Skip to content

Carnet de FIFB - Un semestre au Kent

Aurore Courtes · 14 décembre 2018

Espagne: 40 ans après, l’heure n’est plus au dialogue

César Casino-Capian · 13 décembre 2018

Marion Crépin y Léa Martinet Jannin ·
11 décembre 2018

Arrow
Arrow
PlayPause
Slider

Étiquette : Festival de Cannes

Girl, ou le récit d’une adolescence troublée

Lara a 15 ans, bientôt 16. Elle vit en Belgique avec son père et son frère. Ceux-ci ont fait des concessions pour lui permettre d’intégrer l’une des écoles de danse classique les plus prestigieuses du pays. Lara est aux anges lorsqu’elle entame sa période d’essai de huit semaines dans cette école : elle compte bien, au terme de cette durée, faire officiellement partie de la sélection de rares ballerines inscrites dans l’école. Elle fait face à quelques difficultés physiques qui ne l’empêchent cependant en aucun cas de persévérer dans sa quête pour être la meilleure des danseuses étoiles. Seulement voilà, Lara n’est pas facilement acceptée par ses camarades. Car, pour les autres, Lara est « il », elle est « lui ». Retour sur un magnifique film du belge Lukas Dhont, dans lequel Lara est rongée par ses chimères et en proie à une constante introspection qui la pousse parfois à faire des erreurs lourdes de conséquences…

Lire la suite Girl, ou le récit d’une adolescence troublée

Laisser un commentaire

Capharnaüm – l’enfance maltraitée, racontée avec un réalisme prodigieux

Dans un Liban gangréné par la pauvreté et les bidonvilles, la réalisatrice Nadine Labaki signe un film dramatique relatant l’histoire d’un enfant des rues de Beyrouth, qui cherche à échapper aux conditions de vie que l’on tente de lui imposer.

Lire la suite Capharnaüm – l’enfance maltraitée, racontée avec un réalisme prodigieux

1 Comment

« Mon Roi », quand la passion conduit à la destruction

Dans son quatrième film (après Pardonnez-moi, Le bal des actrices et Polisse), Maïwenn nous emmène au coeur d’une histoire d’amour passionnelle et déchirante. Parfois qualifié de « bourgeois », le cinéma de Maïwenn a pu agacer, marqué du joug de l’opulence et du luxe banalisés. Cherchant à se donner un aspect « véridique », proche des comédiens, l’aspect brouillon et désorganisé semble desservir la jeune réalisatrice. Mais c’est là tout son talent : une véritable sincérité cinématographique.

Lire la suite « Mon Roi », quand la passion conduit à la destruction

1 Comment