Skip to content
Slider

Scandale des diplômes à l’IEP d’Aix : quelque chose de pourri au royaume de Christian Duval (Partie 2).

L’inquiétude des directeurs des IEP de province s’est accentuée au fil du mois d’octobre. Difficile d’évaluer la position de Christian Duval. Il agit par étapes pas forcément cohérentes. Par exemple, dans un article de Marsactu du 8 octobre, le journaliste écrit que « le directeur de l’IEP, Christian Duval, a expliqué avoir demandé “un moratoire pour ses formations en attendant que toutes les opérations de contrôle puissent être réalisées”». Mais, dans le même temps, le journaliste souligne qu’il a déclaré « ”mettre fin à ces externalisations”, sans évoquer un moratoire qui laisse ouverte la porte d’une poursuite des partenariats avec de multiples écoles privées ». Dès lors, il n’y a pas eu dans les premiers jours de réponses précises sur l’ensemble des partenariats avec ces organismes de formation privés. Le bras de fer entre le directeur de l’IEP d’Aix et ses homologues de l’hexaconcours s’est donc poursuivi.

Des tensions entre Christian Duval et les directeurs des IEP de province.

Le directeur de l’IEP d’Aix envoie deux courriels le 17 et le 22 octobre aux autres directeurs. Il explique ce qu’il a déjà engagé.

« Madame, Messieurs les Directeurs, Chers Collègues,

Je fais suite à votre courrier du 13 Octobre et tiens à vous apporter toutes garanties que vous attendez. Je joins à cette lettre le courrier de Madame Lagarde qui confirme le principe de l’abandon des formations externalisées qui sera adopté en CA. Des courriers résiliant ces partenariats ont été envoyés. Je les tiens à votre disposition ainsi que les accusés de réception. Une seule convention en cours pose un problème dans une perspective contentieuse. Elle fait l’objet d’une attention particulière de nos services juridiques. Par contre, je n’ai même pas réfléchi à propos de la mise en œuvre de la convention CESI [Centre d’Etudes Supérieures Industrielles, ndlr] qui a particulièrement attiré votre attention. Je l’ai purement et simplement résiliée. J’en assumerai totalement les “suites juridiques”.>>

Cependant, la réponse des six directeurs de province, le 23 octobre, est assez sévère. Ils rappellent – tout comme les élus étudiants de l’IEP d’Aix – que l’audit doit être réalisé par des personnes extérieures à l’AMU (Aix-Marseille Université), que les pièces fournies sont insuffisantes pour prendre définitivement une décision. Plus inquiétant, les directeurs ont dû mener une démarche d’investigation via internet : «  celle ci, loin d’être exhaustive, a permis de mettre au jour un nombre et une diversité de partenariats dont nous n’imaginons pas un instant l’ampleur, tant en nombre qu’à l’étranger » expliquent-ils. Les mots sont pesés. Les directeurs des IEP de province s’interrogent ensuite sur les informations que Christian Duval donne au sein de son Institut.

« Plus largement, nous ne comprenons pas comment d’un côté il nous est proposé des informations destinées à apaiser la situation et comment, d’un autre côté, la communication engagée par Sciences Po Aix en interne ou localement pour accompagner les difficultés actuelles repose sur des informations souvent erronées concernant aussi bien les démarches que nous avons engagées que la justification apportée à cette politique de « diversification » des ressources.

Il est ainsi faux :

  • de dire que le directeur de Sciences Po Aix était présent à Lille le 30 septembre pour se justifier alors qu’il a mis en avant la grève d’Air France pour faire savoir son incapacité à se déplacer,

  • d’expliquer que notre lettre datée du 30 septembre a été diffusée dans la presse avant de lui être adressée,

  • d’affirmer que, lors de notre réunion de juin, les directeurs auraient été « intéressés » par les « innovations pédagogiques » de Sciences Po Aix alors qu’il n’en a jamais été question lors de nos échanges,

  • d’avancer que c’est le désengagement de l’État qui explique ces accords alors qu’Aix est l’IEP du réseau le mieux doté par l’État des sept, et que ce désengagement affecte également tous les Sciences Po du concours commun,

Les établissements privés se défendent de tout accord illégal.

Les sites d’information Médiapart et Marsactu relatent les tergiversations de Christian Duval. En effet, le directeur assure plaider « depuis deux ans » en Conseil d’Administration pour « arrêter cette relation avec l’IGS (Institut de Gestion Sociale) qui nous a permis de mettre en place l’alternance » et qu’en général, il souhaite rompre les contrats avec ces organismes de formation privés. En fait, c’est ce partenariat qui lui pose le plus de problèmes car le directeur est allé très loin dans cet accord. Si l’accord est techniquement légal, puisqu’il a été voté au CA, il pourrait ne pas respecter le principe de non sous-traitance des diplômes. De plus, les directeurs de province précisent qu’il ne savent pas “précisément à quoi correspondaient les accords puisque nous ne disposons pas des conventions”, conventions qui ne sont toujours pas arrivées le samedi 25 octobre.

Or, les établissements privés, accusés d’être des machines à cash et de procurer des faux-diplômes, se défendent. Dans un communiqué de presse, le groupe IGS affirme que la convention-cadre a été signée il y a 5 ans dans un cadre tout à fait légal dont le préambule précise qu’ « il a été constaté la convergence des valeurs et une vision commune dans l’intégration d’une approche humaniste des formations à caractère général comme à caractère professionnel ». De plus, cette convention a été prolongée le 27 septembre 2014 « pour 6 ans (jusqu’au 6 juin 2018) ». L’IGS enfonce le clou en affirmant que « les frais de scolarité du double cursus sont pris en charge en totalité par les entreprises dans le cadre des cursus en alternance ». Ce n’est donc pas les étudiants qui payent directement ces frais d’inscription mais ces organismes privés. L’IEP d’Aix ne pouvait pas mieux trouver comme meilleur accord financier, surtout que l’IEP perçoit une partie de cette somme (cf Partie 1).

De même, le directeur du CESI (le Centre d’Etudes Supérieures Industrielles) affirme dans une tribune de l’organisme que

 « Nous avons le sentiment désagréable d’être ici instrumentalisé dans un débat qui nous dépasse. Rappelons que c’est la direction de l’IEP d’Aix qui s’est rapprochée du CESI pour conclure un partenariat, en mettant en avant des motivations qui ont paru louables au CESI (ouverture sociale, parcours académique et professionnalisant…) ».

Le rôle de Christine Lagarde, présidente du Conseil d’Administration de l’IEP d’Aix.

La présidente du CA de l’IEP d’Aix, Christine Lagarde, ne pouvait rester sans réagir. Celle ci tente de trouver une solution qui arrange tout le monde, probablement afin de ne pas décrédibiliser l’image de l’Institut. En effet, elle ne peut ni provoquer la démission du directeur, ni le soutenir coûte que coûte. Par conséquent, elle a apporté un soutien à Christian Duval mais sous conditions. Le directeur est donc poussé à revenir sur les accords, c’est ce qu’elle explique lorsqu’elle écrit qu’il est “judicieux et approprié dans un soucis d’apaisement” de “mettre un terme à toutes les formations”. Il n’est pas pensable pour elle de voir sortir son IEP de l’hexaconcours, par conséquent elle met la pression sur Christian Duval. C’est ce qui peut expliquer le passage de Christine Lagarde non planifié le jeudi 23 octobre à l’IEP d’Aix.

Largade

(Ci dessus, lettre de Christine Lagarde du 15 octobre 2014)

Le jour même, le directeur publie un communiqué dans lequel il explique qu’il a “présenté l’ensemble des actions destinées à préserver la présence aixoise dans le concours commun : résiliation, preuves à l’appui, des partenariats externalisés mis en cause et suppression du concours commun spécifique d’entrée en 2ème année” et que  l’audit “sera effectué par une commission indépendante comprenant des personnalités extérieures dont un membre de l’inspection générale de l’enseignement supérieur”.

direction communique

Des pressions sur les étudiants de l’IEP d’Aix?

Les représentants étudiants mobilisés ont peu goûté l’attitude de la direction. Premièrement, ceux ci n’ont pas été tout de suite informés par la lettre des directeurs de province le 30 septembre alors même qu’elle était adressée à l’ensemble des membres du CA.

Aussi, plusieurs témoignages laissent entendre que des formes de pression ont lieu au sein de l’IEP d’Aix. Un étudiant de l’Institut explique que ceux mobilisés sont « très discrets et silencieux depuis quelques temps car nous recevons de nombreuses pressions et une surveillance accrue de notre direction, on parle même de taupe dans le groupe qui organise la mobilisation». Il précise : « pour vous décrire un peu la tension qui règne chez nous, nous avons appris que notre directeur avait un compte rendu quotidien de nos réunions et enquêtes via notre groupe de travail facebook qui ne contenait pourtant que 30 étudiants de confiance… » Un autre étudiant explique que « c’est vraiment difficile de savoir quelle est la part de bonne et de mauvaise foi dans les propos des directeurs des IEP de province. En même temps j’imagine que mon directeur ne me dit pas toute la vérité. Il y a quelque chose au milieu que je ne saisis pas, quelque chose qui m’échappe ». En conversant avec des étudiants mobilisés, on apprend que le directeur diffuse des informations éronnées au sein de son Institut. Il semble jouer de la rivalité qui existe entre l’IEP d’Aix et les autres de province qui seraient jaloux de son succès. Une bonne partie des étudiants croit justement aux explications fournies par la direction, au grand étonnement du comité de mobilisation qui s’attache à montrer ce qu’ils considèrent comme étant le vrai du faux.

Certains étudiants se sont déjà organisés. Une page facebook intitulée “Renouveau à Sciences Po Aix” créée par trois anciens étudiants des promotions de 2007 et 2009 font un suivi des événement ayant traits à l’IEP. Ils assument leur lobbyng qui “vise à agir dès maintenant pour nous assurer que l’IEP redevienne la Grande Ecole que nous avons connue” et proposent “un changement immédiat de la direction de l’IEP” ainsi qu’un “audit totalement indépendant”. Leur pétition a déjà reçu près de 400 signatures.

Une étrange pétition qui soutient la direction.

Cependant, depuis samedi matin, une autre pétition sur le site mesopinions.org circule. Elle est intitulée “Soutien et confiance à la Direction de Sciences Po Aix” et provient d’un mystérieux “Collectif Défendons Aix” qui serait issu “d’étudiants de 1ère et 2ème années, qui, sans forcement tout comprendre, nous inquiétons pour notre avenir”. Force est de constater que ces jeunes étudiants utilisent magnifiquement bien la rhétorique très lourde et technocratique associée à Sciences Po. De plus, la pétition épouse complètement les thèses véhiculées par la direction de l’IEP d’Aix: “Sciences Po Aix est la cible d’opérations de déstabilisation, fondées sur de fausses informations savamment distillées dans les médias” ou encore dans l’introduction de la pétition:

“Nous sommes soucieux de sortir de ce qui apparaît désormais comme une succession de coups, portés avec une si incroyable concomitance qui échappe à tout hasard. Nous avons alors décidé de nous mobiliser pour soutenir l’action des instances régulières et légitimes qui conduisent la destiné de notre Institut.”

pétition

(Ci dessus, la pétition “Soutien et confiance à la Direction de Sciences Po Aix)

pétition 2Il n’est pas impossible que cette pétition qui a déjà récolté plus de 300 signatures en trois jours provienne en sous main de la direction: Alors que 11 personnes avaient signé cette pétition toute la journée de samedi, 20 personnes se sont levé tôt dimanche entre 6h et 7h du matin pour la signer. Les signatures s’ajoutent curieusement par paquets, en moyenne toute les minutes et trente secondes. Le dimanche, aucune signature n’est à signaler après 20h08. Les signataires proviennent quasiment exclusivement d’Aix en Provence, de Marseille et de Paris. Et puis il y a ces commentaires touchants, plein de bon sens comme “pour nos enfants et contre ceux qui nous attaquent”, “pour que le rayonnement de Sciences Po Aix continue et s’amplifie” ou encore ce très vibrant “pour que vive la synergie public-privé“.

(Ci dessus, des signatures à l’occurrence très régulière de la pétition “Soutien et confiance à la Direction de Sciences Po Aix”)

Rémy Pourquier

Pour prolonger:

Le blog d’une ancienne élève de l’IEP d’Aix, riche en information sur les récents événements:

http://labelleaix.com/les-diplomes-sciences-po-aix-demandent-nouvelle-gestion-ecole/

Article de marsactu du 8 octobre:

http://www.marsactu.fr/societe/sciences-po-aix-moratoire-sur-les-diplomes-a-letranger-et-audit-externe-36655.html?page=4

Lettre ouverte des élus étudiants au CA de l’IEP d’Aix:

http://www.letudiant.fr/static/uploads/mediatheque/EDU_EDU/3/7/262737-educpros-sciences-po-aix-lettre-des-representants-etudiants-original.pdf

Communiqué et tribune de l’IGS et du CESI:

http://www.letudiant.fr/static/uploads/mediatheque/EDU_EDU/1/7/265717-communique-groupe-igs-partenariat-iep-aix-original.pdf

http://www.letudiant.fr/static/uploads/mediatheque/EDU_EDU/1/6/265716-tribune-libre-cesi-partenariat-iep-aix-original.pdf

Site du collectif “Renouveau à Sciences Po Aix”: http://www.renouveauspx.org/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *