Skip to content

Les rédactrices en chef 2018 - 2019

Matthieu Slisse et Iloé Fétré - 7 mai 2019

Matthieu Slisse • 06 mai 2019

Matinée d’échanges à Sciences Po Lille – « À travail égal, salaire égal » ?

Valentine Le Lourec · 2 mai 2019

Comité de mobilisation pour le Climat de Sciences Po Lille - 1er mai 2019

previous arrow
next arrow
PlayPause
Slider

La disparition des cadres: le message du voleur

Dans l’enquête sur la disparition du cadre de promo, un nouvel événement vient créer d’importants rebondissements.  Ceux-ci nous mettent sur la voie du message que voudrait nous laisser le voleur.

Un événement inédit est survenu ! Le tableau de promo 2007 a disparu. L’enquête prend un tournant inattendu. Nous avons donc à faire avec un serial thief. La tension est à son comble, cette nouvelle disparition porte un message clair : faites attention à vous si vous ne vous occupez pas de vos affaires. Mais rien n’arrête les journalistes enquêteurs que nous sommes …

Nous nous sommes donc retrouvés au QG pour faire le lien entre ces deux disparitions. En plus du multiple 2 qui les lie, nous avons découvert un autre lien beaucoup plus logique et nous commençons sérieusement à douter des mauvaises intentions de notre voleur. 2014 est la promotion du soldat inconnu, symbole d’une bataille qui nous lie tous. 2007 est la promotion d’Albert Camus. Après quelques recherches dans nos mémoires littéraires (et avouons le, googlesques), un éclair nous a traversé : Camus est l’auteur du cycle de l’absurde mais aussi, et surtout dans notre cas, celui du cycle de la révolte !

Le message est désormais clair : le vol est un acte de révolte. Il nous reste qu’à découvrir l’origine de cette dernière. Pour Camus, c’est l’absurde de notre vie qui doit pousser à la révolte pour donner un sens à notre vanité. Contre quel absurdité se bat notre soldat inconnu ? Finalement, contre quoi nous battons nous ? Les réponses peuvent être diverses car nous nous battons souvent pour ce en quoi nous croyons or les croyances sont généralement propres à chacun. Cependant, une raison de se battre nous semble plus importante et logique que les autres : amener la paix parmi ce monde et plus précisément libérer la communauté palienne de son agressivité.

Nous sommes tous des soldats inconnus, chacun à notre manière. Certains doivent se battre plus que d’autres pour arriver à leurs fins, certains combats sont plus simples que d’autres mais ce que le voleur a voulu mettre en évidence par son acte vandal est la paix entre les êtres humains. Cette paix ne signifie pas la fin des conflits, nécessaires à l’amélioration de la société qui n’attend jamais l’optimum (malgré tout ce que certains professeurs peuvent nous répéter), cette paix reste un horizon inatteignable mais elle doit être un objectif et surtout, elle doit se faire au profit de tous et de toutes. Certains combats sont plus louables que d’autres et nous ne sommes pas en train de prôner un relativisme inutile. Simplement, cette enquête n’est pas le lieu pour défendre ses idées mais plutôt le moyen de transmettre une volonté importante : faites bouger les choses et croyez en vos moyens d’action, aussi minimes qu’ils vous paraissent..

Le soldat inconnu, combiné à Albert Camus, sont symbole d’engagement. Contre un ennemi physique qui n’est plus réellement mais qu’on peut prendre comme une incarnation de tous les maux de notre société. Contre la vanité de nos vies qui nous condamne à être de minuscules êtres dans un univers si grand.

Le message du voleur des tableaux de promotion est clair. Il nous met petit à petit sur la voie de son identité.

Fantine Dufour et Alban Leduc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *