Skip to content

Vladimir Benlolo - 15 novembre 2019

Vladimir Benlolo - 15 novembre 2019

previous arrow
next arrow
PlayPause
Slider

Tournoi des VI Nations #2 – Le naufrage du rugby français

Le week-end dernier, la France s’opposa,  se soumit face à l’Angleterre lors de la 2e journée du tournoi des 6 nations à Twickenham. Cette rencontre, appelée « crunch », fut un désastre pour les équipes françaises, notamment le XV de France masculin qui doit désormais en tirer des leçons urgentes d’ici la 3e journée du tournoi mais aussi d’ici l’année prochaine. En effet, en automne prochain les deux équipes se rencontreront à nouveau pour la « poule de la mort », dans le cadre de la Coupe du Monde.

Un XV de France en faillite ?

Battus 44 à 8, le XV français essuie une deuxième défaite dans un tournoi qui s’annonce compliqué, s’ils veulent éviter la cuillère de bois.  Dès la première minute, les Anglais annoncent le ton du match en marquant un essai, premier d’une longue série. Le premier essai marqué par Johny May, qui sera suivi par beaucoup d’autres, aura un effet prédicateur sur un match et une performance pitoyable des Bleus.

Jonny May, ailier anglais

 

Malgré quelques bonnes actions en défense de Bastareaud et de Bamba en début de match et, surtout des actions de Damian Penaud qui relève le niveau de cette équipe, la première mi-temps est un carnage pour les Français. Essai anglais à la 23e minute, puis à la 28e toujours marqués par May qui ne seront pas tous transformés, seule fausse note du merveilleux match des joueurs anglais.  A la 34e minutes, un essai marqué par Yoann Huget vient finaliser le travail de Damian Penaud et sauver la face de cette équipe française qui sort de la première mi-temps abbatue, suite à un dernier essai des anglais alors que Huget est sorti temporairement pour blessure. L’Angleterre prend alors la tête du tournoi des 6 nations, grâce au bonus offensif acquis dès la première mi-temps. 

Damian Penaud, 22 ans évolue au poste de centre

Face à un coaching honnêtement très mauvais de Jacques Brunel (qui a remplacé Guy Novès) qui laisse se demander où vont jouer les joueurs, le XV de la Rose exerce une pression à très haute intensité sur nos joueurs français. La stratégie bien rodée des anglais, qui consiste à allier la stratégie du jeu au pied et la vitesse afin d’accélérer le jeu, met à l’amende nous joueurs. Ils acculent les français dans la ligne des 22m, les forçant à reculer ou à rendre le ballon.

La deuxième mi-temps est moins catastrophique que la première (comme si c’était difficile) notamment grâce au jeu du jeune Antoine Dupont qui ramène un peu d’enthousiasme à un match déjà gagné dès la première minute de jeu.  Les Anglais marquent deux nouveaux essais lors de la deuxième mi-temps (on arrête de les compter), finalisant le naufrage à un score  de 44-8. Les Français signent presque, à 1 point près, la pire défaite de l’histoire des crunch, qui date de 1911 pour 37-0.  Les Anglais prennent la tête du tournoi grâce à leur bonus offensif et laisse (encore) les Français déprimer, devant impérativement se reprendre en main d’ici leur prochain match contre l’Ecosse. Le Grand Chelem des Bleus est très loin (2010) et les Français n’ont clairement plus le niveau de rivaliser face à la 3e nation du rugby international. 

Retour sur terre pour les Bleues…

Fortes de leur Grand Chelem de l’année dernière et de leur brillant match de la semaine dernière contre le Pays de Galle, les Françaises ont du également se plier aux Anglaises, récemment devenues professionnelles.  A Doncaster, les Bleues s’écroulent 41-24.  Les Françaises semblaient notamment ne pas réussir garder les mains sur le ballon alors que les Anglaises ont pris leur revanche sur l’année dernière : elles réussissent à marquer 2 essais alors qu’elles jouent à 14 contre 15 après l’exclusion temporaire de Vickii Cornborough pour un plaquage jugé dangereux.

Soleil sur une après midi de pluie pour le rugby français féminin : Pauline Bourdon

Pauline Bourdon

Demi de mêlée,  puis jouant à l’ouverture à la place de Camille Imart après la pause, permet de relever l’équipe féminine française lors de la seconde mi-temps. La France parvient tout de même à marquer 4 essais, dont un à la 81e minute de Romane Ménager, qui leur permet de gratter le bonus offensif. Ainsi, si les Bleues ont perdues, elles ont au moins eut le mérite de se battre contrairement à une équipe masculine qui fait peine à voir.

Une France du rugby en perdition

Même les moins de 20 ans, qui avait gagné le championnat l’année dernière, se sont fait battre ce week-end 31-19 face à l’Angleterre.  Alors que le XV de France de Guirado continue de décevoir les supporters de rugby, les Bleues et les moins de 20 ans semblent, eux aussi être tombés sur plus forts qu’eux.

La France doit elle se préparer à enchainer les défaites en rugby ? Si les supporters espèrent que non, les Bleus devront tous faire leur preuve lors de la fin du tournoi, qui reprend le week end du 23 février.

Mathilde Virlois

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *