Skip to content

Joséphine Coadou • 18 avril 2018

Anne-Lyvia Tollinchi • 13 avril 2018

Anna Lippert et Anne-Lyvia Tollinchi • 12 avril 2018

Philippine Malloggia • 29 mars 2018

Arrow
Arrow
PlayPause
Slider

Plaidoyer pour une grenouillère – Hommage à Arthur Fauconnier (les derniers mots d’un ami)

Ceci est un hommage à notre ami. Au moment de son enterrement, je voulais honorer sa mémoire. Je n’y résume pas toute sa vie, c’est simplement ma façon de lui dire au revoir.

Plaidoyer pour une grenouillère.
Un hommage à Arthur Fauconnier.

Les grenouillères sont généralement faites pour les enfants. Ce sont ces combinaisons intégrales en coton épais que l’on ferme par devant. Appelées « kozie » outre-atlantique (de l’anglais « cosie », qui veut dire douillet), elles sont effectivement très confortables. Equipées d’une capuche et d’au moins deux poches, c’est la tenue ultime pour rouiller un dimanche après-midi.

J’ai rencontré Arthur en première année, mais je ne l’ai vraiment connu que le jour où j’ai pénétré dans son antre : il est venu m’ouvrir la porte en kozie. C’est toujours passionnant de découvrir l’environnement naturel de nos amis. Pour certains c’est leur lit, pour d’autres leur cuisine. Arthur, lui, c’était le tandem canap’- kozie (options bonnet péruvien, grand écran et PS3).

J’avais déjà entendu parler de la grenouillère auparavant, mais je n’avais pas eu le temps de me forger une opinion sur la question. En découvrant Fauco, je me suis rendu compte à quel point le kozie était outrageusement cool. Qu’il fasse chaud ou froid à l’extérieur, en pyjama ou complètement nu à l’intérieur, la grenouillère est terriblement confortable. Elle est assez ample pour pouvoir se tenir dans toutes les positions (en boule ou allongé), mais pas trop non plus pour être à même de cuisiner proprement. Arthur était un hédoniste, et j’ai le sentiment que cet objet a été spécialement imaginé pour lui.

Ces quelques lignes ne sont donc pas sombres et graves car il me semble que notre ami a profité de sa vie autant qu’il le pouvait, son sourire en témoignait. C’est à travers sa grenouillère que je l’ai connu et il me semble qu’elle reflète beaucoup de sa personnalité.
J’ai acheté une grenouillère à mon arrivée au Canada et ma première pensée fut pour lui en me glissant dedans. Je la porte tous les jours depuis trois mois. Et depuis maintenant deux semaines, c’est devenu bien plus qu’une grenouillère. A présent je te porte également tous les jours, Arthur, bien au chaud dans mon cœur.

 

Chill en paix.

Eloi Savi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *