Passer au contenu

Catégorie : Cinéma

Côté Ciné #9 : HOLY MOTORS (2012)

Marre des films trop linéaires ? Le modèle de scénario avec un début-milieu-fin bien propre ne vous intéresse plus ? Personne ne se pose ces questions, mais j’ai quand même une réponse : allez voir Holy Motors de Leos Carax. Connu notamment pour avoir réalisé Les amants du Pont-neuf, Leos Carax fait un retour acclamé en 2012, après treize ans sans long-métrageau compteur, avec Holy Motors, son film le plus novateur et grand favori pour la Palme d’or (qu’il ne gagnera finalement pas au grand dam de nombreux.ses critiques). Le mot « novateur » est ici utilisé à bon escient car je peux vous garantir que lorsque le générique de fin défilera, vous pourrez dire de manière confiante que vous n’aurez jamais vu de film-concept pareil.

Laisser un Commentaire

Côté Ciné #7 : La Favorite

Avec ce huis-clos historique aussi cru que raffiné, le réalisateur grec Yorgos Lanthimos signe un film étrange mais brillant. Entre course de canards, reine à la santé fragile et horde de lapins, ce film baroque et absurde renouvelle le genre de la fiction historique, en suivant le destin de trois femmes de pouvoir à la Cour de l’Angleterre au XVIIIème siècle. 

Laisser un Commentaire

Côté ciné #6 : La saga “Rocky”.

La saga Rocky est injustement regardée de haut par une partie du public cinéphile comme étant une série de films de “bas étage” pour un public abruti et incarné par un acteur écervelé, vedette de films d’actions.

Mais la saga Rocky est en réalité une véritable série de films d’auteurs dont les leçons de vie figurent sans nul doute parmi les plus belles de l’histoire du cinéma et se limiter aux clichés que nous avons sur ces films et le sport qu’ils mettent en scène nous priverait d’une belle aventure cinématographique. Cette image dont sont victimes les films Rocky témoigne d’un manque cruel de représentation du monde du sport dans le cinéma d’auteur. Un manque auquel il faut palier !

Laisser un Commentaire

Côté Ciné #4 : Chronicle (2012)

Comment en 2012, alors que Marvel commençait à s’installer solidement sur le marché des films de divertissement super-héroïques, pouvait-on réinventer le film de super-héros sans perdre de vue un propos qui transcende le simple film d’action ? Josh Trank contourne le problème en signant un teen movie de super-héros qui n’en est en fait pas un.

Laisser un Commentaire