Skip to content

Joséphine Coadou • 18 avril 2018

Anne-Lyvia Tollinchi • 13 avril 2018

Anna Lippert et Anne-Lyvia Tollinchi • 12 avril 2018

Philippine Malloggia • 29 mars 2018

Arrow
Arrow
PlayPause
Slider

COP22 : le “pouvoir d’agir”

Alors que le Parlement européen vient tout juste de ratifier les Accords de Paris issus de la COP21 (ou 21ème édition de la Conference Of Parties), Marrakech accueillera du 7 au 18 novembre 2016 une COP22 encore peu médiatisée en France. L’occasion d’éclairer les enjeux de cette nouvelle conférence, censée être dans la continuité de sa grande sœur parisienne.

Une COP au cœur d’un Maroc écologique

L’édition 2015 de la COP a été marquée par des Accords qualifiés d’historique. La COP21 a en effet symbolisé, dans un sens, la fin des hésitations et des discussions sans fin. Chaque pays participant a désormais pris conscience d’une urgence climatique. Après les négociations et les décisions, le temps est désormais à l’action. La COP22 a donc pour mission de réfléchir à une mise en place concrète des engagements pris. Marc Tarabella, chef de délégation PS au Parlement européen, a ainsi résumé la ratification des Accords au niveau européen: «Notre signature signifie avant tout que nous entérinons les engagements pris à Paris. C’est un signal clair de l’Europe à respecter ses engagements pour une transition vers une économie et une société à faibles émissions de carbone».  

conclusion-des-accords-de-paris-sipanysipa
Conclusion des Accords de Paris – Crédits: SIPANY/SIPA

C’est cependant hors d’Europe que la transition énergétique, à laquelle même les plus grands pollueurs de la planète ont accepté de se préparer, va tenter d’être concrétisée en novembre. Le choix du Maroc comme pays d’accueil de cette COP n’est pas anodin. De plus en plus d’indicateurs semblent témoigner de la capacité du pays à se transformer en un modèle écologique.

La plus grande centrale solaire du monde à Ouarzazate, Maroc - Crédits: AFP / FADEL SENNA
La plus grande centrale solaire du monde à Ouarzazate, Maroc – Crédits: AFP / FADEL SENNA

Selon l’organisme Climate Action Tracker (CAT), le Maroc compte ainsi parmi les quatre pays les plus écologiques au monde (avec le Costa Rica, le Bhoutan et l’Ethiopie). Au-delà des chiffres et des statistiques, le Royaume a mis en place un plan énergétique devant élever la contribution des énergies renouvelables à 42% d’ici 2020; et 52% d’ici 2030. En août, le JT de TF1 est également revenu sur ce virage écologique marocain. Un reportage a évoqué la nouvelle importance de l’écologie et des activités “vertes” pour relancer le tourisme. Après le tourisme de masse, ce sont désormais des vacances alternatives proposées aux touristes, dans un pays où les ressources naturelles constituent 12% du PIB. Bien plus qu’un événement de taille pour le monde, la COP 22 sera donc aussi l’occasion de mettre sur le devant de la scène un Maroc innovant, viable et durable.

Les enjeux de la “COP de l’action”

Alors concrètement, que va apporter au monde cette nouvelle COP? Le mot d’ordre de l’événement semble être l’action, effective et efficace. Le but, on l’a dit, est d’abord la concrétisation des Accords de Paris. Lors de la COP22, les pays signataires devront sérieusement mettre en place leurs plans d’adaptation respectifs, et faire preuve d’innovation pour une lutte efficace. Comme l’affirme Omar Louzi, directeur de la publication pour COP22 News, « la COP22, c’est la COP de la mise en application des résolutions de la COP 21. C’est donc une COP de l’action et du concret ». L’infographie ci-dessous résume les objectifs à accomplir et le chemin à parcourir pour mener à bien cette action.

La bonne marche à suivre selon la WWF
La bonne marche à suivre selon la WWF

Les thèmes majeurs qui seront abordés consisteront principalement en une réflexion autour d’une possible atténuation des effets du changement climatique que connait notre planète. « Les enjeux de la COP22 restent ceux de toutes les COP depuis 21 sessions: maintenir la hausse de température moyenne au niveau mondial à moins de deux degrés d’ici la fin du siècle. Pour cela il faut inciter les pays à faire des efforts pour réduire leur impact climatique», rappelle M. Louzi. En résumé, la COP22 est un appel lancé aux Etats à s’engager de manière forte dans une économie plus verte.

La Conférence se veut également inclusive et résolument mondiale: pour Salaheddine Mezouar, président de la COP22, c’est une  « opportunité pour porter la voix des pays les plus vulnérables face aux changements climatiques, en particulier celle des pays africains et des Etats insulaires». Il reste donc à espérer que ces pays réussiront effectivement à se faire entendre, pour permettre une coopération réelle et l’espoir d’une scène internationale unifiée. Bien plus, c’est la solidarité universelle que la COP22 doit porter, autour de l’égalité, de la démocratie mais aussi de la jeunesse. Chacun peut et doit être un acteur du changement, et si l’on devait retenir un message de cette nouvelle COP, c’est que l’action efficace ne sera possible qu’ensemble. COP de l’action et de l’inclusion, l’édition marocaine devra à son tour réussir la prouesse de mettre d’accord chaque pays, pour constituer le pilier d’Accords de Paris encore trop peu concrets.

Camille Duserre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *