Skip to content

Présidentielle 2017 : Il n'est pas trop tard

Philippine Malloggia • 3 Mai 2017

Arrow
Arrow
PlayPause
Slider

Étiquette : Art

The Danish Girl, l’insoutenable légèreté du paraître

Adapté du roman de David Ebershoff, The Danish Girl est un biopic réalisé par Tom Hooper (à l’origine notamment du film Le Discours d’un roi paru sur les écrans en 2010). Il retrace la vie de Lili Elbe, une artiste danoise connue comme étant la première personne transgenre à avoir subi une chirurgie de réassignation sexuelle en 1930.

Lire la suite The Danish Girl, l’insoutenable légèreté du paraître

1 Comment

Timbuktu – L’Art de résister

Film sélectionné au Festival de Cannes 2014, Timbuktu ou le chagrin des Oiseaux, qui avait fait sensation sur la Croisette, nous plonge dans le quotidien d’un village malien tombé sous le joug de troupes djihadistes. Mais c’est en ce début d’année, avec l’écho tragique des barbaries perpétrées par Boko Haram, que l’oeuvre d’Abderrahmane Sissako prend une ampleur différente.

Lire la suite Timbuktu – L’Art de résister

Laisser un commentaire

Hopper au Grand Palais : je suis venue, j’ai vu, et ça m’a bien plu !

Si on vous propose d’aller faire trois heures et demie de queue pour une exposition, soyez honnête, votre première réaction est de rigoler doucement, puis de regarder votre interlocuteur d’un air de dire « tu m’excuseras mon grand, mais j’ai un peu autre chose à faire ». Pourtant, plus de 780 000 visiteurs se sont succédés au Grand Palais ces trois derniers mois, certains avec tickets, beaucoup sans, mais tous avec la même envie : aller découvrir l’univers d’Edward Hopper (1882-1967). Organisée de manière chronologique en premier lieu, l’exposition nous invite à prendre conscience de la continuité et de la progression dans le travail de l’artiste. Ainsi, Hopper fût d’abord illustrateur, réalisant à des fins commerciales de nombreuses affiches et couvertures de magazines, notamment dès 1905 pour les magazines The Morse Dial et Hotel Management. Ces premiers travaux, bien que purement commerciaux et sans réel intérêt pour l’artiste, annoncent déjà les futurs thèmes et moyens de représentation de prédilection de l’artiste. Importance de la précision, lignes rigides, réalisme flagrant. C’est l’exposition de ses toiles en 1924 dans la galerie Frank Rehn qui émancipera Hopper de cette première partie de sa carrière. Ses premières ventes sont une libération, lui permettant enfin de se consacrer pleinement à son art.

 fd

Couvertures du Morse Dial réalisées par Hopper (1919, 1920, 1921)

Lire la suite Hopper au Grand Palais : je suis venue, j’ai vu, et ça m’a bien plu !

2 Comments