Skip to content

Présidentielle 2017 : Il n'est pas trop tard

Philippine Malloggia • 3 Mai 2017

Arrow
Arrow
PlayPause
Slider

Dans les coulisses du Jeu de l’Oie

On vient à peine de vous annoncer que le nouveau numéro du Jeu de l’Oie sera bientôt en vente à la cafèt’ que déjà une vague question fait surface dans votre esprit : le Jeu de l’Oie, c’est la revue de relations internationales de Sciences Po Lille, c’est ça ? Oui, et vous n’avez peut-être pas entendu parler d’eux depuis leur dernier appel à contribution, mais pourtant l’équipe de la revue et les contributeurs n’ont pas chômé ces derniers mois : la Manufacture a rencontré Marjolaine Tatin du Jeu de l’Oie pour vous révéler les secrets de fabrication d’un numéro…

Le Jeu de l’Oie revient avec son numéro 8, et une exception pour cette édition : trois dossiers au lieu de deux contrairement à son habitude, à savoir un dossier géographique sur l’Asie du Sud-Est, et deux dossiers thématiques sur « L’espace dans les relations internationales » et « Iran/Cuba, la fin des vilains petits canards internationaux ? ». Des titres aguicheurs, qui promettent des articles passionnants ! Mais comment la revue s’élabore-t-elle ? A la Manufacture, on sait que vous n’avez pas forcément des agents infiltrés dans toutes les associations de l’IEP, alors nous sommes allés mener l’enquête pour vous.

Le Jeu de l’Oie, « ce n’est pas un canard ! »

Comment définir la ligne éditoriale du Jeu de l’Oie ? « Ce n’est pas un canard ! » commence par affirmer Marjolaine, élève en deuxième année et présidente du Jeu de l’Oie. Le Jeu de l’Oie se veut en effet une revue de relations internationales rigoureuse, tout en étant originale et décalée. Ouverte aux contributions des élèves comme des professeurs, la revue donne à lire deux fois par an des dossiers thématiques et géographiques rédigés dans un style journalistique, avec parfois des interviews de spécialistes des différentes questions traitées. Le principe est simple : parler de sujets de relations internationales de manière atypique, informer et renseigner en étant original, ludique… et libre (il ne s’agit pas de faire une dissertation !), à mi-chemin donc entre une revue journalistique et une revue académique.

Du choix des sujets à la publication

La publication d’un numéro du Jeu de l’Oie, c’est un processus de longue haleine ! Rien que pour choisir les thèmes du prochain numéro, « ça nous prend plusieurs semaines ». S’ensuit l’appel aux contributions, accompagné d’une deadline pour les propositions d’articles : un sujet, un thème, un fil conducteur original avec en une demi-page les différents points que vous aimeriez traiter dans votre article, vous envoyez tout ça à l’adresse mail du Jeu de l’Oie, et vous êtes déjà un contributeur potentiel du prochain numéro ! Dès lors, toute l’équipe s’active : les réunions pour retenir certaines idées d’articles, éviter les doublons et les propositions hors-sujets, déterminer le nombre de pages et de caractères pour chaque article… Une fois cette étape passée commence véritablement la rédaction : chaque contributeur envoie son article terminé, qui est relu, corrigé et revérifié tant sur le fond que sur la forme. Car c’est cela, le gage de qualité du Jeu de l’Oie : toutes les informations et les sources contenues dans chaque article sont soigneusement vérifiées, parfois avec la participation des professeurs, même si « c’est mission impossible de faire vérifier tous les articles d’un numéro par les professeurs », concède Marjolaine. Après un bon mois et demi de rédaction et de correction, les articles sont envoyés à une graphiste professionnelle qui s’occupe de la mise en page, puis vient enfin la phase finale où le numéro est envoyé à l’imprimeur.

L’Oie la plus célèbre de l’IEP a de beaux jours devant elle

Vous ne le saviez peut-être pas, mais notre Oie palienne est en passe de devenir une véritable célébrité locale ! La revue a en effet rencontré un vif succès auprès des étudiants de l’Ecole Supérieure de Journalisme et de Lille 2, et sera prochainement proposée aux étudiants de l’Université Catholique de Lille. Et pour ceux qui ont déjà hâte de dévorer le numéro 9 (dont la rédaction n’a pas encore commencé, il faudra prendre votre mal en patience !), sachez qu’il comportera un dossier géographique sur la péninsule arabique, et un dossier thématique, « 1991, début de l’histoire ? ». Spécificité de ce futur numéro : à l’occasion de l’anniversaire des 25 ans de Sciences Po Lille, un dossier spécial réalisé en partenariat avec le Club du Millénaire viendra côtoyer les deux autres dossiers. Une belle programmation donc, qui pourra probablement compter encore une fois sur la collaboration du seul et unique Michel Hastings : s’il n’est pas toujours évident d’obtenir des contributions des professeurs, certains sont des valeurs sûres : « Monsieur Hastings est devenu un contributeur régulier, il est toujours très enthousiaste ».

img_1338.jpegLe Jeu de l’Oie, c’est finalement quelque chose d’assez atypique en soi, qui se définit par ce qu’il n’est pas : ce n’est ni une revue de recherche ni un canard, le ton n’est ni académique ni relâché, l’ambiance ni est ni austère ni studieuse ; c’est au contraire une expérience à la fois rigoureuse et décalée, conviviale et ludique…

Et Marjolaine d’insister : ceux qui souhaitent participer à cette belle aventure, ou simplement poser des questions, n’hésitez pas, « on ne mord pas ! », promet-elle.

Le numéro 8 du Jeu de l’Oie sera en vente à la cafétéria dès lundi.
Appel aux contributions pour le numéro 9 jusqu’au 1er février, propositions d’articles à renvoyer à jeu2loie.revue@gmail.com.

Philippine Malloggia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *