Skip to content

Stranger Things saison 2 : la magie opère-t-elle toujours ?

Joséphine Coadou • 16 novembre 2017

Anne-Lyvia Tollinchi • 15 novembre 2017

Trump, un an plus tard

Gwendoline Morel • 9 novembre 2017

Arrow
Arrow
PlayPause
Slider

Voyage avec le BDI

La Manufacture part aujourd’hui à la rencontre du Bureau des Internationaux (BDI), dynamique et motivé pour créer la cohésion entre étudiants internationaux et français. Comment s’y prend-il ? En organisant des événements comme la Yellow Party à La Boucherie, aujourd’hui jeudi 13 octobre.  L’occasion de découvrir leurs projets et leur organisation, mais aussi de montrer que tout le monde, même le plus français d’entre nous, est convié aux événements, pas que les membres et les volontaires du BDI.

Un bureau dévoué

Pierre Blouin Hulin, 4A en master « Management des Institutions Culturelles » est l’actuel président du BDI. Il était déjà vice-président de l’association lors de sa deuxième année et revient d’un an au Liban. « Le BDI c’est un peu mon bébé », confie-t-il.

Lucie Berthet, également en 4A, mais cette fois en master « Carrières Européennes et Internationales », spécialité « Conflits et développement », est vice-présidente. Elle revient d’un stage de six mois au Myanmar et de quatre mois dans une université brésilienne. Elle était auparavant dans une association d’accueil d’étudiants internationaux présente dans toutes les grandes villes européennes, mais a préféré le BDI pour son côté plus familial.

 

 

Les internationaux au marché de Wazemmes le 11 septembre 2016. Crédits photo: BDI
Les internationaux au marché de Wazemmes le 11 septembre 2016. Crédits photo: BDI


La Manufacture: Le BDI en quelques mots ?

Lucie: Yellow! [rires]

Pierre: Accueil, intégration et vie étudiante des internationaux.

LM: Quel est le rôle de l’association ?

Pierre: On s’occupe de toute la promo des internationaux, environ 140 élèves. Certains restent l’année, d’autres seulement un semestre. On s’occupe de leur intégration au départ, qui demande plus d’investissement que celle des nouveaux français. Ils sont confrontés à beaucoup plus de problèmes pratiques : celui du logement, d’abord. Et d’autres petits détails comme l’ouverture d’un compte en banque, la CAF, leur numéro de téléphone français, qui demandent beaucoup d’énergie. C’est aussi les aider lorsqu’ils ont des problèmes d’organisation des cours. En effet leur interlocuteur, Emmanuel Buteau, a un champ d’action se limitant aux cours et à l’administration. C’est ensuite que nous prenons le relais. C’est donc la première (grosse) partie du travail de l’association. La seconde partie, c’est l’intégration et la vie étudiante de ces étrangers. Il y a eu la semaine d’intégration du 5 au 9 septembre, où nous leur avons proposé des activités culturelles et sportives : on est sortis dans des bars comme le Lobby Bar, la Gare Saint Sauveur, on a visité des expos…

Lucie: … Et aussi l’international dinner où chacun a ramené un plat de son pays, ce qui a donné un énorme buffet, c’était trop cool et ça a super bien marché !

Pierre: Sinon pendant toute l’année on essaie d’organiser des voyages, des soirées. On tient à maintenir un rythme régulier d’événements culturels et festifs.

LM: Comment fonctionne le système de parrainage ?

Lucie: Tout le monde peut parrainer un international, il faut juste nous soumettre une demande. On fait ça parce que quand on arrive à l’étranger, c’est bien d’avoir quelqu’un sur qui compter, à qui tu peux poser tes questions sans l’embêter puisqu’il est là pour ça… 

Pierre: … Surtout dans un pays où les démarches administratives sont si compliquées comme en France : appartements, CAF, etc. A travers ça, on veut lier entre elles les différentes promotions : souvent les internationaux restent d’un côté et les Français de l’autre, et pensent qu’on ne les voit jamais. Alors que là on peut nouer contact, créer des liens d’amitié afin de pouvoir se réinviter et se rencontrer pour avoir une vraie année ensemble et non pas chacun de son côté.

LM: Comment s’organise l’association ?

Pierre: Il y a quinze membres répartis dans quatre pôles. Chaque membre du bureau (président, vice-président, secrétaire et trésorier) est responsable d’un des pôles. Le premier, dont je suis responsable, est dédié à l’aide des internationaux. C’est un peu le pôle logistique et secrétariat, on s’occupe des boîtes mails ou encore de relayer toutes les infos de la communication.

Lucie: Je suis en charge du pôle voyage, je reviens d’ailleurs d’un voyage au Mont Saint-Michel en Normandie, on est partis tout le week-end. On organise aussi un voyage à Bruxelles les 10 et 11 novembre et Strasbourg les 3 et 4 décembre.

Pierre: Et après on a les pôles événements, qui s’occupe des événements culturels et festifs, et le pôle trésorerie qui s’occupe des partenariats, notamment pour obtenir des offres pour les internationaux afin qu’ils puissent avoir leurs marques, leurs repères. On a actuellement deux projets : le premier avec une école de langue pour qu’ils aient des cours de français vraiment spécialisés à prix réduit, et un autre avec le Lobby Bar.

LM: Est-ce que vous recherchez encore des membres ?

Pierre: Dès septembre, notre équipe était au complet. Mais on commence à mettre en place une sorte de grand groupe pour ceux qui veulent aider, mais de manière très libre. Chacun peut s’y investir quand il le veut. De ce fait, on n’a pas d’exigences à leur égard, mais s’ils veulent s’investir avec le BDI, on a créé un groupe où on relaie toutes les infos.

LM: Pourquoi vous êtes-vous engagés au sein du BDI ? 

Lucie: Je le faisais déjà depuis 2 ans et c’est plus sympa à Sciences Po parce qu’on connaît tous les internationaux, on les croise tout le temps et on fait donc plus de choses avec eux. Là c’est super, j’ai l’impression de prolonger ma troisième année. 

Pierre: C’est ça qui marche bien. Ce qui fait que les quatrième année ont envie de venir, c’est qu’ils ont en quelque sorte la possibilité de prolonger leur année de mobilité. Et il y a une bonne ambiance, très familiale et soudée. On a de belles relations avec les internationaux.

LM: Quels ont été vos derniers projets et quels sont les prochains ?

Lucie: Mercredi 12 octobre, c’était la fête nationale espagnole, on a donc cuisiné des plats espagnols et on fera la même chose pour la fête nationale finlandaise qui va arriver.

Pierre: Et on compte réitérer ça au cours de l’année à chaque fois qu’il y a une fête nationale où les internationaux sont assez représentés.

Lucie: On va aussi faire un appartathon (tournée des apparts) le 20 octobre : entrée dans un appartement, plat principal dans un autre, dessert dans un autre. Et ce soir 13 octobre, soirée BDI : Yellow Party à La Boucherie. Et sinon, des voyages.

Pierre: Pour le second semestre, on projette Disneyland Paris et le Carnaval de Dunkerque.

LM: Qu’est-ce qui rend le BDI si particulier ? 

Pierre: On a des polos jaunes. [rires]

Propos recueillis par Valentin Somme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *