Skip to content

Anne Tollinchi • 22 janvier 2018

Tribune d'étudiants • 15 janvier 2018

Alice Galopin • 11 janvier 2018

Arrow
Arrow
PlayPause
Slider

Qu’est ce qu’un riche ?

Avouons-le, un jour ou l’autre, on a tous voulu être riche. Que ce soit en rêvant devant le montant astronomique d’Euromillions, en s’imaginant en star de cinéma ou en chanteur à succès, on s’est tous un jour dit: « Quand même, qu’est ce que ça doit être bien d’être riche! ». Et bien haut les cœurs, un guide complet du riche vient de sortir! Intitulé Riche, pourquoi pas toi? il est le fruit de la collaboration entre Marion Montaigne, auteure de bande-dessinée, et le couple de sociologues préféré de Télérama: Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot.

Riche poourquoi pas toi

La sociologie pour les nuls

Le but de l’ouvrage est de présenter, sous une forme humoristique, les travaux des Pinçon-Charlot sur la grande bourgeoisie. Rien de surprenant quand on connait un peu ces deux bourdieusiens, auteurs notamment de Voyage en grande bourgeoisie, du Président des riches et de La violence des riches. Aucune surprise donc concernant le thème de cette bande-dessinée. Cependant, si l’exercice aurait vite pu tourner à un enchainement de gags lourds ou à une sorte de brûlot anti-riches, il se révèle être à la fois intéressant mais également – et c’est plus étonnant quand on parle de sociologie – drôle. L’humour est en effet omniprésent et ce dès la première page où les Pinçon-Charlot abordent un client – Philippe Brocolis – lisant des BD dans un supermarché parce qu’il n’y a personne au rayon socio… Les deux sociologues font preuve d’une grande auto-dérision, que ce soit concernant leur style vestimentaire (ils portent des espadrilles magiques achetées à la fête de l’huma!), leur obsession pour les riches, ou leur engagement politique à gauche. Le style graphique, en apparence rapide et peu travaillé, fourmille en fait de détails et s’accorde parfaitement au ton de l’ouvrage

L’humour n’occulte cependant pas le fond. L’ouvrage est découpé en plusieurs chapitres qui abordent des grands thèmes de la sociologie des classes sociales comme l’entre-soi, la violence symbolique ou l’hexis corporelle. Ces chapitres nous invitent à suivre le destin de Philippe, un père de famille lambda, marié, appartenant à la classe moyenne. Il va être pris en main par les Pinçon-Charlot qui vont lui expliquer ce que c’est qu’un riche, et notamment tout ce que cela implique en terme de mode de vie et de vision du monde, bref en un mot : d’habitus. Comme ils l’ont écrit dans leur livre Les Millionnaires de la chance : « On est (nait) riche ». Et le devenir n’est pas si simple. C’est l’expérience que va vivre Philippe : il va en effet gagner au Loto et décider d’entre en grande bourgeoisie. Cependant les choses ne sont pas si simples: si Philippe a obtenu un fort capital économique, il ne possède pas vraiment de capital symbolique ni de capital culturel, ni de capital social. Pour faire simple il préfère les BD de « Zahia et l’épée de zorgurn » à l’art contemporain qui se vend à Drouot. Or comme le disent les deux sociologues : « le bourgeois est riche de choses qui ne s’achètent pas ».

Pour savoir si vous faites partie de cette classe à la fois honnie et enviée des riches, les auteurs ont imaginé un QCM comportant vingt questions réparties en quatre catégories : capital culturel, capital économique, capital social et familial et capital symbolique. Il vous faudra obtenir au moins 15/20 à ce QCM pour pouvoir vous dire véritablement riche! Cela implique d’aller à l’opéra, d’être dans le bottin mondain, d’avoir fait une grande école, de maitriser des langues étrangères, de payer l’ISF… Bref être riche ce n’est pas qu’avoir de l’argent!

Bien évident le panorama des riches qui est dressé tout au long de la BD ne prétend pas être exhaustif. Il faut davantage le voir comme une introduction à l’analyse sociologique des classes sociales et de la grande bourgeoisie – qui a quand même l’avantage d’être plus agréable à lire que La Distinction !

Il faut également souligner que l’ouvrage est indéniablement engagé politiquement. Les Pinçon-Charlot sont de gauche et ne s’en sont jamais cachés. Il est clair que si vous êtes en désaccord avec leurs analyses, il y a peu de chances pour que ce soit cette BD qui vous fasse changer d’avis. Cependant il serait dommage de passer à côté de cette BD à cause de quelques divergences politiques. Au pire, empruntez à un de vos amis de gauche (en cherchant bien vous devriez bien en trouver un)!

Et maintenant, on va où?

La dernière partie dresse un bilan de ce qui a été dit et esquisse quelques pistes pour lutter contre les inégalités socio-économiques:
– Dans l’immédiat, mettre fin aux politiques d’austérité
– Supprimer le cumul des mandats (mesure qui vient tout juste d’être adoptée par l’Assemblée nationale)
– Le retour des hommes politiques à la vie active après la fin de leur mandat (qui nécessiterait le mise en place en France d’un système des dépouilles similaire à celui qui existe aux États-Unis)
– Le vote, pour être représentatif, devrait être obligatoire. Le vote blanc devrait aussi être pris en compte parmi les suffrages exprimés (ce que réclament plusieurs associations, comme le Parti du Vote Blanc, depuis de nombreuses années)

Et paradoxalement, ce sont les riches tant honnis qui montrent la marche à suivre : il faut être solidaires, organisés et mobilisés.

Antoine Tournié

 Riche, pourquoi pas toi? de Marion Montaigne, Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, 136 pages, Dargaud.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *