Skip to content

Présidentielle 2017 : Il n'est pas trop tard

Philippine Malloggia • 3 Mai 2017

Arrow
Arrow
PlayPause
Slider

Les violences sexuelles, un problème pour l’université

À l’occasion de la journée de lutte contre les violences faites aux femmes, The Hunting Ground, documentaire sur le problème du viol dans les universités américaines, est diffusé ce soir sur Canal+. Une projection exclusive avait lieu le 4 novembre dernier au Kino Ciné de Lille 3, suivi d’un débat avec le public sur les violences sexuelles au sein du système universitaire français.

Les chiffres font froid dans le dos. Une étudiante américaine sur cinq serait victime de viol pendant son cursus. C’est à partir de ce triste constat que les réalisateurs du film The Hunting Ground – “Le terrain de chasse”, titre évocateur – ont mené leur enquête sur la gestion alarmante du viol sur les campus américains. Ce documentaire, très bien accueilli au festival Sundance, fait beaucoup parler de lui aux États-Unis. A tel point que Diego Buñuel, directeur des documentaires sur Canal +, a fait le choix de le diffuser en France dans plusieurs campus universitaires, et notamment à Lille 3 le 4 novembre dernier.

Un film bouleversant

The Hunting Ground est un film qui ne peut laisser indifférent. On suit pendant plus d’une heure et demie Andrea Pino et Annie E. Clark, deux étudiantes victimes de viol sur le campus de l’université North Carolina de Chapel Hill. Leurs témoignages sont éloquents : “n’en parlez à personne”, “que portiez-vous ce jour-là ?”, “aviez-vous bu?” sont les premières et souvent les seules – réponses que l’université leur a adressées. Quand elles réalisent que leur cas n’est pas isolé, elles décident de mener campagne pour briser l’omerta qui règne sur ces violences.

A travers les récits de nombreuses victimes, tout le documentaire expose le silence coupable qui règne dans les universités américaines, y compris au sein des prestigieuses Ivy League. Des universités paralysées par la peur du scandale et la crainte de voir les généreux dons de leurs anciens élèves se tarir. Le film examine tous les aspects de ce problème endémique avec exhaustivité et émotion et laisse ses spectateurs bouleversés.

Lille 3, université pionnière

Pour la projection du documentaire en avant-première, Diego Buñuel n’a pas choisi Lille 3 par hasard. L’université est pionnière en matière de prévention d’agressions sexuelles et de lutte contre les violences liées au genre. Elle a mis en place en 2008 une cellule de veille et d’information sur le harcèlement sexuel (CEVIHS), programme dédié à l’écoute des étudiant.e.s victimes de violences. Par cette initiative inédite, l’université souhaitait alors “marquer son engagement dans la promotion d’un environnement exempt de discrimination et de violence et réaffirmer les principes d’égalité”. Depuis, d’autres ont pris le même chemin, notamment à Lille 1 et à Bordeaux.

“Ça n’existe pas en France”, vraiment ?

Peut-on parler d’une levée du voile sur les violences sexuelles à l’université ? “Quand j’ai parlé de ce film autour de moi, on m’a souvent répondu que ça n’existait pas en France”, déclare Diego Buñuel pour lancer le débat. Un problème cantonné aux Etats-Unis ? La réponse ne s’est pas faite attendre. Les violences sexuelles concernent aussi bien les étudiant.e.s en France que de l’autre côté de l’Atlantique. Bien sûr, certaines dynamiques sont propres au fonctionnement des campus américains : les fraternités et les équipes de sport universitaires, bien souvent impliquées dans les affaires d’agressions sexuelles, possèdent un pouvoir financier et réputationnel qui sont autant de moyens de pression sur les administrations universitaires.

Mais aux États-Unis comme en France, les étudiants s’amusent, boivent, font la fête, et dans les deux pays la définition du consentement n’est pas toujours bien appréciée. Nathalie Coulon, maître de conférence en psychologie et coordinatrice de la CEVIHS, et Christine Gruson, formatrice à l’IUT et membre de la CEVIHS, ont insisté sur cette notion essentielle pour des rapports sains entre les sexes.  « La question du consentement est au cœur du problème, il faut se demander, ‘c’est quoi consentir ?' ».

Le harcèlement sexuel dans l’enseignement supérieur, un sujet encore plus tabou

Bien vite, une autre question mobilise les interventions du public : le harcèlement sexuel dans le monde universitaire. Le tabou a été brisé dès 2002 avec la création de CLASCHES: Collectif de Lutte Anti-Sexiste contre le Harcèlement Sexuel dans l’Enseignement Supérieur. Pourtant, le harcèlement entre chercheurs, dans le contexte du laboratoire, reste considéré comme de “l’humour”, des blagues “potaches”… Les victimes craignent souvent des conséquences pour leur carrière si elles en parlent. Pour les intervenantes de la CEVIHS, la réponse passe donc par la prévention et la sensibilisation à ces questions. À ce niveau, les choses commencent à avancer : à l’initiative de CLASCHES, avec le soutien de l’Association nationale des études féministes et du ministère de l’Enseignement supérieur, un guide pratique “pour s’informer et se défendre” a été diffusé dans les universités cette année.

The Hunting Ground – Terrain de chasse, documentaire de Kirby Dick (2015), diffusé ce soir à 23h10 sur Canal+

Mahaut de Butler

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *