Skip to content

Anne Tollinchi • 22 janvier 2018

Tribune d'étudiants • 15 janvier 2018

Alice Galopin • 11 janvier 2018

Arrow
Arrow
PlayPause
Slider

De Sciences Pipeau aux métiers de la comm’

Ô toi, qui passes tes nuits à rêver d’Olivia Pope. Oui, toi qui as binge-watché Scandal, Borgen ou Mad Men, et qui t’imagines diriger le monde par le pouvoir du Verbe, cet article est fait pour toi. Parce qu’ici, nous allons t’expliquer ce que c’est vraiment (et pas à la télé !) que de faire de la communication. Et non, je ne parle pas de communiquer avec ton chat un dimanche soir pour mettre au clair que le canapé, c’est ton espace, et pas un lieu pour se faire les griffes. Allez viens, ça va être bien !

Le jeudi 1er octobre a eu lieu à Sciences Po Lille un événement incroyable, extraordinaire et exceptionnel : une conférence Métiers & Carrières sur les métiers de la communication. Deux diplômés de la promotion Arthur Rimbaud en 2011 sont venus nous présenter leur travail de ouf et nous donner les astuces dignes de MacGyver pour être recrutés.

Crédits : @ScandalABC
Crédits : @ScandalABC

Osons le dire : ces deux Anciens de Sciences Po Lille sont très sympas ! Donc, non, on ne devient pas un méchant capitaliste ou fils spirituel de Goebbels en faisant de la communication. Thomas G. est pour le moment consultant dans l’agence de communication MINDDED, spécialisée dans la Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE), ou comment intégrer des problématiques environnementales, sociales et éthiques dans les entreprises. Il va commencer un nouveau travail en novembre : il sera responsable communication RSE chez Bel, un grand groupe agroalimentaire, qui détient entre autres les marques Boursin, Kiri, Babybel et Apéricube. Par chance, Thomas aime le fromage.

Mélanie A. est consultante communication corporate chez l’agence de communication Giotto. Corporate, kezako ? Ça veut simplement dire qu’elle s’occupe de l’image de grandes marques, groupes, entreprises, institutions, chatons…

Une agence de communication répond à la demande de plusieurs clients. Cela signifie que quand tu es consultant dans une agence, tu dois t’occuper de plusieurs organisations, et évidemment, être au taquet pour chacune d’entre elles. Après, y’a pas que l’agence dans la vie ! Tu peux aussi travailler dans une grande entreprise, comme Thomas qui a travaillé chez Mars Chocolat (j’en rêve la nuit, du chocolat partout !). Mais tu peux aussi travailler dans le service public. Par exemple, Mélanie a fait des stages en communication au Ministère de la Culture et au Ministère de la Défense (badaboum).

T’adapter il te faudra

C’est bien beau, tous ces titres, mais concrètement ? Quand on leur demande ce qu’est une journée type, ils nous répondent : « jamais celles qu’on avait prévues ». Ça t’aide hein ! Tu l’as compris mon petit, être communicant c’est savoir S’ADAPTER. Quel est l’avantage d’avoir fait Sciences Po ? Oui ? Tu l’as dans le mille : la capacité d’adaptation des diplômés de l’IEP est un sacré atout dans le milieu ! Imagine si tu fais comme Mélanie : tu petit-déjeunes avec un client, qui est chef d’entreprise et te parle de la stratégie qu’il veut adopter. Ensuite, tu vas à ton bureau, tu dois rédiger un communiqué de presse, ou une note stratégique, et évidemment être disponible pour les urgences ; sachant que tu as quand même plusieurs clients, qui attendent tous de toi que tu répondes présent au moindre hic. Et puis tu termines par un petit media training (c’est-à-dire coacher un chef d’entreprise pour une apparition télé par exemple). Ben faut s’adapter mon vieux, faut être réactif. Autrement dit, si ton truc c’est de rester pépère dans ton canap’ en netflixant à mort, vaut mieux pas devenir consultant en communication ! Ecris des articles sur les séries que tu aimes pour La Manufacture, c’est bien mieux !

Quand tu ressembles à ça... toi même tu sais !
Quand tu ressembles à ça… Toi-même tu sais !

Avec sciences pipeau, la comm’, c’est du gâteau !

S’adapter, on connaît. Ou si tu es en 1A, tu vas vite apprendre, au gré de terribles cours et d’horribles souffrances. Mais, est-ce que les gens de Sciences Po Lille peuvent vraiment faire de la communication ? C’est pas un truc réservé aux écoles spécialisées ? Pas du tout ! Au contraire, Thomas et Mélanie nous ont clairement expliqué que les paliens avaient une carte à jouer. Cet atout, c’est qu’on est “spécialistes de rien mais qu’on s’y connaît en tout” comme le dit si bien Thomas. Je te vois ouvrir grand tes yeux : ben ouais, le sciences pipeau, ça a un intérêt ! Si si, je t’assure, parce que comme on est touche-à-tout à l’IEP, tu as une idée de comment ça se passe dans l’industrie du nucléaire, ou dans celle des chocolats (personnellement je m’y connais plus en chocolat…). Bref, tu es capable d’une bonne prise de recul, et de pouvoir comprendre les enjeux de tes clients aussi divers que les cours que tu auras eus ! Et ça, dans les écoles spécialisées en communication, c’est pas ce qu’on leur apprend. Donc même s’ils savent mieux utiliser InDesign, tu es quand même une pièce de choix pour une agence de communication.

Faire de la comm’, c’est pas devenir Olivia Pope !

Tu t’imagines déjà le Président des Etats-Unis à tes pieds, et toutes tes petites manipulations en marche (si t’as pas vu Scandal, tu peux pas comprendre…) ? Je t’arrête tout de suite. La communication, c’est pas de la manipulation. On n’est plus dans les années 30 vieux ! Thomas et Mélanie conseillent très souvent à leurs clients d’être le plus transparent possible. Comme le dit Thomas, la communication est “un secteur en plein essor, avec une société de plus en plus transparente”. Autrement dit, mentir, c’est mal (boouuuh). Surtout quand on risque de se faire choper (coucou Volkswagen !). Donc non, tu ne passeras pas du côté obscur de la force en devenant communiquant.

Après, on ne va pas te mentir (t’as suivi ?), tu peux te confronter à des problèmes éthiques ou moraux. Thomas s’est déjà retrouvé dans une situation délicate, d’une entreprise qui voulait communiquer sur une stratégie RSE, mais sans actions réelles derrière. Mais globalement, ils le disent : si vingt ans auparavant il y avait de vrais problèmes éthiques, aujourd’hui c’est beaucoup plus réglementé. A l’aise Blaise, tu peux avoir des convictions et faire de la comm’ !

Un travail d’équipe avant tout

Thomas et Mélanie passent leur temps à rencontrer des gens et à échanger avec eux. Parce qu’une communication ça se fait pas tout seul mon petit ! Faut que tout le monde soit d’accord, que le client (en cas d’agence) comprenne bien ce que tu veux faire. Donc tu rencontres tout plein de gens. Et oui : tu te fais un réseau de fou ! C’est d’ailleurs comme ça que Thomas a changé de boulot une fois, parce qu’il s’est vu proposer un nouveau job ! Si tu te voyais déjà comme Kasper, le spindoctor dans Borgen, seul en train de réfléchir à une stratégie pour massacrer le méchant Laugesen, oublie. Ici, on fait les choses ensemble. Thomas nous a dit : “on s’engueule et c’est bien”. Chacun apporte sa pierre à l’édifice et on forme ensemble une super communication de ouf, t’as vu !

En cadeau, cette vidéo, faite par une vraie agence de communication, sur un mode parodique. C’est marrant hihi.

Public vs privé : la battle

LA grande question si tu veux faire de la comm’ est la suivante : travailler dans le public ou dans le privé ? Pour être plus clair, tu peux faire de la communication politique, où tu t’occupes de l’image et des discours d’un homme (ou femme) politique. La communication publique, c’est celle que tu feras au sein d’un ministère ou d’une collectivité territoriale : il ne s’agit pas (officiellement) de défendre ton candidat, mais l’action de ton organisation. Mais tu peux aussi travailler dans le privé : soit en agence de communication comme nos deux intervenants, soit dans une grosse entreprise qui fait elle-même sa communication, ce qu’on appelle un annonceur. Don’t worry : tu peux très bien passer de l’un à l’autre au sein de ta carrière, parce que les recruteurs aiment avoir un regard neuf, et c’est ce que tu apportes quand tu as eu une expérience différente. En résumé, ton premier job ne détermine absolument pas toute ta carrière !

Pour Mélanie et Thomas, la différence entre le public et privé, c’est surtout une différence de culture. Dans le public, ton boulot se complique par la bureaucratie : tout doit être validé par un certain nombre de gens. C’est pas toujours facile d’amener du changement. Au contraire, dans le privé, toutes tes initiatives sont les bienvenues, mais tu vis davantage à un rythme effréné. Pour te donner une idée, en agence tu fais facilement 50h/semaine. T’es plutôt tranquille dans ton pyjama en pilou, à te demander comment sauver les koalas ? Le public est peut-être fait pour toi. T’es plutôt du genre à pas poser tes fesses deux secondes, à cumuler les projets, et à faire la queue devant l’Apple store dès qu’un nouveau produit sort ? Le privé fera sûrement ton bonheur. Le truc chouette, c’est que si tu en marres de travailler pour une organisation à but lucratif, tu peux te réorienter vers une communication d’intérêt général, pour expliquer à tes camarades que fumer du tabac ce n’est pas bien (sauf pour les rentrées fiscales de l’Etat) !

Comment être recruté par ces gens super méga cools ? Ça aussi on te le dit !

Thomas et Mélanie sont super sympas (oui je me répète). En plus de nous expliquer leur boulot, ils nous ont donné des conseils pour être recrutés. D’abord, le CV c’est méga important. Il faut bien mettre en avant que tu t’intéresses à plein de choses (et non, ne mentionne pas le CRIT, ou le concours de beer pong que tu as remporté la semaine dernière). N’hésite pas à citer certains cours que tu as eus, en fonction du domaine dans lequel tu postules. L’atout que nous apporte Sciences Po, c’est d’avoir une pensée structurée, comme l’a souligné Thomas plusieurs fois. Il faut donc montrer que l’on est capable de faire la différence entre l’essentiel et le secondaire. Mélanie a bien précisé qu’il faut soigner le mail de candidature, parce que bien souvent les recruteurs ne lisent pas la lettre de motivation, et un mail mal rédigé est tout de suite rédhibitoire. En ce qui concerne l’entretien, elle affirme : “On juge les gens sur la personne qu’on a en face de nous. Soyez vous-mêmes” ! Un entretien est réussi s’il y a eu un bon feeling. Autrement dit, ce sont tes capacités relationnelles et ta pêche qui vont faire la différence, donc arbore ton plus beau sourire Colgate. A toi de jouer !

Les métiers de la communication sont un réel débouché pour les étudiants de Sciences Po Lille. Et comme tu l’as compris, ce ne sont pas des propagandistes, ou des affreux jojos, ou Voldemort en personne. Si tu veux plus d’infos, le master Communication Publique et Corporate a un site, qu’il peut être bon de consulter. Mais t’es pas obligé de faire ce master pour faire de la communication. Bref on t’attend de pied ferme !

Maintenant que j’ai bien communiqué, je peux m’en aller manipuler l’opinion de manière insidieuse !

Diaboliquement vôtre, Marianne Barret

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *