Skip to content
Slider

Catégorie : Littérature

Le Livre noir de la gynécologie – fallait pas croquer dans la pomme.

Après un premier reportage en février 2015, qui avait donné l’impulsion à une vague de dénonciations sur la toile, Mélanie Déchalotte passe à la vitesse supérieure et publie Le Livre noir de la gynécologie, où elle dénonce les violences gynécologiques et les mécanismes de domination patriarcale présents dans le milieu médical.

Lire la suite Le Livre noir de la gynécologie – fallait pas croquer dans la pomme.

Laisser un commentaire

« Nous avons l’art pour ne pas mourir de la vérité »

Dans une bande dessinée aux traits fins et intelligents, la dessinatrice de Charlie Hebdo Catherine Meurisse raconte sa lente guérison après le drame de janvier 2015. Une ode à l’art et à la beauté, qui traduit au fil des pages sa « légèreté » retrouvée.

Lire la suite « Nous avons l’art pour ne pas mourir de la vérité »

Laisser un commentaire

Quand la douceur des mots est plus virulente que la violence des reportages et des vidéos

Mohammed Moulessehoul est né dans le Sahara algérien, d’une mère nomade et d’un père membre de l’ALN (Armée de Libération Nationale). Il sert l’armée algérienne  pendant la guerre civile, s’engage contre le terrorisme puis quitte l’armée en 2000 pour se consacrer à l’écriture. Composé des prénoms de sa femme, son pseudonyme féminin Yasmina Khadra visait à échapper à la censure militaire, mais aussi à exprimer son admiration profonde pour les femmes algériennes. Après avoir été nommé directeur du Centre culturel algérien, il est remercié pour avoir tenu des propos diffamant le régime de Bouteflika. Le 2 novembre 2013, il se présente aux élections présidentielles algériennes, en refusant tout parrainage politique. Mais pour mieux cerner le personnage, son ouvrage autobiographique L’Ecrivain est bien plus complet qu’un petit encadré.

Lire la suite Quand la douceur des mots est plus virulente que la violence des reportages et des vidéos

Laisser un commentaire

Édouard Louis ou l’Histoire du mépris

Après un premier roman et un premier succès connu avec En finir avec Eddy Bellegueule, Édouard Louis a récemment fait les grands titres des journaux et magazines à l’occasion de la sortie de son second livre : Histoire de la violence. Il a su garder la marque qui était la sienne, celle de l’autofiction. La violence, déjà présente dans son premier livre au sein du cercle familial, se retrouve ici en Reda, plan d’un soir qui viola Édouard Louis, une nuit de décembre 2012.

Lire la suite Édouard Louis ou l’Histoire du mépris

Laisser un commentaire

Sexiste, la Nouvelle Vague ?

 La Nouvelle Vague, c’est l’âge d’or du cinéma français, dit-on souvent ; c’est aussi une ère de rejet des cadres conventionnels du cinéma, où l’on ose enfin représenter la libération des mœurs de la jeune génération, ses étudiants dandys et ses femmes libérées. Croit-on. Mardi huit avril, en B.4.15, l’historienne du cinéma et professeur en études cinématographiques à l’université de Bordeaux Geneviève Sellier est revenue sur cette libéralisation du cinéma, mais surtout sur la maigre place occupée par les femmes au cours d’une conférence intitulée « La Nouvelle Vague, un cinéma au masculin singulier. »

Lire la suite Sexiste, la Nouvelle Vague ?

Laisser un commentaire

Ils auraient mérité qu’on en parle : quelques oubliés de 2013

Le mois de décembre est toujours le moment des bilans et des tops divers et variés dans les médias, le temps de recenser les oeuvres qui ont marqué l’année écoulée avant de passer à la suivante. L’Apostrophe a publié de nombreuses critiques en 2013 et il pourrait être intéressant de voir ce que l’on en retient aujourd’hui – j’ai trouvé néanmoins plus judicieux de vous parler ici de trois produits culturels qui n’ont pas été traités sur le site, et qui selon moi méritent pourtant qu’on leur porte une certaine attention.

Lire la suite Ils auraient mérité qu’on en parle : quelques oubliés de 2013

Laisser un commentaire

Blacksad – Amarillo : La beat generation en bande-dessinée

3 ans après L‘Enfer, le silence le cinquième album de Blacksad, les aventures du chat noir détective dans l’Amérique des années 1950, vient de paraitre. Intitulé Amarillo celui-ci entraine notre héros dans un road-movie à travers les Etats-Unis dans le contexte de la beat generation. Après la mafia (Quelque part entre les ombres), le racisme et la ségrégation (Artic-Nation), l’arme nucléaire (Âme rouge) et le jazz (L’Enfer, le silence), le duo espagnol Juan Díaz Canales (scénariste) et Juanjo Guarnido (dessinateur) nous emmènent une nouvelle fois à la découverte d’animaux anthropomorphes incarnant une page de l’histoire des États-Unis.

Lire la suite Blacksad – Amarillo : La beat generation en bande-dessinée

Laisser un commentaire