diminuer « aveuglément » la dotation des Instituts d’Études Politiques. Cette baisse est d’autant plus durement ressentie à Lille et à Toulouse que ces IEP sont bien loin d’aligner les millions de leur cousins de Paris ou de Bordeaux, le bras dispensateur de la Fondation Nationale des Sciences Politiques (FNSP) ayant curieusement tendance à rester braqué sur la rue Saint-Guillaume.

04042013-DSC_0033
c/ Pierre Bedouelle (RDT)

A l’image des étudiants de Sciences Po Toulouse, c’est vêtus de noir et arborant à la poitrine le carré écarlate, ce symbole du « printemps érable » devenu peu à peu le symbole de la résistance étudiante aux tentatives de ruiner l’enseignement supérieur, que les étudiants mobilisés se sont rassemblés aux alentours de midi pour participer en nombre au happening « IEP mort », voté la veille à l’unanimité lors de l’AG de mobilisation.

04042013-DSC_0230
« Iep Mort » dans le Hall c/ Pierre Bedouelle, toujours (RDT)

Au son de la Marche Funèbre de Chopin, et sous l’œil des caméras de France 3 Région, Grand Lille TV et Wéo TV, Rémy Pourquier (S&A) a lu à la foule palienne assemblée une émouvante oraison funèbre en la mémoire de l’IEP de Lille, saluant sa mort symbolique de notre établissement. Les étudiants se sont ensuite laisser tomber au sol pour faire les morts durant une minute de silence, accompagnant ainsi Sciences Po au caveau. Flavien Noël (Déclic !) a ensuite lu une lettre ouverte, destinée à être adressée aux décideurs politiques, récapitulant la situation inquiétante de Sciences Po Lille.

04042013-DSC_0125

L’annonce des coupes dans la DGF est en effet une bien mauvaise nouvelle pour l’IEP : avec le plus petit budget parmi les IEP de France, largement inférieur à nombre de facultés, Lille est très loin du repaire de petits bourgeois ayant raté Paris que l’on veut bien trop souvent décrire. L’année dernière déjà, les listes étudiantes (S&A, UNEF, Atelier 9, Déclic, RDU), en concertation avec la direction, avaient exigé du gouvernement une revalorisation du budget. La hausse des frais d’inscription, survenue depuis, aurait dû, selon la direction, également abonder la caisse de la Rue de Trévise : en vain. Pour Vladimir Sierpe, professeur à l’IEP de Lille, lors de l’AG de mobilisation : « cette baisse pourrait toucher directement le nombre d’heures de cours l’année prochaine : on parlerait de 900 heures en moins sur l’année » en précisant que cette évaluation « à la louche » doit encore être affinée.

04042013-DSC_0071
Face à l’entrée principale de l’IEP, signature de la pétition c/Pierre Bedouelle (RDT)

Enfin, tandis que la pétition lancée ce matin se remplissait de signatures, atteignant en moins de deux heures 250 paraphes, autant parmi les étudiants que parmi les personnels et le corps enseignant, le comité de mobilisation s’est rendu en procession solennelle au quatrième étage devant le bureau du directeur, Pierre Mathiot, pour déposer devant sa porte – le directeur s’étant malencontreusement absenté – une gerbe de chrysanthèmes à la mémoire de l’IEP. Ceci dans le but « de rappeler l’importance de ce qui va se jouer demain lors de la rencontre entre les directeurs des IEP du concours« , souligne à l’Apostrophe le comité, après un instant de recueillement.

Le comité de mobilisation se recueille devant le bureau de Pierre Mathiot. Une image terrible.
Le comité de mobilisation se recueille devant le bureau de Pierre Mathiot. Une image terrible. c/Pierre Bedouelle (RDT)

La veille, en effet, Pierre Mathiot avait exprimé devant Direct Matin sa surprise quand à la mobilisation, qu’il juge « inutile et inefficace, tant que les directeurs ne se seront pas réunis« . Avis partagé par le syndicat Sud étudiant (non représenté à l’IEP), qui s’est fendu sur son site de plusieurs communiqués critiquant une mobilisation « corporatiste » et bourgeoise.

04042013-DSC_0254

Saluons enfin la mobilisation de nos camarades toulousains, dont les corps endeuillés ont parsemé les abords de l’IEP de Toulouse depuis 8h00 ce matin, avec un égal succès, puisque près de « 130 personnes » se seraient réunies pour participer à ce « Dies In« .

Axel Devaux

  1. Tal Tal

    « La veille, en effet, Pierre Mathiot avait exprimé devant Direct Matin sa surprise quand à la mobilisation, qu’il juge « inutile et inefficace, tant que les directeurs ne se seront pas réunis« . Avis partagé par le syndicat Sud étudiant (non représenté à l’IEP), qui s’est fendu sur son site de plusieurs communiqués critiquant une mobilisation « corporatiste » et bourgeoise. »

    Où comment cracher un bon coup sur SUD Étudiant…

    • Et si on avait pas dit que Sud étudiant avait émis des critiques, on aurait eu le droit « Ah, ah ! voyez, on bâillonne Sud ! ».
      Classique, mais lassant.

    • Camarade Camarade

      Avec cet article, SUD invente carrément le « S&A – bashing » . Magique.

  2. Laure Laure

    Combien devrait rapporter la hausse des frais d’inscription à partir de septembre 2013 en comparaison des 75 000 euros qui vont nous échapper ?
    Je n ai pas réussi à trouver l’info…

    • Salut Laure !

      Pour te répondre, il n’existe à l’heure actuelle pas de chiffres exacts sur l’argent levé par la hausse des frais d’inscription, puisque la direction elle-même ne savait – et ne sait toujours pas – de son propre aveu pas du tout combien cela va réellement rapporter, cela dépendant du niveau de revenu des parents des étudiants qui s’inscriront l’année prochaine. De plus l’argent en plus était en théorie (il n’est pas encore arrivée, puisque c’est l’argent des inscriptions de l’année prochaine, dont on parle en réalité) destiné à combler des carences déjà existantes dans le budget de l’IEP, notamment du coté du Fond Social Étudiant. On est donc sur ce point dans le flou le plus total, me semble-t-il…

  3. Tristan Tristan

    Pour repondre a Laure, personne ne le sait. Les frais seront dependants du revenu des parents de chaque etudiant, rvenu qu’on ne connait pas notamment pour les nouveaux. En gros plus l’IEP recrutera de pauvres, moins il gagnera d’argent. Sinon cost cool de supprimer mes messages, vive la democratie ici.

    La rédac : à un moment, quand ça verse dans l’agression et le trollage gratos du journal et des rédacteurs, on dit stop. Y a un lieu et une place pour les griefs réels ou imaginaires de SUD envers S&A, et ce n’est pas ici. Pour nous accuser de censure, tu connais notre adresse mail…

    • Yvain Labrousse Yvain Labrousse

      Dans un semblant de document prévisionnel l’administration tablait sur un gain de 300 000€. « En gros ». Inutile de dire que cette estimation est hâtive et ce d’autant plus que les objectifs auxquels est voué l’argent gagné par cette hausse n’ont guère été énoncés clairement. On ne va pas cracher sur des sous en plus mais il faudra faire gaffe à ce qu’on en fait.

      D’autre part, même si le commentaire de Tristan était abrupt, le supprimer n’était pas super pertinent de la part de la rédac à mon avis. Il n’y avait pas que du troll, et même dans le cas contraire, les lecteurs intelligents auraient su passer à côté sans y accorder d’importance. « Don’t feed the troll », dit le proverbe, mais il n’est pas question non plus de lui couper les vivres.

      La Rédac : Cher Yvain, les commentaires sont modérés, et doivent avoir un rapport concret et constructif au sujet traité dans l’article. Ainsi, flooder trois fois de suite le même article avec un même commentaire constellé de fautes et prétendant que l’Apo fait parti d’un complot voulant la mort de Sud étudiant, c’est du troll.
      (D’autant que là, on sait très bien que Tristan se contre-fout de l’Apo et de la mob à l’IEP, il veut juste se faire mousser en vidant sa querelle avec S&A dont l’Apostrophe serait soit-disant la pieuvre tentaculaire). Ne nous trompons pas : nous pensons que c’est son droit le plus strict de considérer l’Apostrophe comme un nid socialo-traitre au service du grand capital et de S&A, mais pas dans les commentaires.

      Par ailleurs, si Sud s’estimait atrocement lésé par cet article, liens vers le propre site de Sud, à l’appui, c’est également son droit et nous l’invitons à envyer un mail à la rédac dans lequel par exemple, il aurait pu dire « salut ! On est désolé, mais en lisant votre article, on s’est rendu compte que vous disiez malencontreusement tellephrase qui nous embête parce qu’on pourrait intéprêter qu’on est contre la mobilisation à l’IEP et qu’on trouve les AG nombrilistes et corpos. Parce que bon, en fait, on est pas du tout de cet avis : tenez, regarder telle preuve et telle preuve. Si vous acceptiez de dire plutôt ça de façon à ce qu’on ne confonde pas, ça serait gentil. Merci beaucoup, au revoir »

      Ou alors on peut directement passer à « vous êtes des enf**** corrompus !! », mais faut pas s’étonner que ça disparaisse au montage.

      Nous reconnaissons toutefois nos torts : jusqu’à présent, le besoin d’un charte des commentaires précisant les limites claires de ce qui est accepté et ce qui ne le sera pas ne s’était pas faite sentir : nous allons y remédier. Par ailleurs désormais, tous les commentaires seront modérés à priori leur parution par l’admin du site, pour éviter ces phénomènes.

      Le débat sur notre totalitarisme est toujours ouvert, mais nous vous prions de le faire une nouvelle fois en dehors de ces commentaires, qui ne sont pas ouverts pour ça.

      Cordialement, la rédac.

  4. Tristan Tristan

    Tout le monde a le droit de s’exprimer et de critiquer n’importe qui. Sur la qualite de votre « journal », son objectivite et sa pratique de la censure, les lecteurs sont seuls juges. Vous etes tellement pathetiques que c’etait une erreur de ma part de reagir a vos petites bassesses.

  5. Tal Tal

    Dernière question, après je clos le débat :
    Ou avez vu vu/entendu SUD Étudiant qualifier la mobilisation de « bourgeoise » ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *