Skip to content

Les rédactrices en chef 2018 - 2019

Matthieu Slisse et Iloé Fétré - 7 mai 2019

Matthieu Slisse • 06 mai 2019

Matinée d’échanges à Sciences Po Lille – « À travail égal, salaire égal » ?

Valentine Le Lourec · 2 mai 2019

Comité de mobilisation pour le Climat de Sciences Po Lille - 1er mai 2019

previous arrow
next arrow
PlayPause
Slider

Les Neveux présentent : le Repas des Fauves

Pour leur avant-dernière pièce de l’année, les Neveux ont le plaisir de vous présenter la pièce contemporaine « Le Repas des Fauves ».

« En 1942, dans une ville de la banlieue parisienne, Victor a réuni des amis pour fêter l’anniversaire de sa femme Sophie, malgré les restrictions de l’Occupation. La soirée conviviale est brutalement interrompue par des coups de feu au-dehors ; deux officiers allemands sont abattus. Le commandant SS Kaubach surgit dans l’appartement et exige deux otages pour suppléer les coupables en fuite. Les convives disposent de deux heures pour les choisir parmi eux. C’est alors que peut commencer le repas des fauves. »

La réalité de la période historique où l’action se déroule est un formidable prétexte pour traiter, avec beaucoup de cruauté, de suspense mais aussi d’humour, les grands thèmes de l’instinct de survie et du rapport de l’individu face à la mort. Le tout dans une ambiance oppressante de huis clos.

Le grand mérite du « Repas », brillamment adapté en 2010 par le metteur en scène et comédien Julien Sibre d’après la nouvelle de l’écrivain Vahé Katcha, est de nous mettre en face – et d’une certaine manière au milieu – d’un panel de comportements où chacun aujourd’hui est susceptible de se reconnaître. Car si l’époque dans laquelle la pièce s’inscrit est bel et bien terminée, les questionnements qui la traversent sont intemporels : qu’aurions-nous fait à leur place ? Voici la question presque banale, simple mais pourtant complexe, qui assaille le spectateur, le confrontant ainsi à ses propres faiblesses, et surtout, surtout, surtout… le met en garde contre toute tentative de jugement.

Avec : Raphaëlle Landré, Jean-Clément Martin, Aymeric Gaillochon, Pierre Blouin, Fabien Flament, Léa Bréchon, Baptiste Portay, Hans Zillig

Mise en scène : Noémie Schreiber, Fabien Flament

Lundi 20 avril 2015, Gare Saint Sauveur, 20H – Gratuit

Avec en première partie, la pièce la plus absurde du répertoire dramatique : « La Cantatrice Chauve », mise en scène par Cora Wielgus

Mercredi 22 avril 2015, Comédie Solférino, 20H30 – Gratuit

Fabien Flament

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *