Aller à la barre d’outils
Passer au contenu

Un collectif citoyen soutenu par LFI pour “lever le pont levis du château fort municipal”

Après Marc-Phillippe Daubresse, nous revenons aujourd’hui sur la campagne municipale menée par la liste Décidez pour Lille, soutenue par la France Insoumise. Ayant fait un bon score dans la métropole aux élections présidentielles et aux législatives, le  mouvement de Jean-Luc Mélenchon peut espérer obtenir de bons résultats. Cependant, malgré une campagne très active, la liste ne totalise que 7 à 8 % des intentions de vote à travers les différents sondages.

“Il faut en finir avec cet exécutif trop fort” indique Thierry Decocq, 15ème de liste, pour qui la délégation des pouvoirs au maire en début de mandat fragilise l’exercice démocratique. Pour cela, la liste Décidez pour Lille, propose un ensemble de mesures visant à permettre une réappropriation citoyenne des enjeux municipaux. Et cela commence dans la composition de la liste de candidats. Lancé par la section locale de la France Insoumise en septembre dernier, le collectif de campagne a émis un appel à candidatures, qui réunissait déjà une trentaine de réponses en deux jours. Le “comité électoral” a ensuite sélectionné 60 candidats, âgées de 18 à 70 ans dont 43% de novices en politique.

Les deux têtes de liste présentent leurs propositions pour l’emploi devant l’ancien site Renault à Fives, qu’ils souhaitent transformer en “pôle d’activités du futur”

Pour la tête de liste on avait d‘abord pensé à Adrien Quatennens, député insoumis, mais c‘est finalement Julien Poix, déjà candidat LFI aux législatives de 2017 et aux Européennes de 2019 qui a été choisi. Professeur d‘histoire-géo de 34 ans, il aime à rappeler qu‘il habite à Fives et qu‘il provient d‘une famille ouvrière,  par principe de cohérence avec ce qu‘il propose. Engagé dans le milieu associatif et syndical depuis 2006, il souhaite donc mettre son expérience et son ancrage au service de sa candidature. D’abord pensé comme un “duo de chefs de file”, Elodie Cloez, étudiante de 22 ans, se trouve aujourd’hui en deuxième position sur la liste.

Un programme à l’accent social, démocratique et environnemental

A l’instar de la désignation de la liste, son programme se veut collaboratif, chacun étant invité à donner sa contribution sur le site internet, même si une base programmatique a été définie en cohérence avec les valeurs de la France Insoumise. Ainsi, Décidez pour Lille met l’accent sur des mesures sociales, démocratiques et environnementales.

La question des logements est centrale; Julien Poix donnait l’exemple des anciens locaux de Sciences Po Lille, rue de Trévise, qui seraient utiles pour accueillir un service public de proximité (il souhaite notamment créer un poste de police municipale par quartier pour “recréer le lien social entre la police et les citoyens”). La liste veut aussi renforcer les contrôles de propreté, de sécurité et le foncier dans Lille avec un investissement de 80 millions d’euros dans ce domaine.

Un autre objectif est de “verdir Lille” en laissant le parc Saint-Sauveur sans construction, en développant l’éco-construction, en créant une ressourcerie, une déchetterie par quartiers et des cantines gratuites et bio dans les écoles. Enfin, les transports en commun gratuits pour tous font partie du programme. Selon lui, la situation environnementale est dramatique, les Lillois disposeraient de seulement 9m2 d’espace vert en moyenne (hors cimetières).

Concernant la culture, Décidez pour Lille veut la rendre accessible à tous.te.s avec notamment la mise à disposition des Maisons Folies aux habitants pour des ateliers et réunions. Norbert Richert, 7e sur la liste, soulève le problème des subventions d’associations culturelles qui reviennent en trop grande partie, selon lui, à Lille 3000.

Point presse dans le quartier de Moulins sur les logements, le 11 janvier

“La maison du peuple”, voilà ce que doit devenir la mairie selon Julien Poix. Il veut  donc mettre en place l’ouverture de la mairie sans rendez-vous quatre fois par semaine le matin. L’instauration du référendum d’initiative citoyenne local et un droit de révocation des élus à mi-mandat sont aussi prévus. A noter toutefois que l’instauration d’un tel mandat impératif est interdite par la constitution, conscient de cette limite Jean-François Collec, 21ème de liste dit vouloir en “faire un acte politique” à l’instar du référendum révocatoire organisé par François Ruffin au milieu de son mandat parlementaire.

Entrer dans les mémoires pour entrer au beffroi

C’est par le déroulement d’une campagne débutée très tôt dans l’année 2020 et poursuivie jusqu’à la veille des élections que Julien Poix, Elodie Cloez et toute la liste Décidez pour Lille ont pu s’inscrire dans la politique de proximité qu’ils recherchaient, autant au niveau géographique qu’au niveau des actualités agitant la ville de Lille.

Tout d’abord, et c’était une chose à laquelle les militant.e.s de la liste Décidez pour Lille tenaient tout particulièrement, la campagne s’est déroulée dans une constante mobilité et recherche de proximité avec les citoyen.ne.s directement. C’est donc dans chaque quartier de Lille qu’on a pu les retrouver lors de ce qu’iels qualifiaient  d’ « apéros des décideurs ». Ainsi, de Moulins au Vieux-Lille en passant par Fives, où se trouvent les locaux du parti, c’est auprès de chaque citoyen.ne voulant s’impliquer dans les préoccupations de la liste que le programme s’est construit. La campagne est donc bien passée par le prisme des citoyen.ne.s dans le programme, plus que par la proposition d’un programme déjà établi par la liste. Comme précisé par Julien Poix lors d’un point presse effectué à La Sécu à Fives le 15 février, un mois seulement avant les élections, le programme ne sera achevé que la veille des élections, puisqu’il doit suivre les demandes citoyennes.

Point presse sur la friche St-Sauveur le 11 janvier

Pour Julien Poix, c’est en allant sur le terrain que l’on peut se rendre compte de la réalité des choses. « 0 constructions, 1 espace vert », c’est bien par des phrases marquantes que le candidat souhaite entrer dans les mémoires et au beffroi de Lille. C’est pourquoi, la liste a également organisé des points presse dans les différents quartiers de la ville pour alerter à chaque fois sur une thématique précise. Pour la problématique du logement, c’est dans le quartier Moulins que les têtes de liste ont présenté les différents bâtiments à l’abandon qu’ils ont pour projet de rénover, afin de pallier au problème de précarité, en pointant notamment les 3000 personnes sans abri à Lille, et les 8000 logements laissés à l’abandon.La mise en avant de la préservation des espaces verts à Lille s’est faite en présentant la friche Saint-Sauveur et les nombreux débats qui l’entourent, un point clef de ces élections.

C’est en donnant la parole à des commerçant.e.s consulté.e.s lors des dimanches à Wazemmes, c’est en permettant à des personnes de tous milieux sociaux-culturels de rejoindre la liste et de prendre la parole, c’est en allant voir les personnes dans ce qu’elles font de mieux et dans ce qu’elles font pour faire prospérer la ville, que la liste Décidez pour Lille s’affirme comme la liste du peuple.

« Décidez pour vous, décidez pour Lille », c’est donc bien par le lien citoyen que Julien Poix a mené sa campagne, et compte mener ce que sera la politique de demain.

Louna Le Gall, Marion Galard, Alban Leduc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.