Aller à la barre d’outils
Passer au contenu

Carnet de 3A à Lisbonne : Tudo bem sous le soleil

C’est compliqué, de décrire Lisbonne. C’est l’idée d’un joyeux bordel et d’un calme absolu en même temps. D’un apaisement total et d’un sentiment de flottement constant. Retour sur un séjour universitaire dans la capitale portugaise par Emma Chainho.

Les couleurs

Déjà, il y a les couleurs. Les couleurs du soleil, de la ville, des maisons, des azuléjos, des arbres, des fleurs, des gens aussi. Les couleurs des parcs en fin de journée, des quais aux loupiotes allumées dès 21h tombées. C’est très doux, comme couleurs. Il faut s’imaginer du rose, du jaune, du bleu pâles ; parfois, un vert ou un rouge criants feront leur apparition au coin d’une rue, sans que cela ne forme un véritable ensemble cohérent.

Le soleil

En parlant de couleurs, parlons soleil. Il fait beau, à Lisbonne. Le soleil rythmera la plupart de vos journées, de son lever un peu timide à faible intensité, à celui de l’après-midi, si présent parfois qu’on en viendrait presque à l’injurier. Finalement, il y a le soleil de fin de journée, qui ouvre une parenthèse de douceur avant la nuit agitée qui s’annonce. La ville aux sept collines est d’ailleurs bien faite pour la contemplation, avec les dizaines de miradouros qui l’habitent. Les miradouros, ce sont les points de vues donnant sur la ville, avec chacun une ambiance différente, à part, qu’il soit un parc ou un ancien restaurant panoramique à l’abandon.

La mer

Ah et, évidemment, il y a la mer. 15 minutes de train et vous arrivez à la première plage, 25 minutes et vous arrivez à une plus grande plage, aux vagues convoitées. 1h et vous trouverez celles secrètes, délaissées du grand public, entre deux falaises couleur ocre. Essayez le surf, allez camper, jouez dans les vagues, redevenez un enfant ou devenez philosophe, faites la planche le soleil tapant sur le bout de votre nez qui dépasse de leau, reposez-vous sur le sable chaud jusqu’à ce qu’évanouissement du soleil s’en suive. Profitez de cette bulle marine où l’on croirait presque la plénitude atteignable.

La nuit

La ville abrite des dizaines de bars cachés, secrets, il y en a certains où il faut même susurrer un mot de passe à travers la grande porte en bois pour y accéder. Il y a des bars plus intimistes, aux projections abstraites sur les murs, des bars touristiques, pièges des premières semaines d’Erasmus, des bars emblématiques, comme cette ancienne maison close réaménagée en espace où peu de normes subsistent encore.

Il y a les gigantesques boîtes commerciales, d’autres où l’on perd la notion du temps, d’autres encore qui n’ouvrent qu’à 6h du matin avant de vous lâcher en fin de matinée au pied du Tage. Ici, les nuits s’étirent facilement.

 

 

 

Les gens

Les anciens ont encore la révolution de 1975 en tête, et il est probable qu’un matin, à la terrasse d’un café, il y en ait un qui vous explique fermement que c’est à votre tour, maintenant, de lutter pour vos droits. Ne croyez pas pour autant que vous êtes les bienvenus. Vos tentatives de bégaiement en portugais ne donneront sûrement lieu qu’à une réponse en anglais, voire en français lorsque le ras le bol sera total. Les portugais se lassent des touristes, et s’insurgent de la flambée des loyers causée par l’installation d’expatriés. Pour autant, la bienveillance reste de mise. Jamais on ne m’a sifflée, arrêtée ou effleurée à Lisbonne. Le sentiment de confiance est tel qu’il vous sera possible de vous allonger sur un banc en plein milieu d’un parc, d’enlever vos chaussures, de poser votre sac, et de vous endormir là des heures durant sans appréhension quelconque ; et de constater au réveil que vous aviez raison.

Les voyages

Le Portugal se suffit à lui-même. C’est fou, le nombre d’endroits, de villes, de villages, de plages, de collines, de montagnes, d’îles, qu’il y a à découvrir et à creuser. Car il ne s’agit pas seulement d’y passer, mais toute la magie réside en l’approfondissement, en la volonté d’aller trouver des endroits à part, des lieux où l’on décide, finalement, de rester un peu plus longtemps.

Le temps

Vous pouvez en faire ce que vous voulez. Par exemple, il n’y a aucune heure pour manger. Que vous souhaitiez déguster un bacalhau à 11h ou un poulet rôti à 23h, grand bien vous fasse. Ici, chacun vit sa vie comme il l’entend. En fait, vous avez le temps de prendre le temps, à Lisbonne. De respirer, de marcher, de s’arrêter. D’écrire, de dessiner, de parler, de pleurer, d’en pleurer de rire juste après. Il y a le temps pour les émotions, y a le temps pour l’insouciance.

Vient la fin et je n’ai toujours pas trouvé les mots appropriés pour la décrire. Allez-y et vous verrez bien.

C’est léger comme tout, Lisbonne.

C’est profond comme tout, Lisbonne.

Bref, c’est chouette, Lisbonne.

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                           Emma Chainho

Un Commentaire

  1. Dupont Sophie Dupont Sophie

    Bravo Emma pour cet article plein de sensibilité qui donne terriblement envie de séjourner à Lisbonne sur une longue, très longue durée ….
    Sdupont

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.