Skip to content
Slider

Radial : radioactivité sur les ondes nocturnes

« Radial », c’est une émission radioactive à base de funky groove et de disco techno bizarre. Tous les lundis à minuit, Rawfall et Chti Benjam s’emparent des ondes nocturnes sur Radio Campus Lille (106.6, « facile à retenir, ça ressemble à saucisse ») pour une heure de joyeux rythmes ponctués de punchlines nonchalantes se prenant à moitié au sérieux. Avec pour devise : « Fous le feu à ton poste ! »

Benjamin et Raphaël, camarades de classe en 5A à l’IEP, vouent un culte à la bonne musique et en font profiter les copains depuis longtemps. Maintes fois maudits par leur proprio pour avoir trop monté le volume, ils sont passés des platines aux micros pour se lancer cette année dans le projet Radial.

Aspirants « managers des institutions culturelles », le duo ne se prive pas d’organiser également des petits rendez-vous musicaux dès que l’occasion se présente. Après avoir fait danser les paliens au Magazine avant les vacances, ils prévoient une série de kermesses dominicales, dont la première édition s’est tenue le weekend dernier au Rouge. Dans une ambiance bon enfant, on y a joué à la pêche aux canards sur une soundtrack live atmosphérique. L’occasion de partager une clope au calme et de poser quelques questions pour la Manufacture.

Kermesse #1 au Rouge le 9 novembre 2014
Kermesse #1 au Rouge le 9 novembre 2014. (Photo: Alexandre Desson)

Alors qui sont Rawfall et Chti Benjam ?

Raphaël : Moi c’est Rawfall, spécialité musique noire afro-futuriste.
Benjamin : Moi c’est spécialité musique de blancs, musique déglingos. Je m’appelle Chti Benjam quand je suis à la radio et B. Boris quand je suis derrière les platines, parce que c’est mes initiales, comme B.B., tu connais.

Comment est né l’amour Radial ?

B : Autour d’un shot de vodka à Varsovie je pense.
R : Après que je me sois fait virer de mon stage au Chili.
: On se connaissait avant mais après il est venu vivre dans ma coloc à Varsovie (en 3A). On a décidé de plus jamais se quitter.

D’où vous est venue l’idée d’une émission radio ?

R : Ça c’est Chti Benjam. Lui c’est réseau réseau réseau.
B : C’est-à-dire qu’on aime bien mixer pour les copains, ou même pour les gens, mais on voulait aussi avoir une émission radio où on peut passer des trucs qu’on peut pas mettre sur des dancefloors par exemple. On voulait juste… “donner la musique”.
R : Faire un truc propre, dont on garde une trace.
B : On a présenté notre projet à Radio Campus et on leur a envoyé des mix et voilà. C’est le lundi à minuit.
R : C’est nous qui avons décidé que ce soit nocturne. Pour l’instant on a fait cinq émissions et ça va continuer à tourner tous les lundis jusqu’à la fin de l’année scolaire, quelque chose comme ça.

Qui a quel rôle dans Radial ?

B : Je sais pas, moi je suis plutôt journaliste et Raphaël il est plutôt DJ, disons. Sans entrer dans les considérations de qui fait le café et qui tient le micro, je m’occupe un peu plus de tout ce qui est actualité, de chercher ce qui va sortir, de me tenir au courant des sorties de nos labels préférés… Et Raphaël s’occupe plutôt des sélections et fait le travail de “digger” (de creuser pour découvrir plein de sons).
R : Chti Benjam s’occupe plutôt de l’actu effectivement, démarcher les labels pour avoir des exclus et checker tout ce qui sort. Moi ça m’intéresse moins, à part 3-4 labels que je suis en permanence. On a tous les deux le même apport sur le tracklisting, c’est juste nos deux démarches de sélection qui sont un peu différentes.

Et la radio, vous avez appris tout seuls ?

B : Oui, on a bidouillé sur Audacity jusqu’à arriver à un résultat audible. C’est pas très difficile en fait.

Vous enregistrez chez vous ?

B : Ça dépend, cette fois oui. Sinon c’est dans les studios de Radio Campus.

Et vous faites des trucs à côté du coup ? Comme ce soir ?

B : Bah on mixe dans des soirées, comme celle de vendredi prochain, qui s’appelle la Radial Activity. Et on organise des teufs le dimanche aprèm. On n’a pas trop envie de se mettre en avant, donc c’est plutôt pour présenter ce que font les gens autour de nous, que ce soit de la photo, de la danse, des concerts…
R : Ouais et sinon on sort la nuit.

Et d’autres soirées Sciences Po ?

: S’ils nous invitent un jour.
R : Le gala, c’est prévu (le 12 décembre).

Radial, ça correspond à votre projet de vie ?

R : Ah ouais ouais ouais.
B : Je veux faire Radial toute la vie. D’ailleurs j’ai pour projet de le tatouer sur l’omoplate.

Merci les gars. Un mot de la fin ?

B : On n’est pas très bons pour parler, on fait que des blagues en chti…
R : En plus là je suis vraiment au bout de ma vie. Mais on tient à remercier nos collègues de Stick to the Groove qui sont passés nous voir, ça fait chaud au cœur. Deux gars qui ont une émission très cool aussi sur Radio Campus. Je crois qu’ils ont kiffé d’ailleurs le live cet aprèm.

J’ai droit à un morceau inédit de votre prochaine émission ?

Ouais ! Scandal feat. Lee Genesis, « Love Either Grows or Goes ».

Pour se faire irradier de bonnes ondes dès ce soir : le before c’est ici au Café Oz, l’after au Private.

Si vous avez manqué des épisodes, à réécouter : Radial #1, Radial #2, Radial #3, Radial #4 et le dernier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *