Skip to content

Mona Sabot • 17 décembre 2018

Carnet de FIFB - Un semestre au Kent

Aurore Courtes · 14 décembre 2018

Espagne: 40 ans après, l’heure n’est plus au dialogue

César Casino-Capian · 13 décembre 2018

Marion Crépin y Léa Martinet Jannin ·
11 décembre 2018

Arrow
Arrow
PlayPause
Slider

Catégorie : Littérature

Virginie Despentes, l’étoile montante

« J’écris de chez les moches, pour les moches, les vieilles, les camionneuses, les frigides, les mal baisées, les imbaisables, les hystériques, les tarées, toutes les exclues du grand marché à la bonne meuf. Et je commence par là pour que les choses soient claires : je ne m’excuse de rien, je ne viens pas me plaindre. Je n’échangerais ma place contre aucune autre, parce qu’être Virginie Despentes me semble être une affaire plus intéressante à mener que n’importe quelle autre affaire”.

Lire la suite Virginie Despentes, l’étoile montante

Laisser un commentaire

« C’est le propre de Sciences Po : on débat sur ce qui peut être amélioré. »

Dès lundi, le tome 2 de @FranceEcoSocial sera mis en vente ! Un projet porté par les étudiants de la spécialité Affaires publiques et gestion des bien communs de Sciences Po Lille dans le cadre du cours d’actualité et culture économique dispensé par Philipe Liger-Belair. La Manufacture est partie à la rencontre de trois étudiants ayant participé à la rédaction de cet ouvrage pour comprendre l’intérêt de cette aventure pédagogique et intellectuelle et ainsi susciter la curiosité des futurs lecteurs.

Lire la suite « C’est le propre de Sciences Po : on débat sur ce qui peut être amélioré. »

Laisser un commentaire

Le Livre noir de la gynécologie – fallait pas croquer dans la pomme.

Après un premier reportage en février 2015, qui avait donné l’impulsion à une vague de dénonciations sur la toile, Mélanie Déchalotte passe à la vitesse supérieure et publie Le Livre noir de la gynécologie, où elle dénonce les violences gynécologiques et les mécanismes de domination patriarcale présents dans le milieu médical.

Lire la suite Le Livre noir de la gynécologie – fallait pas croquer dans la pomme.

Laisser un commentaire

« Nous avons l’art pour ne pas mourir de la vérité »

Dans une bande dessinée aux traits fins et intelligents, la dessinatrice de Charlie Hebdo Catherine Meurisse raconte sa lente guérison après le drame de janvier 2015. Une ode à l’art et à la beauté, qui traduit au fil des pages sa « légèreté » retrouvée.

Lire la suite « Nous avons l’art pour ne pas mourir de la vérité »

Laisser un commentaire

Quand la douceur des mots est plus virulente que la violence des reportages et des vidéos

Mohammed Moulessehoul est né dans le Sahara algérien, d’une mère nomade et d’un père membre de l’ALN (Armée de Libération Nationale). Il sert l’armée algérienne  pendant la guerre civile, s’engage contre le terrorisme puis quitte l’armée en 2000 pour se consacrer à l’écriture. Composé des prénoms de sa femme, son pseudonyme féminin Yasmina Khadra visait à échapper à la censure militaire, mais aussi à exprimer son admiration profonde pour les femmes algériennes. Après avoir été nommé directeur du Centre culturel algérien, il est remercié pour avoir tenu des propos diffamant le régime de Bouteflika. Le 2 novembre 2013, il se présente aux élections présidentielles algériennes, en refusant tout parrainage politique. Mais pour mieux cerner le personnage, son ouvrage autobiographique L’Ecrivain est bien plus complet qu’un petit encadré.

Lire la suite Quand la douceur des mots est plus virulente que la violence des reportages et des vidéos

Laisser un commentaire

Édouard Louis ou l’Histoire du mépris

Après un premier roman et un premier succès connu avec En finir avec Eddy Bellegueule, Édouard Louis a récemment fait les grands titres des journaux et magazines à l’occasion de la sortie de son second livre : Histoire de la violence. Il a su garder la marque qui était la sienne, celle de l’autofiction. La violence, déjà présente dans son premier livre au sein du cercle familial, se retrouve ici en Reda, plan d’un soir qui viola Édouard Louis, une nuit de décembre 2012.

Lire la suite Édouard Louis ou l’Histoire du mépris

Laisser un commentaire

Sexiste, la Nouvelle Vague ?

 La Nouvelle Vague, c’est l’âge d’or du cinéma français, dit-on souvent ; c’est aussi une ère de rejet des cadres conventionnels du cinéma, où l’on ose enfin représenter la libération des mœurs de la jeune génération, ses étudiants dandys et ses femmes libérées. Croit-on. Mardi huit avril, en B.4.15, l’historienne du cinéma et professeur en études cinématographiques à l’université de Bordeaux Geneviève Sellier est revenue sur cette libéralisation du cinéma, mais surtout sur la maigre place occupée par les femmes au cours d’une conférence intitulée « La Nouvelle Vague, un cinéma au masculin singulier. »

Lire la suite Sexiste, la Nouvelle Vague ?

Laisser un commentaire