Skip to content

Vladimir Benlolo - 15 novembre 2019

Vladimir Benlolo - 15 novembre 2019

previous arrow
next arrow
PlayPause
Slider

Rétro 2018 : les événements marquants de l’année dernière

2019, une nouvelle année qui commence avec plein d’événements attendus (je vous invite à lire l’article de Baptiste Coulon sur les 11 dates-clés de 2019). Mais, en attendant, regardons dans le rétro pour (re)voir tout ce qui s’est passé en 2018 en France et dans le monde  !

De l’affaire Benalla aux Gilets jaunes : Macron tourmenté en 2018

Si le gouvernement a décidé en janvier d’abandonner le projet d’aéroport à Notre-Dame des Landes, sujet épineux depuis des décennies, il n’empêche qu’Emmanuel Macron a été fortement contesté durant l’année 2018. Dans un contexte de cinquantième anniversaire de Mai 68, un important mouvement de grève du personnel de la SNCF s’est déroulé sur plusieurs mois (2 jours de grève sur 5) pour protester contre la réforme ferroviaire libérale du gouvernement. Par ailleurs, E. Macron ne s’est pas montré très habile en multipliant des petites phrases méprisantes à l’instar de « gaulois réfractaire au changement » pour qualifier les Français ou en déclarant qu’il suffit de traverser la rue pour trouver un emploi. L’abaissement de la limitation de vitesse à 80 km/h sur les routes à double sens sans séparateur central a également eu un impact sur la côte de popularité du président.

Mais, sa légitimité a été considérablement mise à mal par la fameuse « affaire Benalla ». En effet, dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux en juillet, on peut voir le conseiller chargé de la sécurité de l’Élysée Alexandre Benalla s’en prendre violemment à des manifestants le 1er mai. Mis en examen et licencié tardivement et sans être véritablement sanctionné, on reprochera à Macron d’avoir protégé son collaborateur. En décembre, une nouvelle polémique surgit lorsqu’on découvre que Benalla détenait toujours ses passeports diplomatiques. Le président français a aussi fait face à la démission surprise de Nicolas Hulot, ministre de l’écologie. Ce-dernier justifiant son départ du gouvernement par le fait de ne pouvoir appliquer une réelle politique environnementale, alors que les rapports du GIEC ou le dernier épisode caniculaire nous rappellent une fois encore l’urgence cruciale de la situation climatique.https _pureactu.com_wp-content_uploads_2018_11_gilets-jaunes-cafouillage-sur-la-nomination-de-porte-paroles

Néanmoins, le gouvernement sera surtout confronté à une colère jaune en fin d’année. Comment un simple gilet jaune a pu devenir le symbole d’un mouvement populaire contestataire ? (cf. cours de Michel Hastings sur les dimensions symboliques de la politique). Une taxe sur le diesel proposée par le gouvernement perçue comme une injustice fiscale en comparaison à la suppression de l’ISF et c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase ! Le peuple s’organise sur les réseaux sociaux, indépendamment des partis politiques et des syndicats et enfile un gilet jaune pour bloquer les ronds-points, les axes routiers et manifester. Le mouvement commencé le 17 novembre prend alors rapidement une grande ampleur, s’étendant à l’international (Belgique, Allemagne,…) et se déroulant chaque samedi, jusqu’à maintenant (Acte 11). Scandant « Macron démission », les Gilets jaunes, en tant que collectif hétérogène, réclament principalement une hausse du pouvoir d’achat et davantage de démocratie en proposant par exemple le RIC (« référendum d’initiative citoyenne »). Les manifestations ne seront exemptées de violences mêlant casseurs et CRS, l’Arc de Triomphe sera notamment saccagé. Pour répondre aux importantes contestations, Macron s’adressera aux français, décidera de supprimer la taxe sur les carburants, de revaloriser la prime d’activité, d’annuler la CSG pour les retraités modestes et de lancer un grand débat national pour consulter les citoyens sur divers thèmes. Cependant, le mouvement se poursuit en 2019 et plusieurs listes Gilets Jaunes aux élections européennes sont prévues. Affaire à suivre…

Trump et les autres

2018 correspond à la seconde année de Donald Trump en tant que président des États-Unis. Et encore, une fois, le sulfureux milliardaire s’est fait remarquer sur le plan international. En transférant l’ambassade américaine d’Israël à Jérusalem, il n’a fait que raviver les tensions existantes dans cette région, 70 ans après la création de l’État Juif, comme témoignent les affrontements en mai (mort de 59 palestiniens). En revanche, il a fait preuve de diplomatie avec Kim-Jong Un. En effet, pour la première fois un dirigeant américain rencontrait son homologue nord-coréen à Singapour en juin. Ce sommet historique visait à engager la Corée du Nord dans une phase de dénucléarisation après des tensions fortes entre les deux pays. L’État communiste s’est aussi rapproché de la Corée du Sud, se conchttps _peopledotcom.files.wordpress.com_2018_06_kim-jong-un-donald-trump-3rétisant par une rencontre au mois d’avril entre les deux dirigeants coréens. Trump, qui connaît une défaite relative aux Midterms de novembre, a également annoncé en décembre le retrait des troupes en Syrie.

En 2018, de nouvelles têtes sont arrivées au pouvoir. Tandis que George Weah était investi président du Liberia avec un programme populaire et réformateur, Raul Castro, frère de Fidel, a laissé la présidence de Cuba à Miguel Díaz-Canel marquant la fin du castrisme. L’extrême-droite a été victorieuse dans plusieurs pays. D’une part, en Italie, les élections générales de mars ont vu la Ligue du Nord et le Mouvement Cinq Étoiles former un gouvernement de coalition populiste. D’autre part, au Brésil, Jair Bolsonaro, a été élu avec une large majorité président en octobre sur un programme néolibéral, conservateur, nationaliste et climato-sceptique et des propos xénophobes et homophobes. De quoi susciter des inquiétudes quant au futur du pays mais aussi sur la scène internationale. De manière plus anecdotique, Vladimir Poutine a été réélu à la tête de la Russie.

2018, année de tristesse

Encore une année avec de nombreux attentats, principalement islamistes, à travers le monde. Sur le sol français, les attaques de Carcassonne et Trèbes en mars (5 morts dont le terroriste) restent poignantes avec le sacrifice du lieutenant-colonel Arnaud Beltrame porté en héros par l’opinion publique. En décembre dernier, un attentat à Strasbourg près du marché de Noël a causé la mort de 5 personnes. Les États-Unis ont quant à eux été frappés par la fusillade de Parkland dans un lycée (17 morts) commise par un ancien élève, qui sera suivie d’un mouvement anti-armes. Le terme « effondrement » a aussi été d’actualité que ça soit pour les immeubles marseillais (8 morts) ou pour le pont de Gênes en Italie qui s’est écroulé en août avec un bilan de 43 morts et l’évacuation de plus de 600 personnes. Par ailleurs, des catastrophes naturelles se sont produites en 2018 telles que les inondations meurtrières dans l’Aude ou le terrible incendie en Californie de juillet à août.

De nombreuses personnalités sont décédées l’année-dernière. A commencer par l’ancien secrétaire général de l’ONU et Prix Nobel de la Paix Kofi Annan et l’ex-président américain George H.W. Bush (père) dans le monde politique et international. S’ajoute à la liste des défunts les deux figures de la télévision française Pierre Bellemare et Philippe Gildas ainsi que Stephen Hawking, le grand physicien britannique, théoricien des trous noirs notamment. Mais, c’est surtout le milieu de la musique qui est orphelin. En effet, France Gall, Jacques Higelin, Maurane, le jeune DJ suédois Avicii et « the Queen of soul » Aretha Franklin nous ont quittés en 2018. On retiendra particulièrement la mort de l’éternel Charles Aznavour, dont les chansons resteront gravées à jamais, notamment Emmenez-moi certainement repris dans sa version revisitée lors du Crit 2019, qui sera lillois on l’espère !

Ramener la coupe à la maison !

On ne parler de 2018 sans passer à côté de 15837465lpw-15842503-libre-jpg_5424258la victoire de l’Équipe de France à la Coupe du Monde en Russie. « Second poteau Pavard », « casse la démarche comme Samuel Umtiti » ou encore « N’Golo Kanté, il est petit, il est gentil, il a bouffé Léo Messi », tant de refrains qui résonnent encore et nous rappellent ce victorieux été. Portés par son jeune attaquant Kylian Mbappé, seulement âgé de 19 ans, les Bleus sont parvenus à ajouter une deuxième étoile sur le maillot. Sans pratiquer le plus beau football, ils ont su se montrer efficaces et solides jusqu’à la finale contre la Croatie du dernier Ballon d’or Luka Modric (victoire 4-2). Une belle génération de talents acclamée ensuite sur les Champs-Élysées, 20 ans après l’équipe de Zidane et de l’actuel sélectionneur Didier Deschamps, n’étant pas pour rien dans le succès.

Pour rester dans le sport, les Jeux Olympiques d’Hiver ont eu lieu à PyeongChang en Corée du Sud. Sous couvert d’un début de réconciliation entre les 2 Corée avec la participation de la Corée du Nord, les Français ramèneront 15 médailles des JO dont 3 en or pour le biathlète Martin Fourcade. Le Real Madrid de Cristiano Ronaldo, qui rejoindra la Juventus de Turin lors du mercato d’été, a soulevé pour la troisième fois la coupe aux grandes oreilles (Ligue des champions). En outre, Roland Garros et le Tour de France ont été respectivement remportés par Rafael Nadal (11e succès) et Geraint Thomas tandis que les handballeuses françaises ont gagné les championnats d’Europe et que Kevin Mayer a battu le record de points au décathlon.

Les buzz de 2018

L’événement people de l’année restera le mariage du Prince Harry et de Meghan Markle. Suivi par 1,9 milliard de téléspectateurs, le 19 mai dernier, l’union du fils de Lady Di et de l’actrice américaine illustre une nouvelle fois l’intérêt porté à la famille royale britannique, 7 ans après celui de Kate et William, dont le 3e enfant (Louis de Cambridge) est né en avril.

Le combat Booba/Kaaris le 1er août est une autre image marquante de 2018. En effet, les deux rappeurs rivaux accompagnés par leur clan en sont venus aux mains au sein de l’aéroport d’Orly et de ses duty free. Ils seront chacun mis en détention provisoire et condamnés à des amendes, mais ce buzz leur permettra de relancer leurs carrières et de remettre le « Rap Game » sur le devant de la scène, ou sur l’octogone (Booba invitant Kaaris à en découdre de nouveau sur un ring cette fois !).

L’histoire de Mamadou Gassama est, pour sa part, fabuleuse. Le 26 mai 2018 (date du concours commun des IEP), un enfant est suspendu dans le vide au 4e étage d’un immeuble, mais le jeune malien sans papiers de 22 ans va escalader les balcons tel « Spiderman » afin de le sauver. Pour son geste héroïque, il recevra la nationalité française.

Voilà pour le petit récapitulatif quasi exhaustif de 2018 ! En espérant que 2019 aura elle aussi ses beaux moments ! En tout cas la Manufacture sera toujours là pour vous concocter de super articles !

Lucas Mercuri

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *