Skip to content

Stranger Things saison 2 : la magie opère-t-elle toujours ?

Joséphine Coadou • 16 novembre 2017

Anne-Lyvia Tollinchi • 15 novembre 2017

Trump, un an plus tard

Gwendoline Morel • 9 novembre 2017

Arrow
Arrow
PlayPause
Slider

Toutes les réponses à vos interrogations sur le Club du Millénaire

En cette semaine de rentrée, deux tristes constats sont à faire : le premier (vous ne vous en étonnerez pas), c’est qu’il pleut ; le second, c’est que la routine des cours, des amphi, et des confs reprend (pire : les galops arrivent). Attendez, la routine ? Pas si sûr… si on vous avait dit avant les vacances que mercredi 24 février, au retour de la pause d’hiver, vous alliez pouvoir assister à une conférence sur l’entomophagie (le fait de manger des insectes), et grignoter des insectes au cours d’un buffet offert, il y a fort à parier que vous n’y auriez pas cru. Parce que peu de gens les connaissent et les plébiscitent alors qu’ils organisent régulièrement des conférences uniques et passionnantes, l’heure est venue de faire toute la lumière sur l’association la plus atypique de Sciences Po Lille : le Club du Millénaire.

La diplomatie du Vatican, le système de soin au XXIe siècle et la portée politique des arts martiaux, c’était eux. La vie du Club du Millénaire est rythmée par l’écriture de leurs articles et l’organisation des conférences, ainsi que les réunions des membres du Club, tous ouverts d’esprit et prêts à débattre du fond de leurs articles. Juliette Barraux, élève en deuxième année et responsable du Pôle conférence du Club, nous en dit un peu plus sur cette curieuse association.

Le Club du Millénaire, « c’est un peu une sorte de cercle intellectuel »

Avouez-le, vous vous êtes au moins une fois demandé ce qu’était le Club du Millénaire, cette étrange association qui ne fait pas beaucoup de bruit mais qui est pourtant très présente dans la vie culturelle de l’IEP à travers les conférences qu’elle organise. Il faut d’abord savoir que l’association lilloise n’est qu’une antenne du Club, puisque ses fondateurs, d’abord élèves de l’IEP, ont ensuite quitté la capitale du Nord pour travailler à Paris, où ils ont transporté la « maison-mère ». En plus d’organiser des conférences et des colloques, une grande partie de leur activité consiste à écrire des articles, qui peuvent être en rapport à l’actualité ou bien davantage relever de l’investigation philosophique. « On accepte n’importe quel sujet, du moment qu’il y a une vraie problématisation », affirme Juliette. Il ne faut pas toujours que ce soit grave ou politique : « on cherche avant tout du contenu et une pensée ». Les articles sont ensuite publiés sur le site du Club ainsi qu’aux Presses de Sciences Po, (ou dans l’IRIS pour des thèmes particuliers dans le cadre d’un partenariat), même si le rythme de parution est très irrégulier… ce qui leur vaut parfois un « petit coup de pression de Paris », continue Juliette, car manifestement ils aimeraient parfois que la rédaction accélère un peu. Toujours pressés, ces Parisiens !

L’organisation des conférences exige une sacrée logistique

« C’est très compliqué de trouver un intervenant », explique Juliette. Les sujets sont souvent très spécifiques donc les spécialistes sont dur à trouver ; il faut ensuite les faire venir, donc trouver une date qui leur convienne. Par exemple, il y a un projet de colloque sur le transhumanisme dans les cartons du club (c’est-à-dire le fait de prolonger la vie humaine après la mort), mais l’intervenant n’a pas encore été trouvé. Parfois l’école prend en charge le transport pour l’intervenant, mais ce n’est pas toujours le cas : dans ces situations, c’est le Club qui doit financer le trajet, en plus des différents événements qui peuvent être organisés autour de la conférence ou des colloques (comme un buffet).

« La farine d’insecte, ce sera un produit de la consommation de demain ! »

Le Club est aussi en avance sur son temps : Jean-Philippe Paillard viendra nous expliquer mercredi en quoi la légalisation de l’entomophagie est un enjeu de consommation pour le futur. Si la consommation d’insectes est une pratique courante dans de nombreux pays du monde, c’est loin d’être le cas en Occident, entre autres parce que, pour des raisons d’incertitudes sanitaires, la commercialisation frôle la légalité, en vertu d’une directive européenne. Les propriétés des insectes s’inscrivent en effet parfaitement dans une logique de production soutenable : c’est une manière de produire très économique puisque les insectes ont besoin de très peu consommer pour être mis « en culture », et cela prendrait très peu de place car ils peuvent sans problème être « cultivés » à la verticale, en ville. Et en plus de cela, ils sont très riches en protéines. La conférence se conclura par un buffet d’insectes offert par le Club, histoire de mettre en pratique ce qui viendra d’être entendu.

Tenté(e) par l’expérience ?

Et si l’on veut écrire pour le Club ? Y a-t-il un recrutement, une sélection ? Pas du tout ! « Allez juste voir Barthélémy [de Canson, le président de l’antenne lilloise, ndlr] et dites-lui que vous aimeriez écrire un article, il en sera très heureux », dit Juliette en riant. Et si vous avez une idée géniale, que vous émettez un point de vue inédit sur une question, vous pourrez même faire breveter votre éclair de génie… Car c’est cela aussi le Club du Millénaire : un travail sérieux de réflexion, d’investigation, dans le respect de l’esprit du Club. « Ce sont vraiment des articles de fond, le style n’est pas journalistique » mais plutôt orienté recherche. Juliette insiste sur l’idée de club, elle aime cette idée de cercle intellectuel, le logo qui représente de vieilles gravures du XVIIIe siècle, leurs conversations au cours des réunions et la bonne ambiance qui y règne. Ce qui l’encourage à inviter le plus grand nombre d’étudiants à y participer : « à Sciences Po, c’est une association vraiment unique ».

Rendez-vous en salle A2. 1-2 à partir de 18h pour assister à la conférence sur l’entomophagie !

12783674_10153789296503780_1779546971664965_o

Philippine Malloggia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *