Skip to content

Coline Fournier • 27 novembre 2017

Le BDE 2017-2018 de SciencesPo Lille

Gwendoline Morel • 22 novembre 2017

Nicole Della Torre • 20 novembre 2017

Joséphine Boone • 17 novembre 2017

Stranger Things saison 2 : la magie opère-t-elle toujours ?

Joséphine Coadou • 16 novembre 2017

Anne-Lyvia Tollinchi • 15 novembre 2017

Arrow
Arrow
PlayPause
Slider

Un week-end en or pour les tennismen français

Ce week-end, la France a remporté pour la 10ème fois la finale de la Coupe Davis, face à la Belgique, au Stade Pierre Mauroy à Lille. Depuis 2001, l’équipe de France de tennis n’avait pas réussi à remporter une finale de Coupe du monde.

C’est au bout de cinq matchs acharnés que Lucas Pouille (18ème mondial) offre la victoire à son équipe, face à Steve Darcis (76ème mondial), dans un match dominé du début à la fin (6-3, 6-1, 6-0). Après une victoire française au double de samedi, soulever le Saladier d’argent n’a pas été chose facile. La défaite de Joe W. Tsonga face à David Goffin a relancé la finale et l’ambiance chez les supporters belges et français présents, après celle décevante de vendredi. Après avoir battu largement le Japon au 1er tour, la Grande-Bretagne en Quarts de finale, et la Serbie en Demi, la France s’est imposée 3-2, face à une équipe Belge pleine de mérite. C’est la troisième fois que Yannick Noah remporte, en tant que capitaine de l’équipe de France, une finale de coupe du monde, après 1991 et 1992.

Un double efficace

Yannick Noah, capitaine de l’équipe de France, a associé pour la première fois Richard Gasquet (31 ans) et Pierre-Hugues Herbert (26 ans). Cette sélection a par ailleurs étonné tout le monde et particulièrement la sélection de ce dernier. En effet, Nicolas Mahut et Julien Benneteau étaient les principaux candidats à la finale, mais dans un pari risqué, Noah a préféré les remplacer après une blessure de Mahut. Il était donc nécessaire pour le capitaine de remporter cette victoire. Finalement, le duo s’est avéré très efficace (6-1, 3-6, 7-6 [7-2], 6-4), et a montré une vraie cohésion face au double belge Joris De Loore-Ruben Bemelmans. Richard Gasquet, très soutenu par le public français, a enchainé les démonstrations, tandis que Pierre-Hugues Herbert s’est montré à plusieurs reprises décisifs. Ils ont dès le premier set prouvé le choix de leur capitaine, en enchaînant les points, et ne laissant qu’un seul jeu au couple belge, très mal entré dans la partie.

Une première occasion manquée

IMG_E3735Après la victoire de samedi, Joe W. Tsonga avait la possibilité de faire emporter une dixième victoire à l’équipe de France, mais le joueur s’est avéré décevant face à un David Goffin exceptionnel (7-6, 6-3, 6-2). Le français a montré une grande frustration, plusieurs erreurs auraient pu être évitées. Une faute d’arbitrage, après une balle de Goffin, a poussé le public français à réagir durant plusieurs minutes, empêchant le belge de servir. Le Hawk-eye a prouvé que la balle était out, mais le Goffin a refusé de revenir sur le point. Cela n’aurait sans doute pas changé l’issue du match, car il est évident que Tsonga était bien en dessous d’un niveau de 15ème mondial.

Au final, l’équipe de France a pris une véritable revanche sur la finale perdue en 2014 face à la Suisse, grâce à un Lucas Pouille exceptionnel, qui a sans doute fait le match de sa vie, en seulement 1h36. Tout au long du match, le français a fait douter le belge, enchaînant les erreurs. C’est finalement sur une balle trop longue de ce dernier, que l’équipe de France a pu soulever, pour la dixième fois, un trophée tant attendu depuis 16 ans.

Coline Fournier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *