Skip to content

Les rédactrices en chef 2018 - 2019

Matthieu Slisse et Iloé Fétré - 7 mai 2019

Matthieu Slisse • 06 mai 2019

Matinée d’échanges à Sciences Po Lille – « À travail égal, salaire égal » ?

Valentine Le Lourec · 2 mai 2019

Comité de mobilisation pour le Climat de Sciences Po Lille - 1er mai 2019

previous arrow
next arrow
PlayPause
Slider

Le tournoi des 6 nations: la dernière répétition générale

A moins de huit mois de la coupe du monde, ce tournoi fait figure de dernière répétition générale. C’est le temps pour les sélectionneurs de faire les derniers ajustements pour se présenter dans les meilleures conditions au Japon en septembre.

Avant de vous parler des différentes équipes, faisons un petit point sur le tournoi des Six Nations :

L’Angleterre, l’Irlande et le Pays de Galles nourrissent un espoir commun d’être le second pays de l’hémisphère nord à inscrire son nom au palmarès de la compétition et ont chacun la capacité de réaliser cet exploit. L’Écosse, quant à elle, espère bien y figurer en surfant sur une génération très prometteuse et doit évidemment être prise en compte. La France, de son côté, se présente sans repères ni fond de jeu avec un seul podium dans le tournoi des six nations depuis la coupe du monde 2011. Elle traverse actuellement l’une des pires périodes de son histoire. L’Italie est également dans un trou générationnel avec un capitaine, Sergio Parisse, qui vit ses derniers moments avec l’équipe nationale. Retour sur les forces en présences.

Les favoris

L’Irlande se présente pleine de confiance dans ce tournoi après une tournée automnale mémorable marquée par une victoire historique contre la Nouvelle Zélande (16-9). Vainqueur du grand chelem (cinq victoires en cinq matchs), l’Irlande fait office de grand favori avec une génération dorée portée par les anciens Jonathan Sexton ou encore Rory Best et la pépite Garry Ringrose. Leur force est la continuité dans une équipe qui ne connaît que très peu de changements d’une année sur l’autre. Ce tournoi vise à confirmer la fantastique année 2018 et préparer au mieux une coupe du monde où les Irlandais feront office de favoris derrière la Nouvelle Zélande. D’un point de vue des absences seules deux majeures, Marmion et McGrath, qui sont compensées par les retours de Murray en 9 et de Henshaw au centre. De plus, l’Irlande jouera à domicile contre son principal concurrent l’Angleterre.

Sélectionneur : Joe Schmidt

Composition probable : Healy, Best (cap), Furlong/ Toner, Ryan/ O’Mahony, Stander, Van der Flier/ Murray, Sexton/ Ringrose, Henshaw/ Earls, Kearney, Stockdale

Joueur à suivre : Garry Ringrose, le prodige du Leinster et du XV du trèfle sera l’une des clés de l’attaque. Sa possible association au centre avec Henshaw pourrait faire très mal aux défenses et sera l’une des clés du choc de la première journée contre l’Angleterre.

Pronostic : vainqueurs sans grand chelem

L’Angleterre dispose de l’une des meilleures équipes au monde. Cependant, le tournoi 2018 a été une immense déception avec trois défaites et une cinquième place comme ce fut le cas lors la coupe du monde 2015 et son élimination au premier tour. Cette année se présente donc comme primordiale pour l’Angleterre qui vise une deuxième victoire en coupe du monde afin d’éliminer la désillusion de la dernière édition. La tournée de novembre a été très encourageante avec des victoires contre l’Afrique du Sud et l’Australie et une défaite d’un petit point face à la Nouvelle-Zélande. Malgré un calendrier défavorable avec des déplacements chez les deux principaux rivaux, l’Irlande et le Pays de Galles, l’Angleterre se présente comme grand favori et la finale annoncée contre l’Irlande dès la première journée s’annonce particulièrement alléchante. Malgré de nombreuses absences, avec notamment le capitaine Hartley, Watson, Robshaw et Underhill, l’Angleterre possède l’une des équipes les plus solides du tournoi avec en prime, le retour des frères Vunipola et de Launchbury. Cependant, l’Angleterre se présentait également l’année dernière comme grand favori et elle s’est inclinée à notre plus grand bonheur. Le crunch sera encore cette année très alléchant.

Sélectionneur : Eddie Jones

Composition probable : Moon, George, Sinckler/ Itoje, Kruis/ Shields, Vunipola, Wilson/ Youngs, Farrell (cap)/ Te’o, Slade/ May, Daly, Ashton

Joueur à suivre : Maro Itoje, solide deuxième ligne qui peut dépanner en troisième ligne, le joueur des Saracens possède un impressionnant volume de jeu et est un excellent sauteur. Pour les footeux, c’est l’équivalent d’un N’Golo Kanté sur un terrain et son activité sera primordiale pour l’Angleterre.

Pronostics : 3ème

Les outsiders

Le Pays de Galles dispose d’une excellente équipe mais n’a pas la profondeur de banc que peuvent avoir l’Irlande et l’Angleterre. Ils peuvent néanmoins battre n’importe qui sur un match et il ne faut pas les oublier. Avec des victoires contre l’Australie et l’Afrique du Sud qui portent leur série à 9 victoire d’affilée à l’heure actuelle, ils ont montré un très beau niveau de jeu lors des tests de Novembre et il faudra compter sur eux d’autant plus qu’ils joueront à domicile face aux deux grands favoris. Les Gallois se présentent donc sans pression dans un tournoi qui pourrait les voir sucrer le trophée au nez et à la barbe des autres équipes. Cependant, les absences de deux leaders de jeu, Faletau et Webb, peuvent se révéler préjudiciables d’autant plus que Leigh Halfpenny, touché par des problèmes de commotion, ne devrait pas jouer même s’il fait partie de la liste. Les gallois se présentent avec la victoire comme objectif dans le tournoi qui sera le dernier pour leur sélectionneur Warren Gatland.

Sélectionneur : Warren Gatland

Composition probable : Francis, Owens, R. Evans/ Jones (cap.), Beard/ Tipuric, Moriarty, Navidi/ T. Williams, Anscombe/ Jo. Davies, Parkes/ North, Liam Williams, Adams

Joueur à suivre : Gareth Anscombe s’est imposé comme demi d’ouverture face à Dan Biggar, ce qui n’est pas aisé. Anscombe est donc le patron de l’attaque et les regards seront braqués sur lui. A lui de déjouer les pronostics et de mener son pays à une nouvelle victoire dans le tournoi.

Pronostic : 2ème

L’Ecosse peut compter sur une génération dorée portée par la charnière Laidlaw, Russel et l’arrière aux jambes de feu, Stuart Hogg. Chez les avants, c’est le plus jeune des frères Gray, Johnny, qui impressionne. Avec un jeu léché basé sur la vitesse, qui change beaucoup du jeu stéréotypé des français, les écossais sont tout sauf ennuyant à regarder. La troisième place et les victoires contre l’Angleterre et la France lors du dernier tournoi ont marqué les esprits et si l’Ecosse ne semble pas avoir les armes pour lutter pour la victoire finale, ils devraient nous réserver de nombreuses surprises. Incontestablement mon coup de cœur, une équipe qui va à nouveau en surprendre plus d’un. La principale faiblesse de cette équipe reste son manque de réserve qui l’empêche de présenter un banc suffisamment solide et peine à palier les absences de marques comme celles d’Hamish Watson et de Richie Gray, ainsi qu’un pack un peu fragile pour le niveau international. Bref, le XV du chardon devrait de nouveau bien porter son nom lors de ce tournoi et embêter les différentes équipes.

Sélectionneur : Gregor Townsend

Composition probable : Reid, Mcinally, Nel/ Toolis, J. Gray/ Ritchie, Strauss, Wilson / Laidlaw (cap), Russell/ Horne, Jones/ Maitland, Hogg, Seymour

Joueur à suivre : Stuart Hogg devrait de nouveau faire très mal aux défenses et confirmer son statut de meilleur arrière du tournoi, ses courses et ses accélérations devraient de nouveau nous régaler, espérons que ce ne soit pas contre nous.

Les équipes en crise

Le XV de France traverse actuellement une des périodes les plus sombres de son histoire avec un seul podium depuis la coupe du monde 2011 et des résultats décevants qui s’enchaînent ponctués de rares éclaircies. Sur les 15 derniers matchs, la France n’en a gagné que trois pour onze défaites et un nul scandaleux contre le Japon qui a la saveur d’une défaite. Alors qu’on se rapproche de la coupe du monde, les rares espoirs comme lors de la tournée de novembre sont rapidement balayés comme d’habitude depuis la coupe du monde 2011. La défaite lamentable face à des fidjiens qui nous ont dominés dans tout les secteurs de jeu est encore douloureuse. La France présente un jeu sans fondements et sans cadres parmi les joueurs. Son jeu est ennuyant, la touche est catastrophique et les défaites se succèdent à tel point que cette équipe est abonnée à la FFL. De plus, l’incompétence de Bernard Laporte à la tête de la fédération et le licenciement de Guy Novès pour cause d’inimitié avec le président ne sont d’aucune aide pour la progression de l’équipe. Néanmoins, il existe une lueur d’espoir avec la victoire l’an dernier des moins de vingt ans à la coupe du monde. Le talent est là et comme chaque année tout les fans de rugby supporteront cette équipe, espérons qu’elle ne nous mène pas vers une nouvelle déception. Espérons que le sélectionneur fasse les bons choix, le match contre le Pays de Galles s’annonce déjà décisif pour viser un podium, la suite sera plus compliquée avec des déplacements en Irlande et en Angleterre.

Sélectionneur : Jacques Brunel

Composition : Poirot, Guirado (cap), Atonio/ Vahaamahina, Willemse/ Lauret, Picamoles, Iturria/ Parra, Lopez/ Ntamack, Fofana/ Huget, Médard, Penaud

Joueur à suivre : Romain Ntamack, le jeune centre et récent vainqueur de la coupe du monde U20 semble prêt à s’imposer comme son père au sein de cette équipe de France. Aligné à 18 reprises cette saison avec Toulouse, il semble prêt à s’imposer tout comme Thomas Ramos au sein d’une équipe de France qui aurait bien besoin de sang neuf. Il est le symbole avec Demba Bamba d’une jeune génération talentueuse victorieuse de la coupe du monde chez les jeunes, espérons qu’il mènera la France sur le toit du monde.

Pronostics : 5ème

L’Italie est actuellement en fin de cycle derrière son capitaine vieillissant Sergio Parisse. Celui-ci, héroique durant de nombreuses années n’est aujourd’hui plus en capacité de porter l’équipe. Les italiens devraient une nouvelle fois faire figure de figurants dans un tournoi qui semble un peu haut pour eux. Contrairement aux écossais, les italiens sont dans un trou générationnel et visent juste une victoire afin d’éviter la cuillère de bois qui semble leur tendre les bras.

Sélectionneur : Connor O’Shea

Composition probable : Lovotti, Ghiraldini, Ferrari/ Zanni, Budd/ Negri, Parisse(cap), Steyn/ Tebaldi, Allan/ Castello, Campagnaro/ Bellini, Hayward, Benvenuti

Joueur à suivre : Le dernier tournoi de Parisse mérite le coup d’œil pour le plus grand joueur italien de tout les temps. Sinon peu de joueurs intéressants, on peut néanmoins citer Campagnaro et Benvenuti capables d’exploits individuels. Sinon Negri a impressionné lors du dernier tournoi et pourrait bien devenir le nouveau Parisse dont l’Italie aura cruellement besoin dans le futur.

L’équipe de France féminine

Cette équipe mérite le coup d’œil, peu médiatisée malgré des résultats bien supérieurs à ceux des hommes. Elle vient d’enchaîner au cours de la saison 2018 des résultats exceptionnels avec le grand chelem lors du tournoi des 6 nations et surtout la victoire contre la Nouvelle Zélande en novembre. Cela se traduit également par une importante croissance du nombre de licenciées dans le rugby. Elle se présente en grande favorite du futur tournoi et viendra on l’espère redorer le blason de l’équipe de France.

Sélectionneur : Samuel Cherouk

Composition : Deshayes, Thomas, Duval/ Corson, N’Diaye/ Hermet, R. Ménager, Annery/ Bourdon, Drouin/ Neisen, Kondé/ Boujard, Amédée, Banet

L’équipe de France U20

Peu médiatisé également, cette équipe victorieuse de la coupe du monde vaudra également le détour. Menée par Piqueronies, cette génération aura à cœur de prouver aux clubs français qu’ils n’ont pas besoin de chercher des joueurs à l’étranger et que les jeunes français peuvent très bien faire l’affaire. Carbonel, Delbouis et Joseph font partis des joueurs qui seront au centre des observations.

Erwan De Botmiliau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *