Skip to content

Anna Lipert • 20 décembre 2018

Mona Sabot • 19 décembre 2018

Conte de Noël – Enchantement politique

Coline Fournier · 18 décembre 2018

Mona Sabot • 17 décembre 2018

Carnet de FIFB - Un semestre au Kent

Aurore Courtes · 14 décembre 2018

Espagne: 40 ans après, l’heure n’est plus au dialogue

César Casino-Capian · 13 décembre 2018

Marion Crépin y Léa Martinet Jannin ·
11 décembre 2018

Arrow
Arrow
PlayPause
Slider

Carnet de 3A – Trondheim : l’odyssée norvégienne

Pour ceux n’ayant pas déjà une idée précise de leur destination de 3A, la période des choix de mobilité s’avère être un vrai casse-tête. De nombreuses listes de pour et contre plus tard, mon cœur se tourne vers la Norvège, pays des fjords et des grands espaces. J’ai donc atterri à Trondheim, une ville colorée et pleine de charme.

N1
Le quartier Bakklandet, dans le centre-ville.

UNE VILLE ÉTUDIANTE

La Norvège est un vaste pays avec peu d’habitants – environ 5 millions – comparé à sa taille. Ainsi, même si Trondheim est la 3ème ville du pays, après Oslo et Bergen, elle reste moins peuplée que Lille par exemple : 181 000 versus 232 000 (ce sont des chiffres arrondis mais c’est juste pour vous donner un ordre d’idée). L’université NTNU qui compte approximativement 40 000 étudiants est donc une part importante de la ville. A Trondheim, une personne sur cinq est un étudiant. Ainsi, il y a assez de bars, de cafés et de boîtes de nuit pour ne pas avoir le temps de s’ennuyer. Le complexe de Samfundet est d’ailleurs très prisé par les étudiants norvégiens et internationaux : vous y trouvez un café, une salle de conférence, des bars et deux night club. Même si la musique est globalement commerciale – voire parfois me fait penser à une pâle copie du Smile – tous les goûts musicaux peuvent s’y retrouver, il suffit de trouver votre bar/boîte. Cependant, il faut un temps d’adaptation car la nightlife norvégienne diffère grandement de celle française en ce qui concerne les horaires. Les soirées commencent facilement vers 18h pour se terminer aux alentours de 2h. Le premier shoot de vodka à 20h une fois passé, le rythme s’acquiert assez rapidement. Le coût de la vie étant assez élevé, surtout en ce qui concerne la nourriture et l’alcool, certains étudiants s’improvisent brasseurs et produisent une bière homemade, surprenamment bonne. Egalement une chose importante à savoir en Norvège, l’alcool est très réglementé et pour pouvoir acheter de l’alcool autre que bière / vin / cidre vous devez vous rendre dans des magasins spécialisés (Vinmonopolet) qui ferment généralement à 18h. Quant à l’alcool dans les supermarchés, sa vente est interdite après 20h en semaine et après 18h le week-end. L’organisation de votre alcoolisme est donc de rigueur.

LE FOSSÉ  SPL / NTNU

L’université norvégienne de sciences et de technologie – ou NTNU pour les intimes – est donc comme vous l’aurez deviné le partenariat de Sciences Po Lille. L’université est divisée en plusieurs facultés et départements, allant de l’histoire aux sciences de l’ingénieur en passant par l’économie, et est tellement immense qu’elle s’étale sur plusieurs campus, celui des sciences sociales étant Dragvoll. C’est un petit campus, comparé à celui de Gloshaugen pour lequel il faut compter 15 min de marche pour aller d’un bout à l’autre, perdu près d’une forêt. Ainsi, vous aurez cours dans des salles avec vue sur le fjord ou la forêt – ce qui est un environnement de travail plutôt qualitatif. Les cours ne prennent qu’une dizaine d’heures de votre semaine et ne sont pas obligatoires. De plus, les professeurs sont très sereins et ne mettent pas la pression, rien à voir avec le stress que vous pouvez éventuellement ressentir face à certains professeurs palliens ou même face à l’ambiance d’une salle de classe française en général. Tout professeur fait une pause de 15 min pour 2 heures de cours – c’est une règle apparemment sacrée – et il n’est pas rare qu’ils vont lâchent plus tôt que l’heure prévue. La plupart des cours ont lieu durant la matinée ou le début d’après-midi, ce qui laisse pas mal de temps libre. De plus, les notes sont données sous forme de lettres et il suffit de ne pas avoir F pour avoir ses crédits. Avant les examens, il y a les mid-terms papers simplement notés sous la forme « Approved / Not approved ». Si votre dissertation est ratée et que le professeur juge que vous avez réellement essayé, vous avez même le droit à une seconde chance. L’ambiance est donc très cool et vous devez faire preuve d’une bonne motivation pour ne pas tomber dans le dangereux piège de la flemmardise… Le point positif étant le large choix de cours, vous êtes libres de vous concocter un emploi du temps qui vous plait et donc logiquement aucune excuse pour ne pas travailler – n’est-ce pas.

Quant à la vie associative, elle semble assez dense malgré le fait qu’une bonne moitié des associations ne fait sa pub qu’en norvégien et est de fait ignorée des internationaux. C’est d’ailleurs un des seuls points négatifs concernant NTNU : pour une université qui accueille autant d’étudiants étrangers, et qui en fait une telle fierté, une traduction anglaise devrait être mise en dessous de chaque événement et de chaque panneau d’informations. Mais ne vous en faites pas vous arriverez toujours à vous en sortir grâce à Google traduction ou à l’application MazeMap qui vous permet de trouver votre salle de classe – ce bijou de technologie m’ayant sauvé la vie plus d’une fois.

N2
Le bâtiment central du campus de Gloshaugen, qui a ma foi un petit air de Poudlard (le surnom que les étudiants lui donnent est d’ailleurs Hogwarts).

DES PAYSAGES À COUPER LE SOUFFLE

Enfin, une des raisons les plus importantes pour lequelles la Norvège est LE pays de votre 3A, ce sont les paysages. La nature est omniprésente ici et les norvégiens la mettent au centre de leur quotidien au travers d’activités telles que des longues randonnées ou des cabin trip. Et je dois dire que cela fait du bien de ralentir son rythme de vie et de simplement profiter. La ville de Trondheim en elle-même, traversée par le fleuve Nidelva, avec son port, ses nombreux ponts et ses maisons typiquement norvégiennes, vaut le détour. Mais vous avez également, à quelques heures de route, de nombreux endroits sympathiques : Oppdal, Alesund, Geiranger et son immense fjord ou encore la fameuse route de l’Atlantique – légèrement surcotée mais cela reste une chose à voir lorsque l’on visite ce pays. Malgré un compte en banque délesté de son surplus grâce au charmant coût de la nourriture, il reste toujours quelques couronnes norvégiennes à placer dans vos voyages. Les locations de voitures et les Airbnb sont tout à fait abordables et permettent de faire de beaux roadtrips avec vos potes internationaux. Face à l’immensité des fjords et au silence d’une nature laissée libre, vous vous sentirez aussi sages et apaisés que maître Yoda.

Le fjord de Geiranger, considéré comme un des plus beaux du pays.
Le fjord de Geiranger, considéré comme un des plus beaux du pays.

De plus, si jamais vous n’êtes pas encore convaincus de la beauté du pays, les aurores boréales viennent se poser en tant que cerise sur le gâteau. Avec un peu de patience et armé d’un manteau et d’une paire de gants, les froides nuits norvégiennes ne seront pas un obstacle à votre chasse aux aurores – aidé évidemment par les nombreuses applications permettant d’obtenir une approximation de votre chance d’en apercevoir.

Aurores boréales en plein centre de Moholt Studentby – le village étudiant dans lequel de nombreux internationaux résident.
Aurores boréales en plein centre de Moholt Studentby – le village étudiant dans lequel de nombreux internationaux résident.

 

Chloé Volle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *