Skip to content

Présidentielle 2017 : Il n'est pas trop tard

Philippine Malloggia • 3 Mai 2017

Arrow
Arrow
PlayPause
Slider

Étiquette : littérature

« Nous avons l’art pour ne pas mourir de la vérité »

Dans une bande dessinée aux traits fins et intelligents, la dessinatrice de Charlie Hebdo Catherine Meurisse raconte sa lente guérison après le drame de janvier 2015. Une ode à l’art et à la beauté, qui traduit au fil des pages sa « légèreté » retrouvée.

Lire la suite « Nous avons l’art pour ne pas mourir de la vérité »

Laisser un commentaire

Édouard Louis ou l’Histoire du mépris

Après un premier roman et un premier succès connu avec En finir avec Eddy Bellegueule, Édouard Louis a récemment fait les grands titres des journaux et magazines à l’occasion de la sortie de son second livre : Histoire de la violence. Il a su garder la marque qui était la sienne, celle de l’autofiction. La violence, déjà présente dans son premier livre au sein du cercle familial, se retrouve ici en Reda, plan d’un soir qui viola Édouard Louis, une nuit de décembre 2012.

Lire la suite Édouard Louis ou l’Histoire du mépris

Laisser un commentaire

Une fille, qui danse – Julian Barnes

Récompensé par le Man Booker Prize , un des plus prestigieux prix littéraires britanniques, en 2011  le dernier roman de Julian Barnes, Une fille, qui danse (The Sense of an Ending en VO), vient de paraitre en français. Et malgré un titre énigmatique, Une fille, qui danse est un véritable chef-d’œuvre. Il nous raconte l’histoire de Tony Webster, sexagénaire à la retraite qui mène une petite vie tranquille, sans faire de mal à personne. D’ailleurs il n’a jamais fait de mal à personne. Il a été marié, a eu une fille puis a divorcé mais reste cependant en bons termes avec son ex-femme, Margaret. Une vie que l’on qualifierait sans danger de banale ou terne, voire de ratée. Mais la réalité est peut-être différente de cette apparente normalité.

Lire la suite Une fille, qui danse – Julian Barnes

Laisser un commentaire

Proust-sama ou la littérature façon manga

Depuis maintenant presque 2 ans, la maison d’édition Soleil publie l’adaptation de grands classiques de la littérature sous forme de manga, de Proust à Hugo en passant par Tolstoï et Stendhal mais aussi Marx et Machiavel. Cette adaptation se fait le plus souvent en un seul tome (one-shot), ce qui, avouons-le, semble bien court pour résumer l’intégralité de A la Recherche du temps perdu ou des Misérables. Si les admirateurs de Proust ou d’Hugo crient déjà au scandale et à la trahison, certains pourront être tentés de découvrir ces monuments de la littérature d’une façon bien moins conventionnelle.

http://img.manga-sanctuary.com/big/a-la-recherche-du-temps-perdu-manga-volume-1-simple-48456.jpg

Lire la suite Proust-sama ou la littérature façon manga

1 Comment

Dans la maison

Le dernier film de François Ozon, Dans la maison, est dans les salles depuis deux semaines déjà. Je me suis finalement décidée à aller le voir et ne suis pas fâchée d’y avoir dépensé 6 euros 70.

Lire la suite Dans la maison

2 Comments

Les Lisières, sociologie d’un déracinement

Caracolant en tête des ventes depuis sa sortie, et un temps promis au Goncourt, le dernier roman d’Olivier Adam, Les Lisières est ce que l’on appelle un roman « social ». « Social » au sens où il nous parle des « classes moyenne et populaire, [de] la province, [des] zones périurbaines, [des] lieux communs, [du] combat ordinaire que [mène] le plus grand nombre ». Adam nous peint un quotidien que l’on n’a pas l’habitude de voir, ni de montrer, comme s’il y avait quelque chose de honteux à parler de cette France des lisières.

Lire la suite Les Lisières, sociologie d’un déracinement

Laisser un commentaire

Avant de faire ta déclaration, relis tes classiques !

« Tout l’univers n’est-il pas la patrie de deux amants fidèles ? » Deuxième partie, Manon Lescaut

14 février : la fête de tous les amoureux. Fête commerciale pour certains. Opportunité de déclarer sa flamme pour d’autres. La Saint-Valentin est aussi l’occasion de redécouvrir le sens de ce sentiment qu’est l’amour. Si vous trouvez que les preuves d’amour d’aujourd’hui ne sont plus aussi enivrantes que le célèbre « va je ne te hais point » adressé par Chimène à Rodrigue dans Le Cid de Corneille, alors replongez vous dans les Classiques des siècles derniers. Lire la suite Avant de faire ta déclaration, relis tes classiques !

Laisser un commentaire