Skip to content

Présidentielle 2017 : Il n'est pas trop tard

Philippine Malloggia • 3 Mai 2017

Arrow
Arrow
PlayPause
Slider

Plongée au coeur du mouvement « Nuit Debout »

Il est 19h30. La place de la République à Paris est remplie de milliers de personnes assises au sol, en cercles ou devant la scène. Sous le crépuscule parisien, un air de musique accompagne une voix sortie d’un mégaphone.

L’ambiance à Nuit Debout pour un initié qui vit ses premières heures sur la Place de la République en ces soirs de début de printemps est assez inédite et presque euphorisante. On y vit des instants de démocratie participative et des moments pleins d’humanité. Sur la place de la République, il est tous les soirs possible de s’avancer vers un parfait inconnu et d’engager une conversation qui peut se poursuivre longtemps. Ce parfait inconnu ne vous aurait sûrement jamais adressé la parole dans le métro ou dans la rue, et pourtant, à ce moment là, échanger à plusieurs est la chose la plus spontanée qu’il soit. En fait, il semble que certaines barrières un peu idiotes de la civilité disparaissent pour laisser place au dialogue. L’échange à Nuit Debout se fait sous toutes les modalités ; Fanny, étudiante en théâtre à Paris III, s’occupe de Dessin debout, sur un coin de la République un petit groupe de gais personnages te prête craies et autres crayons pour dessiner à même le sol, chacun laisse libre cours à son imagination pour partager dessins et autres slogans avec tous. Les mots d’ordres sont le partage et le dialogue, à Nuit Debout. Le propre de l’homme est le langage, affirmait Aristote. Oui, le langage permet à tous de s’expliquer, d’échanger des idées et de les faire grandir. Du moins, c’est ce que l’on a ressenti ce soir là et on eu envie d’y croire…

P1030162
A.L/E.G Lire « Nuit Debout, Retrait de la loi Travail »

A l’origine, un rassemblement autour du film Merci Patron

Tout a commencé le 23 février 2016, lorsque François Ruffin, réalisateur du film Merci Patron organise une soirée à la Bourse du travail de Paris intitulée « leur faire peur » (en parlant de l’oligarchie). Agathe, étudiante en sciences politiques à Lyon, se souvient que lors des premières réunions de Nuit Debout, les gens regardaient ce film ensemble, « Je crois que ce film a été un catalyseur du mouvement, il a catalysé un raz-le-bol général » dit-elle. Le public présent décide alors de travailler à la « convergence des luttes ». En pleine période de protestations contre la loi El-Khomri qui vise à réformer le code du travail, le comité décide de rester sur la place de République à Paris à l’issue de la manifestation du 31 mars. Le mouvement Nuit Debout est né.

Un mouvement hétéroclite …

Souvent décrit comme un « ovni » politique et assimilé au mouvement des Indignés en Espagne de 2011, le mouvement consiste en l’occupation d’une place par un grand nombre de personnes. Au départ formé contre la loi Travail, il s’est élargi à la critique plus globale du système social, économique et politique. Grâce au bouche-à-oreille et aux réseaux sociaux, il n’aura suffit que quelques jours pour que le mouvement de la place de la République rassemble des milliers de personnes. Des étudiants, des lycéens, des retraités… La foule présente y est hétéroclite. Aucun parti politique ni syndicat n’y revendique ses positions.

… à l’organisation bien définie 

Mais au fond, que veulent-ils ? Nuit Debout n’a aucune revendication particulière. Les propositions sont variées et les discussions se font sur le modèle de la démocratie directe et participative. Les travaux de discussion se font en commissions, chacune modérées par une personne désignée. Chacun peut y prendre la parole et faire des propositions. La commission « éducation » à laquelle nous avons assisté était ainsi composée d’une majorité de professeurs et parents d’élèves qui y faisaient part de leur expérience, soulevant les points sensibles qui empêchaient le bon fonctionnement du système éducatif.

P1030165
A.L/E.G Langage corporel de Nuit Debout

 

P1030173
A.L/E.G Langage corporel des occupants de la place approuvant le discours d’un intervenant

Le travail est alors porté devant la foule qui l’accepte ou non avec un langage corporel dont les codes sont affichés lisiblement sur la place. Grâce à ce « code » corporel, les participants peuvent approuver ou non un discours ou signifier à l’intervenant qu’il doit aller plus vite.

13115792_10209239590610813_1143140364_n
C.G Commission « éducation » réunie place de la République à Paris

Si la place occupée est le lieu privilégié de débats et de propositions, le mouvement se caractérise également par des stands consacrés par exemple à de l’aide juridique : un avocat et son élève y répondent à des questions extrêmement variées d’ordre juridique; par exemple, que faire si l’on est arrêté par la police en tant que manifestant. On y rencontre aussi une « université » de fortune, des stands de nourriture, un studio de radio abrité sous une bâche en plastique, une librairie et même un stand où nous nous sommes vus proposer l’opportunité de participer à l’écriture d’une nouvelle constitution.

Le mouvement place de la République est le plus médiatisé mais s’est étendu dans plus de 60 villes de province début avril.

Un mouvement également actif à Lyon et à Lille 

A Lille, la manifestation reste plus calme et moins importante. Mais pourtant, le mouvement s’organise et se structure de jour en jour. L’organisation est la même que sur la place de la République. En dehors des interventions de responsables de Commission, chacun peut prendre la parole librement et partager ses réflexions avec l’assemblée. L’avantage, peut-être, d’un groupe d’échange plus restreint à Lille qu’à Paris, est la véritable spontanéité des interventions : il suffit de lever la main pour prendre le micro quand à Paris il faut s’inscrire sur une feuille pour pouvoir prendre la parole plus tard lors des assemblées générales. A Lyon, le mouvement semble avoir pris beaucoup plus d’ampleur. Agathe compte un soir 800 personnes sur la place Guichard. Si selon elle l’organisation du mouvement a été au départ un peu houleuse, il s’est structuré et aujourd’hui, elle se réjouit de voir que « des représentants qui n’ont pas l’habitude de s’exprimer en public prennent la parole ».

P1030154
A.L/E.G

Nuit Debout, un mouvement qui rassemble au delà des clivages sociaux ?

« J’ai trouvé que le mouvement était assez intergénérationnel mais que c’était majoritairement que des gens politisés et issus de la même classe sociale, en tout cas pour les gens qui intervenaient… Du coup je me suis dit que oui c’était super la démocratie participative mais comment mobiliser TOUT le monde ? », se demande Agathe. On s’est fait la même remarque à la place de la République. On y a vu surtout des jeunes ou des personnes plutôt issues de classe sociales favorisées qui avaient fait des études. Pourtant à Lille, ce n’est pas le même sentiment qui domine, la population semble plus hétérogène. Alors, le mouvement Nuit Debout est il capable de mobiliser des gens qui ne sont pas préalablement politisés ? « Il n’y a pas besoin de s’y connaître en politique pour s’intéresser à la politique ! » rappelle un intervenant lillois. C’est ce que le mouvement Nuit Debout tient à montrer.

Quel avenir pour Nuit Debout ?

Samedi soir, à Lille, un intervenant informe l’assemblée qu’il semblerait que dans la région de Toulouse, deux citoyens auraient décidé de se présenter à des élections pour porter les idées du mouvement Nuit Debout. Outré, un homme qui semble avoir un passé de militant invétéré derrière lui crie dans le micro : « Nuit Debout c’est un bébé, Nuit Debout n’appartient à personne et ne connaît pas de représentant ! ». En effet, ce qui ressort le plus souvent c’est que le mouvement est pensé comme appartenant à tous. Nous avons demandé à plusieurs reprises vers où pouvait aller Nuit Debout. « C’est à vous de nous le dire, Nuit Debout, c’est ce que chacun d’entre nous voudra bien en faire » nous répond rêveur un jeune avocat idéaliste…

P1030181
A.L/E.G

Anna Lippert et Clara Guérin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *