Skip to content

Joséphine Coadou • 18 avril 2018

Anne-Lyvia Tollinchi • 13 avril 2018

Anna Lippert et Anne-Lyvia Tollinchi • 12 avril 2018

Philippine Malloggia • 29 mars 2018

Arrow
Arrow
PlayPause
Slider

Les cultures urbaines élisent domicile à Moulins

Loin du centre de Lille, de la Grand Place, de République et de ses Beaux-Arts, à Moulins aussi il y a de la vie et de la culture. Pour sa toute nouvelle rubrique « Y se passe quô », consacrée à notre charmante vie de quartier, La Manufacture présente : le Centre Eurorégional des Cultures Urbaines (CECU) et la Maison Folie Moulins.

Le CECU Tout neuf, avec son bâtiment moderne et tout en transparence, le CECU a été inauguré le week-end du 4 octobre. Nouveau voisin de la Maison Folie Moulins, au 47/49 de la rue d’Arras, ce centre culturel a pris ses quartiers non loin de Sciences Po Lille. Le lieu, spécialement dédié aux cultures urbaines, met à l’honneur hip-hop, breakdance, graffiti ou encore slam. Le CECU offre aux artistes professionnels ou amateurs souhaitant se professionnaliser, une opportunité unique d’exercer leur art. C’est un lieu voué au travail artistique et qui privilégie l’accompagnement et la coordination de projets, la formation, la mise en réseau et surtout la mise à disposition d’outils nécessaires aux artistes.

Environ 3.000 visiteurs se sont rendus au lancement animé par 300 artistes. Pour l’occasion, Martine Aubry a fait le déplacement. La maire de Lille a planté le décor : si « on y accepte tout le monde », le CECU « sera ce que les artistes en feront. Un endroit public et ouvert dont la seule règle d’expression est le respect de la loi » rappelle La Voix du Nord. On peut dire qu’avec un espace de 2.500 m², une salle de spectacle, trois studios de musique dont un d’enregistrement, deux studios de danse et un mur de graff, les artistes du CECU ne manquent pas de ressources.

Que devient la Maison Folie Moulins ? 

La maison Folie de Moulins bénéficie de la création de ce nouveau partenaire, puisque les travaux lui ont apporté 800m² d’espaces supplémentaires et une salle de diffusion qu’elle partage avec le CECU. Plus que l’aspect matériel, la Maison Folie de Moulins partage désormais son directeur, Olivier Sergent, avec le CECU.

Née à l’occasion de l’événement Lille 2004 – Capitale Européenne de la Culture et construite dans une ancienne brasserie datant du XIXème siècle, la Maison Folie Moulins est aujourd’hui un lieu phare du quartier. En tant que complexe pluridisciplinaire, elle propose des concerts, des expos, des spectacles ou encore des ateliers. Avec une programmation toujours plus riche et éclectique, la Maison Folie donne la voix à des artistes locaux, mais elle a aussi entendu jouer entre ses murs des artistes tels que Pony Pony Run Run, Fuck Buttons ou Mama’s Gun… Le tout dans une ambiance décontractée et chaleureuse. On peut même boire un verre au bar tenu par les associations, ou flâner sur la terrasse panoramique.

Zoom sur… L’expo « A Nous York »

Expo à Nous YorkEn place en ce moment et jusqu’au 11 janvier 2015 (entrée libre), l’expo est à cheval entre la Maison Folie Moulins et son homologue de Wazemmes. Elle présente les travaux d’artistes qui ont baigné dans l’ambiance Hip-Hop new-yorkaise depuis leur naissance. On ne pouvait pas trouver mieux pour illustrer la culture urbaine ! L’expo ne porte pas sur la ville de New York en elle même mais plutôt sur ses habitants, leurs histoires et l’atmosphère qui y règne. En plus de profiter de cette ambiance Hip-Hop au sens large, c’est aussi l’occasion de se plonger dans l’univers de l’art de rue.

Au rez-de-chaussée de la Maison Folie Moulins, un mur recouvert d’une trentaine de toiles attire l’attention : les œuvres de l’artiste Futura 2000, chef de file du « Graffiti Abstract », à l’origine des premiers graffitis « abstraits » dans les rames du métro de New York.

Il faut monter au premier étage de l’exposition pour admirer une salle occupée par des installations, des projections vidéo et des photographies d’Ernie Paniccioli prises dans les années 1980 à New York. Ce dernier était également présent lors de l’inauguration du CECU. Sa présence place la barre haute et en dit long sur les attentes qui entourent les deux établissements culturels. Ernie Paniccioli est en effet photographe et membre de la Zulu Nation, l’organisation internationale pour la prise de conscience hip-hop créée par le musicien Afrika Bambaataa. A ses débuts, poulain du chanteur pop Richie Havens, qui a ouvert le festival de Woodstock en 1969, le travail d’Ernie Paniccioli est désormais largement reconnu dans la galaxie Hip-Hop. On lui connaît les clichés de LL Cool J, Lauryn Hill mais aussi Notorious B.I.G jusqu’à Public Enemy, sa consécration.

Public Enemy ©Ernie Paniccioli
Public Enemy ©Ernie Paniccioli

Une programmation à suivre de près

La saison 2014-2015 de la Maison folie et du CECU réserve bien des événements. De nombreux rendez-vous réjouirons les amateurs de Hip Hop (Hip Hop Games le 8 novembre et Tour de Chauffe Hip Hop le 16 novembre), les graffeurs en herbe (Battle Internationale de Graffiti le 16 novembre) ou encore les grands enfants (festival de la Marionette le week-end du 18 octobre).

 Pour plus d’infos, voir la programmation en ligne : http://mediatheque.mairie-lille.fr/moulins/progAVR-JUIN.pdf?13491313102014=


Aller plus loin :

  1. Xavier - Sol. Xavier - Sol.

    Nous aimerions habiter Lille, afin de pouvoir visiter les nombreuses expositions. Bravo pour la pub!….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *