Skip to content

Emma Israelsson, Maria Fernanda Flores, Annika Liebert • 18 octobre 2018

Matthieu Slisse • 15 octobre 2018

Iloé Fétré • 13 octobre 2018

Alexandre Mondragon • 10 octobre 2018

Arrow
Arrow
PlayPause
Slider

Catégorie : Éditos

ÉDITO – Comme des grands.

En novembre, la France des Amphis a élu ses (196) représentants aux CROUS. Qui s’en est rendu compte ? Pas grand monde. Éventuellement, on a pu s’étonner de voir soudain apparaître, comme des champignons après la pluie, des militants syndicaux étudiants divers et variés, l’espace d’une semaine. Après avoir distribué la moitié de la forêt équatoriale en tracts mal imprimés et surchargés de textes abscons, ils disparaîtront comme ils sont venus, et on n’entendra plus parler d’eux avant l’année suivante, même date. Quant à leur efficacité, disons-le sans complaisance, elle est quasiment marginale. Pour l’opinion publique, déjà, ce qui est passablement ennuyeux.

La question qu’il importe de poser est, comme toujours : pourquoi ?

crous.fr

Lire la suite ÉDITO – Comme des grands.

2 Comments

ÉDITO – Notre-Dame-des-Landes : bientôt le crash ?

Hymne au redressement économique de la France rurale, forcément profonde et enclavée, saine opération de déconcentration face à l’affreuse mégacéphalée Parisienne qui-étouffe-le-pays, ou encore cauchemar de béton aéro-archaïque, le très conditionnel « aéroport international » de Notre-Dame-des-Landes agit avant tout comme le révélateur des fractures profondes de la psyché politique française contemporaine.

Sources : Lemonde.fr

Lire la suite ÉDITO – Notre-Dame-des-Landes : bientôt le crash ?

2 Comments

ÉDITO – Et alors, on s’en …. le ?

Souvenons-nous : en mai 2012, l’élection de François Hollande, l’arrivée au pouvoir de Jean-Marc Ayrault en tant que Fillon 2.0. Dépression généralisée pour l’immense majorité des amateurs de clashs politiques, tant la présidence normale semblait lisse, normale, ennuyeuse comme le trois centième épisode d’Amour, Gloire et Beauté. On avait tort de s’inquiéter, aucun gouvernement ne peut rester bien longtemps au pouvoir sans faire quelques grosses bourdes. Il y a les fausses – ce sont celles dont s’offensent bien fort les journaux – et puis il y a les vraies fautes, celles qui passent à la trappe.

Prenons le premier exemple qui nous passe sous le nez : la « liberté de conscience » des Maires à propos du mariage universel – lequel revient à dire que la République accorde les mêmes droits à tous ses citoyens, c’est ce qu’on nomme « égalité », un truc sans grande importance, ça n’est jamais écrit qu’au fronton de toutes les mairies après tout.

Lire la suite ÉDITO – Et alors, on s’en …. le ?

Laisser un commentaire

ÉDITO – J-F président !

Semaine chargée sur le front ; alors que le Hamas et Tsahal rivalisent mutuellement d’ingéniosité pour savoir qui causera le plus de tort aux deux millions de civils coincés dans la prison infâme que l’on appelle bande de Gaza, les charmants ultra-catholiques de l’Institut Civitas ont défilé martialement dans les rues de Paris, ne s’arrêtant que pour tabasser une bande de militantes féministes ukrainiennes à qui personne n’avait visiblement fait remarquer que, tant qu’à insulter le petit Jésus, ce qui est tout à fait légitime, mieux vaut le faire cependant à distance respectable d’une centaine de néo-nazes plus proches du pithécanthrope que de l’archange Saint-Michel, et qui pour le dire franchement, ont visiblement encore des conflits non résolus avec Saladin. Ah, et pis je ne leur balancerais pas du liquide d’extincteur à la gueule, ça risque de les énerver, c’est pas connu pour leur gentillesse et leur pondération comme bestioles. Bien entendu, amis bien-pensants, cela n’excuse en aucun cas le comportement inqualifiable (enfin, si, c’est qualifiable par les mots « sales cons« ) des fachos de Civitas, mais de là à crier au génie contrarié des Femens (et de Caroline Fourest) il y a un pas que je me garderai de franchir, de la même façon que si j’allais exhiber ma richesse matérielle dans quelque bidonville à l’extérieur du périf’, je ne m’étonnerais pas spécialement – bien que j’en fusse marri – de ramasser rapidement mes dents sur le sol tout en constatant l’absence de mon téléphone portable dernier cri à 600 boules.

Lire la suite ÉDITO – J-F président !

Laisser un commentaire

ÉDITO – Accord PS-EELV : le Vert est dans le fruit

C’était la grande tentation de la semaine ; les élus d’Europe-Écologie-Les-Verts (EELV) allaient-ils oui ou non quitter la majorité parlementaire, et donc perdre, outre la face, leurs deux ministres si chèrement acquis ?  Il n’est pas donné à tout le monde de partir comme un prince ; en dépit des menaces de Jean-Vincent Placé, sénateur de son état, et le complaisant « Oh eux ? eh bien qu’ils partent » and so on, de François Hollande (entretien avec Jacques Julliard, paru dans Marianne en date du samedi 10 novembre), il semble bien que les membres de la majorité vont rester encore quelques temps ensemble, quand bien même EELV avale beaucoup de couleuvres, du nucléaire à la modification en loucedé de l’ « Amendement Nutella » en passant par Notre-Dame-des-Landes. Ça doit en démanger plus d’un de faire une « Cohn-Bendit » : partir en claquant la porte d’un air grognon, puis revenir sur la pointe des pieds dès que les journalistes ne sont plus là. Certes, politiquement, c’est inapte, mais ça soulage !

Lire la suite ÉDITO – Accord PS-EELV : le Vert est dans le fruit

Laisser un commentaire

ÉDITO – Mon choc de compétitivité dans ta gueule

La semaine dernière, l‘Apostrophe soulignait dans son édito la propension manifeste du gouvernement socialiste à reculer prestement sur les sujets se rapportant à la justice fiscale, pourtant au cœur de son programme. Des reculades qui semblaient curieusement favoriser certaines catégories bien précises de la population, et a priori, pas les plus menacées.

Rapport Gallois : ce qu'en fera le gouvernement

Europe1.fr

Lire la suite ÉDITO – Mon choc de compétitivité dans ta gueule

Laisser un commentaire

ÉDITO – Symphonie en couac majeur

Pauvre gouvernement ! A peine quelques mois d’exercice du pouvoir, et le voilà réduit à quia sous le flot constant des critiques, non seulement de l’opposition, ce qui est plutôt logique, mais aussi de l’ensemble de la classe médiatique, avec un bel unanimisme un peu déprimant, surtout quand on voit la teneur générale de la plupart des critiques.

Lire la suite ÉDITO – Symphonie en couac majeur

1 Comment