Skip to content

Coline Fournier • 27 novembre 2017

Le BDE 2017-2018 de SciencesPo Lille

Gwendoline Morel • 22 novembre 2017

Nicole Della Torre • 20 novembre 2017

Joséphine Boone • 17 novembre 2017

Stranger Things saison 2 : la magie opère-t-elle toujours ?

Joséphine Coadou • 16 novembre 2017

Anne-Lyvia Tollinchi • 15 novembre 2017

Arrow
Arrow
PlayPause
Slider

WWF: Quand le panda passe du côté obscur…

D’aussi longtemps que je me rappelle, j’ai toujours eu une excellente opinion de l’organisation environnementale World Wildlife Fund, mieux connue sous l’acronyme « WWF ». Ses campagnes de pub spectaculaires prônent la lutte contre le trafic illégal d’animaux sauvages, contre la déforestation et la surexploitation des ressources halieutiques, tout en promouvant la protection des forêts, des espèces menacées et des ressources naturelles.

Submergés par ces informations et ces messages pleins de bon sens, mes parents avaient toujours recouru à des donations mensuelles, ou répondaient gracieusement aux requêtes de l’emblématique ONG pour parrainer un ours des Pyrénées ou contribuer à sauver les thons rouges de la surpêche en Atlantique. Moi-même avais toujours éprouvé une grande admiration pour cette organisation qui je pensais, œuvrait chaque jour à nous sauver de l’apocalypse environnementale vers laquelle nous semblons nous rapprocher un peu plus chaque jour (pour ne pas faire dans le dramatique) et étais devenue même une véritable supportrice du WWF depuis qu’il avait popularisé l’indicateur permettant de calculer notre emprunte écologique.

Campagne de pub WWF pour la préservation du thon rouge en Méditerranée et en Atlantique

Lorsque début septembre, j’ai commencé mon stage au département faune sauvage de Humane Society International,organisation de protection animale localisée à Washington DC, j’avais pour tâche de rechercher les derniers chiffres d’éléphants victimes du braconnage. Quelle ne fut pas ma surprise lorsqu’au cours de mes recherches, je tombais sur un document intitulé « Le WWF soutient la chasse aux trophées en Afrique du Sud« . Après une lecture rapide et quelques mots clés tapés sur Google, plusieurs articles apparaissent relatifs à ce sujet : « Juan Carlos président d’honneur du WWF Espagne rapatrié en urgence après s’être blessé lors d’une chasse à l’éléphant au Botswana, en avril dernier » (Le Point). De nombreux blogs de protection animale dénoncent le fait que WWF Canada soit la seule organisation écologique soutenant encore la chasse aux phoques, qui représente aujourd’hui le plus grand massacre de mammifères marins dans le monde avec près de 900 000 phoques tués chaque année. En Juillet 2011, The Guardian dénonçait la complicité avec laquelle le WWF laissait ses divers partenaires entrepreneuriaux raser quelques-une des forêts tropicales les plus riches en termes de biodiversité ou fermait les yeux sur la commercialisation de bois provenant de pays d’Afrique dont l’origine restait inconnue (sources provenant du groupe d’investigation Global Witness). Waoh ! Ces articles me laissaient dubitative et ces révélations étaient un choc pour moi, qui avais toujours voulu un jour, travailler pour la plus grande organisation de défense de l’environnement et de la faune sauvage. Je restais donc sceptique bien que le doute s’installât en moi concernant les réelles intentions du WWF.

Le roi d’Espagne Juan Carlos, président d’honneur du WWF à l’époque, pose devant un éléphant mort au Botswana, en 2006

Le panda : emblème du plus puissant lobby environnemental au monde

Quelle vérité se cachait donc derrière le soyeux panda du WWF ? L’organisation contribuait-elle réellement à protéger Mère nature et ses progénitures des débordements écologiques de notre civilisation, ou était-elle définitivement passée du côté obscur?

Avec plus de 5 millions de donateurs à travers le monde, le WWF est aujourd’hui la plus grande organisation internationale de protection de l’environnement. L’organisation dispose d’un réseau opérationnel dans 100 pays proposant 1 200 programmes de protection de la nature et un budget annuel qui frôle les 450 millions d’euros annuel. La confiance dans ses projets en faveur de l’environnement est plus qu’établie. Comment ? Le WWF dispose d’excellentes ressources en termes de communication et de marketing. Les campagnes passionnées du WWF visent directement la conscience des bailleurs de fonds : « tout le monde doit faire sa part pour sauver les espèces en voie de disparition, le climat et la forêt tropicale ». Le WWF a été fondé il y a 50 ans, le 11 Septembre, 1961. Aujourd’hui, c’est le groupe de pression environnemental le plus influent au monde, en grande partie grâce à ses excellents contacts sur le plan politique et industriel.

Le panda défend la chasse aux trophées, celle des ours polaires y compris

Tous les 3 ans, la communauté internationale se réunit pour voter des propositions relatives au commerce international des espèces de faune et de flore sauvage menacées d’extinction (la CITES). Lorsque celle-ci s’est réunie en mars dernier à Bangkok, en Thaïlande, le WWF était là. Une des propositions phare concernait les ours polaires, chassés pour alimenter le marché international du luxe en peaux, trophées, griffes et diverses autres parties. Cette proposition visait à interdire le commerce international pour cette espèce emblématique déjà fortement menacée par la fonte de la banquise et le réchauffement climatique. On pourrait logiquement penser qu’une organisation de protection environnementale s’active à protéger l’ours polaire de toutes les sources de menaces possibles, n’est-ce pas?

« Photo souvenir » suite à une chasse aux trophées, au Canada en 2011

Il faut croire que non car plusieurs mois avant le début de la CITES, le WWF s’était positionné contre cette proposition déclarant que « la perte d’habitat due au réchauffement climatique, et non au commerce international, est le premier facteur du déclin anticipé de la population [d’ours polaires] ». Voilà l’argument majeur du WWF. Un argument qui ne fait d’ailleurs pas grand sens, puisque si une espèce est déjà principalement menacée par le réchauffement climatique, la suppression des menaces secondaires, telles que la chasse aux trophées, ne peut qu’être bénéfique à la préservation de l’espèce en question. Alors, pourquoi une telle prise de position ? Parce que WWF est une organisation défendant la chasse sportive de trophées, et l’a en fait toujours été. En effet, le WWF fut fondé par quatre riches naturalistes britanniques soucieux de la conservation des milieux naturels et de l’écosystème pour les transformer à leur bon plaisir en champs de tirs. Il suffit de rechercher le nom des fondateurs de l’ONG pour en avoir la preuve : hormis Juan Carlos Ier, passionné de chasse dont nous avons évoqué les actions un peu plus haut, Peter Scott était également fondateur du WWF et chasseur de trophées, le prince Bernhard des Pays-Bas fut le premier président du WWF et avait échappé à une sanction pour avoir dépassé les quotas d’oiseaux en Italie au début des années 70, et surtout le prince Philippe, président d’honneur du WWF International, fervent chasseur qui n’hésitait pas à traquer les tigres en Inde alors que ceux-ci étaient déjà menacés. Au cours du temps et la pensée écologique mondiale se développant, le WWF a cependant toujours évité d’afficher ouvertement ses positions en faveur de la chasse sportive aux trophées.

Ours111
Membres fondateurs du WWF photographiés après un safari aux tigres à Jaipur (Inde) en 1961 : parmi eux, la Reine Elizabeth II (avec le sac) et son mari le Prince Philippe, président de WWF de 1981 à 1996

Cela dit, que le WWF soutienne secrètement les puissants lobbies de chasse et qu’il s’oppose ouvertement à l’interdiction du commerce international des peaux, trophées et autres parties provenant d’ours polaires, c’est une chose. Qu’il promeuve une campagne visant à récolter des dons pour « aider WWF à sauver les ours polaires » en est une autre. En effet,  la position du WWF contre une protection accrue à l’égard des ours polaires ne semble pas l’empêcher de mener une campagne massive pour accumuler toujours plus de fonds : « Leurs jours sont comptés… Ils comptent sur vous » annonce la page du WWF France, à la section « ours polaires ». Après quoi, la page met en vente des sacs, peluches et autres accessoires affublées de photos d’ours polaires en détresse et propose aux donateurs de faire un don de 30 euros (ou plus) pour aider le WWF à sauver les ours polaires du changement climatique. Je veux bien croire que le WWF mène un lobby important promouvant le développement d’énergies renouvelables et des engagements concrets pour réduire l’émission de gaz à effet de serre, mais ne nous leurrons pas : le jour où le dérèglement climatique sera inversé, il n’y aura plus un seul ours polaire vivant sur la banquise antarctique à ce rythme. De plus, depuis Novembre 2011, Coca-Cola a conclu un partenariat financier avec le WWF, s’engageant à verser au WWF trois millions de dollars sur les cinq prochaines années… Pour sauver les ours polaires donc. Comme disait Coluche, « Tout est calme braves gens…, dormez tranquille ! ».

The silence of the pandas, un documentaire brisant l’image verte du WWF

Documentaire paru en Septembre 2011

Au cours de mes nombreuses recherches pour tenter de cerner les dessous du WWF, j’ai appris l’existence d’un documentaire, paru en Septembre 2011 sur une des principales chaines allemandes : ARD, dont le contenu porte atteinte à l’image verte de l’ONG environnementale. Derrière l’éco-façade de l’organisation, le film lève le voile sur de nombreux secrets du WWF : parmi eux, des populations déplacées, des forêts tropicales défrichées et l’immense profit des industries bénéficiant du logo « WWF ». Le réalisateur Wilfried Huismann y révèle notamment qu’en Indonésie, le WWF orchestrait des collectes de fonds pour préserver l’espèce menacée qu’est l’orang-outan de Bornéo. Or, sur le terrain, l’équipe du film n’a pas pu trouver un seul projet WWF relatif à la protection des orangs-outans. Au contraire, elle a constaté que le WWF coopérait avec une entreprise défrichant les dernières forêts au cœur de Bornéo afin de les remplacer par des plantations de palmiers à huile, sans s’inquiéter le moins du monde du sort des orangs-outans. Selon le documentaire, il semblerait que partout dans le monde, le WWF conclue des partenariats avec les plus puissantes multinationales régnant sur l’énergie et l’agroalimentaire (dont Monsanto et Shell) échangeant son fameux label « pour une production durable » contre des virements de fonds destinés à financer leurs campagnes (ou leurs intérêts privés?). Malheureusement, à ce jour, tous les liens disponibles sur internet pour visionner le documentaire en anglais ont été retirés (le WWF est un lobby puissant, et c’est sûr qu’il n’a pas aimé le documentaire. D’ailleurs, il a publié sa propre critique du film sur sa page internet). Seule la version originale allemande demeure sur Youtube à ce jour.

Sources:

Alerte Environnement, « Le WWF : Protéger la faune… Pour mieux la chasser ensuite » (Avril 2012): http://alerte-environnement.fr/2012/04/17/le-wwf-proteger-la-faune%E2%80%A6-pour-mieux-la-chasser-ensuite/

Le Point, Juan Carlos choque l’Espagne (Avril 2012): http://www.lepoint.fr/societe/juan-carlos-choque-l-espagne-17-04-2012-1452465_23.php

Le Monde, l’arrêt de mort de l’ours polaire vient d’être signé (Mars 2013): http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/03/07/l-arret-de-mort-de-l-ours-polaire-vient-d-etre-signe_1844312_3244.html

Le Nouvel Observateur (Février 2013): http://sciencesetavenir.nouvelobs.com/nature-environnement/20130215.AFP3849/ours-blanc-wwf-hostile-a-l-interdiction-totale-du-commerce-international.html

Lettre ouverte de l’organisation Robin des Bois a Coca-Cola (Fevrier 2013): http://www.robindesbois.org/communiques/animal/2013/Lettre-ouverte-Coco-Cola-et-les-Ours-Polaires.html

Page officielle du WWF France, ours polaires: http://urgence-especes.wwf.fr/#/interview-jean-stephane-devisse

Boutique WWF, « Sauvez un ours polaire »: https://boutiquewwf.donorportal.ca/p-2-ours-polaire.aspx

World Wildlife Fund,  lobby de chasseurs sportifs de trophées? (article de blog protection faune sauvage): http://leschroniquesdepierrotlapin.wordpress.com/2013/03/10/world-wildlife-fund-lobby-de-chasseurs-sportifs-de-trophees/

Wicked Wildlife Fund website (site anti-wwf): http://www.wickedwildlifefund.com/

Worl Wildlife Fraud, (article de blog Do or die): http://www.eco-action.org/dod/no7/76-78.html

The Silence of the Pandas– What the WWF Isn’t Saying (Rainforest Rescue.org): http://www.rainforest-rescue.org/news/3768/the-silence-of-pandas-what-the-wwf-isn-t-saying

Page officielle du WWF, A quick guide to the silence of the pandas documentary: http://wwf.panda.org/wwf_news/press_releases/a_quick_guide_to_the_silence_of_the_pandas_documentary.cfm

 

  1. Bravo Manon! Le monde a besoin de militant comme toi pour dire les vrais affaires.

    Moi aussi j’ai pas apprécié de découvrir le vrai visage de WWF. C’est comme le jour ou j’ai découvert que les 2 gars du groupe Mili Vanilli était des imposteurs! :O)

  2. Chantal (Belgique) Chantal (Belgique)

    Je l’ai découvert en lisant qu’ils étaient opposés à la protection de l’ours blanc contre les chasseurs. J’ai été très déçue aussi mais j’ai l’impression que la vérité commence à voir le jour grâce aux personnes comme vous. Je suis contente de ne jamais leur avoir donné quoique ce soit!

  3. Shari Granillo Shari Granillo

    Bravo! et Merci! J’avais entendu beaucoup de choses négatives envers la WWF sans jamais avoir d’explication nette! Merci!

  4. Diane Bois Diane Bois

    Malheureusement ,c,est encore une triste realite et verite qui est mise a jour
    Tout tout est corompu ,et on elevent nos enfants dans ce monde
    Est ce que les animaux elevent leurs petits aussi cruellement ,non je ne crois pas
    Tant qu,il y auras des hommes sur la terre l,animal en soufrira .viendras peut etre un jour sois que l,animal dominera l,homme ,,ou que l,homme sera asser humain pour realiser tout le mal qu,il fait autour de lui
    Esperon un monde meilleur ,mais d,apres moi ,l,homme va se detruire par lui meme ,avant que c,a arrive
    Bonne journee

  5. Diane Bois Diane Bois

    L,animal a juste besoin de sa libertee ,de la nature ,de se nourir ,pas de gouvernement ,ni de personne corompues ,d,argent ,de belles maisons ,,etc…lui il est rester integre a ses valeur ,,LES HUMAINS NON

  6. TomJoad TomJoad

    Merci pour cet article tout à fait éclairant!

  7. Evelyne M Evelyne M

    Je crois que certaines de vos allégations sont hâtives et plutôt basées sur la volonté de choquer plutôt que de faire des liens basés sur des preuves tangibles… Par exemple, le fait de dénoncer les changements climatiques en tant que première cause du déclin de la population des ours polaires est totalement différent que de supporter la chasse aux trophées de ces ours. On ne peut malheureusement pas tout régler à la fois, donc si la WWF se concentre davantage sur un problème que l’autre ne signifie pas qu’elle approuve et supporte l’autre problème.

    De plus, il faut distinguer l’organisation des gens qui l’ont fondé. L’organisation a évoluée et s’est transformée au cours des années – et il ne faut pas oublier que lors de la fondation de cette organisation les moeurs et la conscience environnementale étaient différents. En passant, si vous aviez cherché un peu plus loin, vous auriez trouvé que le roi Juan Carlos s’est vu retiré de son titre honorifique l’année passée justement à cause de ce voyage de chasse au Bostwana. (http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/europe/spain/9417840/King-Juan-Carlos-of-Spain-ousted-from-WWF-presidency-after-row-over-hunting-trip.html)

    De plus, si vous aviez lu attentivement la critique du documentaire sur le site de la WWF (ce que j’ai fait), vous auriez dû remettre quelque peu en doute les propos du dit « documentaire ». J’étais très satisfaite des explications portées par la WWF par rapport aux accusations trouvées dans le documentaire.

    Néanmoins, je crois qu’il est important de rester critique face à des organisations pour s’assurer qu’elle respecte les valeurs et missions qu’elle dit s’être vouée. J’ai personnellement écrit à la WWF pour qu’elle m’explique certaines de vos allégations qui pourraient être vraies… surtout certaines informations que j’ai trouvées sur le site Wicked Wildlife Fund website qui est supporté par PETA. Mais il faut tout de même comprendre que la WWF, contrairement à PETA, s’engage davantage à faire les changements possibles qui peuvent nécessiter certains compromis douloureux au lieu de rester totalement dans l’extrêmisme comme PETA le fait trop souvent. L’extrêmisme a sont utilité, mais les compromis temporaires peuvent plus souvent faire avancer les choses.

  8. Lucian Anton Lucian Anton

    Tres bien :) merci de nous about sorti de l’ombre de l’ignorance capitaliste qui essaye de nous faire croire que tout est beau et bien dans le monde :) la vérité fait mal partout et on essayera toujours de la cacher peu importé le système dans lequel on vit :) vive la liberté d’expression et de diffusion de la vérité :)

  9. Dirat Marie Madeleine Dirat Marie Madeleine

    C’est sincèrement désolant de découvrir ceci, merci pour les news!

  10. mathias mathias

    Intéressant. Et c’est EmprEInte écologique, et non pas emprUnte écologique.

  11. julien julien

    Evelyne, il est tout de même à mon sens completement incohérent pour une ong qui se veut en faveur de la protection des espèces en voie de disparion ( entre autre) de cautionner la chasse commerciale d’une espèce sous prétexte que ce n’est pas le danger le plus important la menaçant, au contraire sachant que la fonte de la banquise condamné d ors et deja les ours polaires, WWF devrait être pour toutes les mesures permettant de donner un sursis à l’espèce voire peut être de renverser la tendance, la chasse commerciale ne fait qu’ accélérer le process…. Être contre ca ce n’est pas être extrémiste c’est juste logique

  12. le brun veronique le brun veronique

    je suis écoeurée

  13. wietrich jeannine wietrich jeannine

    JE VIENS D APPRENDRE CELA , C EST HORRIBLE , MAINTENANT JE SAIS A QUOI M EN TENIR !!!

  14. wietrich jeannine wietrich jeannine

    Je trouve cela horrible , je ne le savais pas , ignoble !

  15. Bonjour
    J’ai lu cet article avec intérêt et je vous dis bravo. Je suis choqué, à propos des ours blancs, tant par la position de la France que par celle du WWF. Le réchauffement climatique a bon dos si on continue à tirer sur les ours à des fins commerciales, plus un sou au WWF qui préfère travailler avec des multinationales, il y a d’autres assos mieux inspirées
    En fait on ne devrait plus chasser que les espèces dont les populations sont en augmentation, par exemple le sanglier en France, donc protéger toute espèce sauvage en diminution. Quand je vois des chasseurs qui tirent LE dernier lièvre de leur terroir tout en déplorant le manque de gibier…
    J’ai lu quelque part qu’on pourrait acclimater des espèces dans le grand nord pour nourrir les ours, l’idée n’est pas mauvaise, mais il faut bien réfléchir aux conséquences écologiques

  16. béatrice maurin béatrice maurin

    c’est une honte c’est ignoble horrible MOI QUI CROYAIT EN EUX JE SUIS POUR LA DEFENSE DES ANIMAUX !!!!

  17. R. THEVENON R. THEVENON

    Le WWF est une multinationale, qui gère des budgets colossaux.
    Elle doit faire des choix budgétaires et stratégiques, avant de faire des choix moraux.
    Nommer une canaille comme président d’honneur, est un choix budgétaire et tactique.
    Peut-être que la présence de Juan Carlos, leur a ouvert des portes, qui seraient restées fermées sans lui.
    Ils ne pouvaient pas ignorer qui était ce type, mais ne pouvaient pas refuser non plus de satisfaire sa stupidité égotiste. Il est probable que leur implantation en Espagne en dépendait.
    Le WWF n’a jamais prétendu être une organisation populaire, sa clientèle est bourgeoise, et elle fait avec.
    Reprocher au WWF la présence de canailles chez ses contributeurs, ou même chez ses cadres honorifiques, c »est la même chose que de reprocher à l’Eglise le fait qu’elle refuse d’excommunier, des assassins ou des dictateurs. Chacun met les limites ou il le veut, mais il faut ensuite s’y tenir.
    La protection animale ou l’Ecologie, sont devenus des marchés, des métiers, des sinécures bureaucratiques et au final des modes d’organisation de la passivité.
    Ne cherchez pas autre chose dans ces mégas organisations, que ce que vous y apportez, et ce que vous en retirez comme contacts humains rapprochés.
    Faites ce que vous jugez juste, et votre seule rétribution sera l’estime de vous même.

  18. Ce genre d’association avec siége en suisse, récoltant par sa filiale francaise des dons défiscalisés est malheureusement avant tout une entreprise politico financiére comme le montre ses liens avec les multinationales qui détruisent le monde.Malgré tout le respect que je porte aux écologistes suivre cette organisation est bien pactiser avec le diable

  19. Anonyme Anonyme

    On ne peut décidément croire en personne…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *