Skip to content

Anne-Lyvia Tollinchi • 13 avril 2018

Anna Lippert et Anne-Lyvia Tollinchi • 12 avril 2018

Philippine Malloggia • 29 mars 2018

Enough.

Anne Tollinchi • 28 mars 2018

Arrow
Arrow
PlayPause
Slider

Dans l’en-vert du décor : Marine Tondelier, élue municipale Europe Écologie et ancienne élève de Sciences Po Lille

Ancienne élève de Sciences Po Lille, Marine Tondelier inaugure la toute nouvelle rubrique de La Manufacture, « Nouvelles d’anciens ».

Elle est élue municipale d’opposition à Hénin-Beaumont ainsi que collaboratrice parlementaire au Sénat auprès de la sénatrice EELV Aline Archimbaud depuis 2011. Elle est responsable de l’animation du groupe local « EELV Bassin Minier » et fait par ailleurs partie de la commission nationale « santé » d’EELV ainsi que de son bureau exécutif. Le 23 septembre dernier, l’ancienne palienne s’est distinguée par son élection à la tête du conseil de surveillance de l’Hôpital d’Hénin-Beaumont face à Steeve Briois, maire Front National de la municipalité. Retour sur son parcours.

 Quel est votre parcours, en quelques mots ?

J’ai fait une prépa Hypokhâgne BL à Lille, à la suite de laquelle j’ai intégré Sciences Po en deuxième année. Après une troisième année passée en stage à l’ambassade de France à Stockholm, je me suis tournée vers les affaires publiques, et j’ai tenté le concours de directeur d’hôpital. Que j’ai raté ! C’est en le préparant en vue d’une seconde tentative que je me suis rendue compte que ce n’était pas le job que je voulais. Malgré cela, le milieu de la santé m’intéressait, et j’ai donc poursuivi mes études par un Master en gestion des établissements de santé. Côté politique, c’est après un meeting en 2009 que j’ai rejoint EELV, dans le cadre de la campagne pour les Européennes.

Vous avez fait les gros titres de l’actualité régionale ces derniers jours avec votre élection à la présidence du Conseil de surveillance du Centre Hospitalier d’Hénin-Beaumont face au maire FN Steeve Briois. Comment avez-vous vécu cette victoire ?

En soi ce n’était pas une victoire marquante, seules douze personnes étaient présentes lors de l’élection, parmi lesquelles sept m’ont accordé leur vote. Mais cette victoire s’est transformée en réel évènement avec la réaction disproportionné du maire d’Hénin Beaumont, Steeve Briois, qui m’a notamment insulté par le biais de communiqués de presse dès l’après-midi de l’élection. C’était une réaction totalement inappropriée ! Qui sait, le fait d’être battu par une femme, qui plus est écologiste et jeune, l’a peut-être un peu vexé.

Qu’est-ce qui vous a mené à vouloir ce poste ?

Le conseil de surveillance d’un hôpital est une structure composée de représentants à la fois de la ville, et de l’agglomération, ce qui est mon cas. Plusieurs personnes étaient venues me voir personnellement pour me conseiller de me présenter. C’est vrai qu’on se pose toujours la question de savoir si oui ou non on est légitime pour se présenter à ce genre d’élections. Mais là, c’est un domaine que je connais, j’ai notamment réalisé deux mémoires en rapport avec celui-ci, concernant le développement durable dans les hôpitaux et les conflits d’acteurs à l’hôpital public. Je me suis simplement dit que si je n’étais pas légitime pour candidater à ce poste-là, je ne l’étais pas vraiment pour grand-chose !

Avez-vous des idées concernant d’éventuels changements au sein du Centre Hospitalier, des projets qui vous tiendraient à cœur ?

J’arrive dans un hôpital qui depuis deux ans est devenu l’un des plus déficitaires de France. Notre plus gros dossier va concerner l’équilibre budgétaire, qu’il nous faut atteindre au 30 décembre prochain. Cela va nécessiter des efforts, et des décisions en matière d’économies que l’on aurait aimé ne pas avoir à prendre mais qui, au vu du contexte actuel, s’avèrent inévitables. La stabilité financière de l’hôpital est donc notre priorité, ce qui ne veut pas dire non plus que toutes les propositions d’économies seront acceptées. On parlait par exemple de transférer un service de diabétologie à Lens. Je suis contre, même si cela permettrait de faire un certain nombre d’économies, parce que le fait est qu’on en a véritablement besoin ici à Hénin-Beaumont.

Propos recueillis par Chloé Perceval.

 

Retrouvez ici le blog de Marine Tondelier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *