Skip to content

Stranger Things saison 2 : la magie opère-t-elle toujours ?

Joséphine Coadou • 16 novembre 2017

Anne-Lyvia Tollinchi • 15 novembre 2017

Trump, un an plus tard

Gwendoline Morel • 9 novembre 2017

Arrow
Arrow
PlayPause
Slider

Food Sense Tour India : lumière sur un projet de césure pas comme les autres

Alors que l’année de césure est maintenant autorisée entre les deux années de master, peu d’étudiants saisissent cette opportunité alors que c’est l’occasion de vivre des expériences inoubliables ou de réaliser des projets qui pourraient leur apporter un enrichissement humain et professionnel certain. Et cela, Maud Jovet et Claire Guillaud l’ont bien compris : lumière sur leur Food Sense Tour, un projet original qui les amènera à parcourir l’Inde pendant six mois.

Si vous lisez cet article parce que vous pensez que Sciences Po Lille autorise les années de césure « gastronomiques », votre déception risque d’être grande. Issu d’une idée qui mûrit dans leur esprit depuis la 3A, le Food Sense Tour de Maud et Claire est un « projet de voyage informatif en Inde avec une visée documentaire ». Vous n’y voyez pas plus clair ? La Manufacture a rencontré Maud pour avoir le fin mot de l’histoire.

Food Sense Tour, quèsaco ?

Objectifs FST
Crédits : Food Sense Tour India

A la croisée des thématiques de l’alimentation écologique, de l’éthique sociale, du développement durable et de l’éducation, le Food Sense Tour India a pour objectif de provoquer une prise de conscience des conséquences de l’alimentation sur l’environnement, et de sensibiliser les étudiants et les jeunes Français à l’importance d’adapter nos pratiques alimentaires. Pour ce faire, Maud et Claire vont partir six mois en Inde, à la rencontre d’une dizaine d’acteurs de tout le cycle alimentaire durable : producteurs, consommateurs, entrepreneurs sociaux et associations. « On va passer deux semaines dans chaque structure, on sera nourries et logées et en échange on travaillera au sein de la structure. C’est important de rester bien deux semaines car il nous faut un temps d’observation : comprendre leur vision de l’alimentation, leurs pratiques de production ou de consommation; mais aussi réaliser les interviews et tourner les images ». Car à leur retour en France commencera la deuxième étape de leur projet, à savoir le développement du contenu audiovisuel et informatif : réalisation d’un documentaire sur leurs six mois en Inde, édition d’un guide numérique et organisation d’activités de sensibilisation et de mise en pratique à Sciences Po. Le guide comprendra des conseils et astuces pour développer une alimentation durable, ainsi que des recettes testées durant leur Sense Tour qu’elles auront adaptées avec des produits français.

MakeSense et l’entreprenariat social : le point de départ du Food Sense Tour India

La mise en œuvre d’un tel projet exige une organisation et une logistique telles que la tâche peut sembler impossible. Mais Maud et Claire ont eu un petit coup de pouce de MakeSense, une association mondiale qui met en réseau des bénévoles et des entrepreneurs sociaux. L’idée : permettre à des individus dispersés de par le monde de relever des défis écologiques et environnementaux, et aider à la mise en place de projets tels que les Food Sense Tour. Avant elles, deux projet similaires ont vu le jour grâce à MakeSense : le Food Sense Tour de Bruno Pison autour du monde en 400 jours, à la rencontre des acteurs de l’alimentation durable ; et celui de trois étudiantes de l’ESCP Europe, qui sont parties pendant 7 mois en Amérique du Sud pour échanger avec les entrepreneurs sociaux du secteur alimentaire. Ainsi, MakeSense leur aura permis de trouver certaines des structures qu’elles iront étudier en Inde, notamment une association qui aide au développement de l’agriculture écologique, et une entreprise qui produit des couverts comestibles et biodégradables.

Structure FST

Structure FST 2

Structure FST 3

Mettre en place un Food Sense Tour, un parcours du combattant ?

A leur retour de 3A, les deux amies se sont décidées à mettre leur projet à exécution. Mais par où commencer ? « On n’avait jamais monté un tel projet ! On ne savait pas quel forme il allait prendre, mais on a pris contact avec des gens de MakeSense qui nous ont parlé des Food Sense Tour. On a beaucoup échangé avec eux, ils nous ont aiguillées », explique Maud. Elles ont commencé par créer une association, The Sustainable Food Change, « pour exister institutionnellement, demander des subventions et rechercher des partenariats ». Il a fallu réaliser un premier budget, une plaquette présentation, déterminer leur fil directeur, communiquer sur les réseaux sociaux pour se faire connaître, et, last but not least, chercher des financements. Car c’est là un des principaux défis du projet ! Il faut chercher du côté des subventions publiques et privées, des bourses, du crowdfunding, des prix offerts par des concours privés, comme celui du PIEED qui récompense les initiatives étudiantes de solidarité internationale et d’éducation populaire (et qui a sélectionné le Food Sense Tour parmi les dix finalistes ; annonce des cinq lauréats le 20 mai !). L’autre enjeu aussi était d’obtenir l’aval de Sciences Po Lille, très strict en la matière : « les critères pour les césures sont très précis : services civiques, activités sportives de haut niveau, maladies… et notre projet ne rentrait pas dedans. Mais on a rencontré des profs qui nous ont conseillé de nous y consacrer à fond malgré tout, car l’autorisation des césures se fait vraiment au cas par cas ». Et elles ont bien fait, puisque leur césure a fini par être validée il y a quelques jours.

« Une opportunité géniale »

Maud le reconnaît, c’est parfois dur à gérer en parallèle des cours et du mémoire : « c’est un projet qui nous tient à cœur, c’est l’aboutissement d’une réflexion personnelle mais nous ne sommes que deux à tout organiser ». Pour autant, elle ne regrette rien : « ça nous a enseigné des choses que l’on avait jamais apprises en cours », « c’est une opportunité géniale ! ».

Maintenant qu’elles ont l’aval officiel de l’école, Claire et Maud vont pouvoir se consacrer plus avant dans leurs recherches de partenaires et de financements. Elles lanceront en mai leur campagne de crowdfunding, et s’envoleront en septembre pour l’Inde. Une aventure qui promet de belles expériences !

Philippine Malloggia

Et pour suivre les aventures de Claire et Maud, c’est sur la page facebook du Food Sense Tour !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *