Skip to content
Slider

De l’IEP au Macondo : récit d’une migration Nord-Sud

Ce n’était donc pas un mythe. L’ancien professeur d’espagnol à l’IEP, Dario Vergara, a déserté les salles de conf’ et ouvert un bar latino au cœur de Wazemmes. D’abord incrédules puis amusés, nous nous sommes rendus 37 rue des Postes, à la découverte de ce nouveau havre d’exotisme et de son gérant, les pieds à Lille et la tête dans l’hémisphère Sud.

« T’es au courant ? Un prof d’espagnol quitte l’IEP et ouvre un bar ! » Anciens élèves amusés, 4A à peine revenus d’Amérique latine ou paliens simplement curieux, ils étaient nombreux à se réunir le weekend dernier au « Macondo » pour confirmer la rumeur. Au rythme des cuecas, les cocktails au pisco défilaient sur le comptoir sans répit et la pression coulait à flot comme dans tout troquet lillois qui se respecte. Dissimulé derrière les tireuses à bière, agitant énergiquement son blender, il était bien là : Dario Vergara.

Si cette reconversion professionnelle recueille le soutien bienveillant des étudiants, elle étonne. De la B2.11 à la rue des Postes, la transition n’est pas évidente. « Je n’ai malheureusement pas choisi de quitter Sciences Po Lille, explique l’ancien enseignant. Mon « employeur principal » (dont dépend administrativement tout enseignant vacataire), une école à Marcq-en-Baroeul, a fermé cet été. J’ai donc dû arrêter mes activités à l’IEP et dans les autres universités lilloises où je donnais des cours. »

Installé en France depuis près de treize ans, ce Chilien d’origine a exercé bien des métiers, de journaliste à professeur en passant par restaurateur. Son passage rue de Trévise fait partie de ses meilleures expériences : « L’administration a toujours été très à l’écoute, et enseigner à l’IEP était beaucoup plus intéressant qu’ailleurs. Vladimir Sierpe (coordinateur des professeurs d’espagnol), qui est un très bon ami, nous laissait assez libres de traiter les sujets qui nous plaisaient. Et les étudiants étaient réceptifs ; j’en ai aidé certains à partir en stage en Amérique latine, c’était un vrai plaisir ! ». Aujourd’hui ils le lui rendent bien, en donnant volontiers un coup de main derrière le comptoir.

« A chacun de se l’approprier à sa façon »

Macondo2Dario Vergara conçoit son nouveau projet avec enthousiasme : « Le Macondo sera plus qu’un bar : nous voulons en faire un espace culturel ». Au programme, des concerts tous les jeudis, mais aussi des expositions photos, des projections de films dans la cave… Et pas seulement autour de l’Amérique latine, précise-t-il : « L’idée à l’origine de cet endroit est de pouvoir rassembler plusieurs populations pour qu’elles partagent leurs cultures respectives. »

Epaulé par sa femme, Céline, ainsi que de nombreux amis issus de la communauté hispanique de Lille, Dario Vergara a passé l’été à retaper le local afin d’ouvrir en ce début de saison. Beaucoup de travaux restent à faire, mais ce weekend d’ouverture a déjà été un succès. « C’était une surprise pour tout le monde, on ne s’attendait pas à autant de gens ! » confie l’ancien enseignant. « Ça nous a mis au défi : il faut qu’on améliore le service. Les gens ne doivent pas attendre plus de dix minutes pour un cocktail. »

Parce qu’au Macondo, il y a bien mieux à faire que la queue. Palabrer sur l’avenir des coopératives sociales au Chili ou partager quelques pas de cumbia avec un inconnu, déguster un « terremoto »* et les empenadas du patron, ou simplement se désaltérer d’une bonne Ch’ti du pays… Tirant son nom du village rêvé par Garcia Marquez**, le Macondo de Wazemmes aspire à devenir « ce lieu où l’on passe et repasse au fil des générations en y apposant sa marque. A chacun de se l’approprier à sa façon », déclare Dario Vergara. Et de citer : « Macondo n’est pas un lieu mais plutôt un état d’esprit, qui permet à chacun de voir ce qu’il veut voir, et comme il veut le voir… ».

* Cocktail chilien à base de glace à la vanille, rhum et vin blanc.
** Dans son célèbre roman « Cent ans de solitude ».

Macondo
37 rue des Postes, 59 000 Lille
Ouvert du lundi au jeudi de 16h à minuit, le vendredi jusqu’à 1h, le samedi jusqu’à 2h
Cocktails entre 5 et 7 euros

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *