Skip to content

Présidentielle 2017 : Il n'est pas trop tard

Philippine Malloggia • 3 Mai 2017

Arrow
Arrow
PlayPause
Slider

Lever de rideau sur l’association Théâtre Solidaire

Fraîchement arrivée à Sciences Po en tant qu’ED, j’avais entendu parler d’Enactus et de l’entreprenariat social et me suis donc tournée vers Silvia (Di Francesco, 2A), co-chef de projet avec Gabrielle Way Voegelpel (2A) pour « Théâtre Solidaire », qui me parla cours de théâtre, sourires d’enfants, vivre-ensemble et solidarité. Le projet « Théâtre Solidaire » est né d’une collaboration fructueuse il y a quatre ans entre étudiants de Sciences Po Lille touchés par la question Rom dans la métropole lilloise et une troupe de théâtre se sentant toute aussi concernée, la Compagnie des Choses.

13090340_1602980600024799_1773476450_n.png
Crédits • Anaïs Plateau

Quel est le but concret de notre association ? Vous n’êtes pas sans remarquer qu’à Lille, que ce soit dans le métro, aux abords des gares, dans la rue, les parcs, souvent des femmes en jupons bariolés et aux longues nattes noires stationnent avec leurs nombreux enfants un peu bruyants ; souvent, ils ne demandent rien qu’à passer tranquillement, parfois ils quémandent quelques pièces, mais nous ne savons quel regard poser sur ces personnes si différentes, et balançons la plupart du temps entre méfiance, vague pitié ou indifférence pure et simple. Loin de nous l’idée de jeter la pierre à qui que ce soit ! Car le but de notre projet est non seulement de promouvoir un liant entre les habitants de la métropole et ces populations, mais également de changer les regards portés sur elles, le nôtre inclu. On estime à à peu près 15 millions de personnes la population rom en Europe aujourd’hui. Implanté en France depuis le Moyen-Age, ce peuple, souvent parqué dans des campements de fortune, est aujourd’hui la cible de discours racistes stimulés par un sentiment d’insécurité grandissant, ou simplement par la désapprobation de voir ces gens vivre comme en parallèle de notre culture, comme un boulet qu’on ne voudrait pas voir.

Ainsi, le but de Théâtre Solidaire est de permettre la rencontre dès le plus jeune âge entre Roms et non Roms, c’est pourquoi deux heures par semaine nous organisons, grâce aux soutiens des communes participantes, des ateliers théâtres entre élèves qu’on appelle « allophones arrivants », ou primo-arrivants, donc les jeunes Roms immigrés venant d’Europe orientale, et élèves francophones. Cette année nous intervenons au collège Simone de Beauvoir de Villeneuve-D’Ascq auprès de vingt-deux élèves. Les ateliers sont animés par des professionnels du théâtre de la Compagnie des Choses, sans qui le projet ne serait pas possible. Par ailleurs, le lundi après-midi, et dans le cadre de ce qu’on a appelé le « pôle blog », deux de nos membres, Pauline Mathieu et Audrey Dchr se rendent à Villeneuve D’Ascq et discutent avec élèves des questions de différences et de tolérance à travers d’ateliers ludiques, de discussions animées et d’activités manuelles. Ce qui a été fait lors de ce « cours » est ensuite inscrit sur un blog confectionné par les élèves eux-mêmes, qui en sont particulièrement fiers ! Pauline et Audrey retirent de cette expérience un réel enrichissement. Ainsi Pauline affirme qu’ « animer le blog a été une expérience toute nouvelle pour moi. Je n’avais jamais travaillé avec des enfants, ça m’a beaucoup plu. Je pense qu’on a appris autant de choses des enfants que eux de nous. Le but n’est pas de faire un cours, c’est une heure où l’on peut discuter et débattre, dans une atmosphère super libre et détendue. On a pu ainsi faire la connaissance de plusieurs collégiens de nationalités très diverses et  apprendre à connaître leur histoire et leur culture ». Audrey évoque aussi son expérience : « j’ai vécu l’heure au Collège Simone de Beauvoir comme une expérience très enrichissante. Le projet de blog a été très positif à mon sens. La majorité des élèves était dynamique et vive, j’ai beaucoup aimé entendre leurs avis sur les thèmes que nous abordions, ils avaient tous des histoires personnelles différentes à partager. J’ai appris énormément de cette interaction, je ne connaissais pas la culture rom, je ne savais pas particulièrement tenir un groupe d’élèves pendant une heure : je sens que j’ai grandi grâce à eux ! J’espère avoir pu les éveiller à la réflexion et à la découverte, je pense qu’ils étaient heureux de venir à nos séances, ils disaient toujours qu’elles passaient très vite ! »

13090303_1602980640024795_2138024401_n.png
Crédits • Anaïs Plateau

Si l’action auprès de ces jeunes nous paraît des plus importantes, la sensibilisation des habitants de Lille mais aussi des étudiants comme nous, qui sommes au plus près touchés par ces enjeux sociaux ne l’est pas moins. Ainsi, nous organisons en parallèle des ateliers des événements, expositions, conférences… La prochaine se tiendra demain, jeudi 28 avril porochain, à l’IEP de 18h à 20h en B4.13 et aura pour thème les politiques d’accueil des Roms en Europe et en France. Elle aura pour intervenants Valérie Muthelet, professeur de droit public à l’université d’Artois qui nous parlera de la dimension européenne de cet enjeu ; le maire d’Hellemmes, Frédéric Marchand qui, particulièrement concerné par le sujet, au vu des polémiques récentes qui ont entouré l’ouverture d’un village d’accueil dans la commune qu’il administre,  évoquera l’intégration, au niveau local des populations roms ; et enfin, Thomas Dumont, réalisateur du court-métrage « Roms d’ici » tourné à Lille avec le collectif « Roms Solidarité » viendra nous parler de la dimension humaine de l’intégration des Roms. Le film, d’une vingtaine de minutes, sera projeté en début de conférence. Alors en dépit des galops et autres oraux ou révisions de partiels, nous vous attendons nombreux pour réfléchir à la question jeudi soir, avec un petit buffet à votre attention !

Juliette Barraux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *