Skip to content
Slider

RUSSIE – COLOSSE AUX PIEDS D’ARGILES : Le néo empire russe

Jeudi 18 octobre dernier, le Président de la Fédération de Russie, Vladimir Poutine, s’est rendu en Ouzbékistan, ex République Socialiste Soviétique (RSS). Cette visite dans un pays peu connu d’Asie centrale pourrait être considérée comme mineure. Or, il s’agit là d’une visite forte en symboles. Plus que des accords bilatéraux concernant l’économie, le nucléaire, le militaire et le culturel, c’est le destin d’une dizaine de pays tentant de rendre effectives leurs indépendances qui se joue depuis près de 20 ans, et qui s’est joué la semaine dernière en Ouzbékistan. De l’Estonie au Kazakhstan, en passant pas l’Ukraine, la Géorgie ou encore l’Ouzbékistan, nous assistons depuis les années 2000 à un retour en grandes pompes de la Russie dans un espace qu’elle a si longtemps gouverné d’une main de fer : l’espace de l’ex-URSS.

Il serait, en effet, erroné de croire que la Russie n’a plus d’influence sur ces pays. Bien que souverains, ils restent souvent très influencés culturellement, mais surtout économiquement et politiquement par la « Mère Russie ». Mais pour ne pas tomber dans la diabolisation caricaturale de ce pays mystérieux, il convient d’analyser les origines de ce retour en force et ses manifestations.

Pourquoi ce retour en force ?

La décennie 1990 est marquée par la transition violente entre le communisme et le libéralisme. Considéré comme perdant de la Guerre froide, le pays a été traité comme un ennemi qu’il fallait définitivement affaiblir, plus que comme une nouvelle démocratie qu’il fallait aider à stabiliser. Il faut avoir à l’esprit que la Russie n’avait, avant 1992, jamais connu d’élections libres, et qu’encore aujourd’hui, la culture de la démocratie des Russes reste fragile.

C’est ainsi que, depuis 2000, Vladimir Vladimirovitch Poutine centralise de plus en plus le pouvoir en utilisant une rhétorique nationaliste. Il dénonce, en effet, l’Occident qui est, dans la mémoire russe, responsable du déclin et de l’humiliation de la Russie dans les années 1990, lorsque le PIB par habitant a chuté de 40%, et que la « thérapie de choc » néolibérale a creusé les inégalités et provoqué une course au moins-disant social pour attirer les capitaux dans l’économie archaïque du pays.

Or, pour cacher ces difficultés économiques comme la dépendance envers les matières premières (95% de la valeur des exportations) ou la désuétude de ses systèmes de transports, et l’absence de véritables libertés politiques, le Président s’est tourné vers la géopolitique. Par ses discours, le Kremlin entretient l’idée d’une « forteresse assiégée » et d’un retour de la puissance russe selon lui trop minorée depuis les années 1990. Cette démonstration de force permet au peuple russe et à ses dirigeants de s’auto-persuader puis de persuader le monde que la Russie est une grande puissance qui rivalise avec les géants chinois, américain ou même européens.

Une « forteresse assiégée »

La politique étrangère russe se base d’abord sur le mythe de la « forteresse assiégée ». Le plus grand pays du monde a toujours tenté d’élargir ses frontières pour se protéger. Ainsi, Catherine II, impératrice du XVIIIème siècle, écrivait après le premier démembrement de la Pologne en 1772 : « Nous n’avons trouvé d’autres moyens de garantir nos frontières que de les étendre ». Les vastes plaines rendant vulnérables le pays, il fallait chercher des frontières naturelles. Mais, ces dernières se sont retrouvées être l’horizon.

Le pays n’avait ainsi, depuis l’établissement du Tsarat au XVIème siècle et jusqu’en 1918, cessé de s’étendre. Or la défaite de la Première Guerre mondiale marque un traumatisme sévère, car, au nom du « défensisme révolutionnaire », la paix est signée au prix fort : perte des pays baltes, de l’Ukraine ou encore de la Biélorussie et de la Pologne. Ces territoires sont cependant en grande partie vite reconquis, et la Russie bolchevique puis l’URSS développent l’idée de la « forteresse assiégée » par le capitalisme.

En 1991, l’URSS s’effondre et une dizaine de pays gagnent leur indépendance. Il suffit de regarder une carte pour se rendre compte de l’ampleur de ce bouleversement géopolitique. Le pays perd la moitié de ses 294 millions d’habitants, et 5 de ses 22 millions de km². Surtout, la capitale, Moscou, n’a jamais été aussi près d’une frontière étrangère depuis des siècles. Assurer la sécurité du pays devient alors central, et cela ne peut passer que par une sécurisation de son « étranger proche », notion très importante dans la politique des dirigeants russes.

La radicalisation de la politique étrangère du pays s’explique par l’élargissement rapide de l’Union européenne (UE) et surtout de l’OTAN dans les pays de l’ex-URSS. Mais, ce n’est pas cet élargissement qui, en soit, présente un problème. Les tensions entre ce qu’on est habitué à appeler « l’Occident » et la Russie ont été envenimées par le fait que Gorbatchev, dernier dirigeant de l’URSS, avait obtenu le non élargissement de l’OTAN vers l’Europe de l’Est en échange de la réunification de l’Allemagne dans cette organisation militaire (et non neutre comme le voulait l’URSS) lors de discussions informelles avec le Président George W. Bush. Or dès 1997, la Pologne, la Hongrie et la République Tchèque ont vu leurs candidatures acceptées. C’est ensuite vers les États baltes que l’organisation s’est élargie. Plus récemment, c’est la Géorgie qui a manifesté sa volonté d’adhérer à l’alliance, ce qui n’a pas manqué de provoquer de vives réactions à Moscou. En 2008, prétextant la protection des russophones d’Ossétie du Sud (région séparatiste de Géorgie), la guerre éclate entre les deux pays. Malgré une armée moderne et entraînée par des généraux américains, la seconde guerre d’Ossétie du Sud se termine en moins d’un mois par une victoire russe. La Russie occupe les régions séparatistes d’Abkhazie et d’Ossétie du Sud.

C’est aussi par l’élargissement de l’Union européenne, que la guerre en Ukraine a en grande partie éclaté. En 2004, la « révolution orange » avait exprimé le ras-le-bol de la population envers la corruption du gouvernement pro-russe. Cela avait de facto rapproché les Ukrainiens de l’idéal européen. La révolution de février 2014 qui destitue Viktor Ianoukovitch (pro-russe et corrompu) a mené à l’élection d’un gouvernement souhaitant une candidature à l’Union européenne. Mais, depuis les élargissements de 2004 et de 2007, ce sont 7 pays de l’ex bloc de l’Est qui se sont déjà tournés vers Bruxelles en se détournant ainsi de Moscou. Il s’agit donc pour le Kremlin d’empêcher l’UE (et donc les Américains dans la vision russe) d’être encore plus aux portes de la Russie. L’Ukraine occupe en plus une place particulière dans les mentalités russes. En russe, Украйна (Oukraïna) signifie « coin du pays » ou « extrémité du territoire ». On voit donc dans son nom même que l’Ukraine est, en soi, une partie du territoire national. Les mémoires ont, en effet, retenu comme origines de la Russie la principauté de Kiev, dite « Rus’ de Kiev ». D’ailleurs, le 4 novembre 2016, Vladimir Poutine a inauguré à Moscou une statue de 16 mètres de haut représentant le Prince Vladimir Ier de Kiev et a donc clairement inscrit l’Ukraine dans la communauté nationale russe. Du moins, la volonté du Kremlin semble d’être au rassemblement de tous les Russes, comme en témoigne le rattachement à la Russie de la Crimée, cédée en 1954 à la RSS d’Ukraine et peuplée actuellement de 65% de Russes. Cette politique ne manque cependant pas de créer des inquiétudes chez les pays de l’ex URSS.

Le retour du nationalisme pan-russe

Avec la guerre en Ukraine, c’est une nouvelle étape de l’escalade de la force qui est franchie. Les ex RSS, souvent frontalières avec la Russie, n’oublient pas qu’il y a à peine 30 ans, l’œil de Moscou était rivé sur elles, et qu’elles ont déjà connu de courts moments de répit avant de retomber sous le giron russe. Ainsi l’Ukraine, indépendante après la Première Guerre mondiale, n’a mis que 5 années avant de devenir une RSS et les États baltes n’ont eu que 22 années d’indépendance de 1918 à 1940. Ainsi, avec environ 25% de russophones natifs (dont la majorité sont d’ethnie russe), la Lettonie ou encore l’Estonie craignent des troubles appuyés par le Kremlin à travers ces minorités, tout comme cela est en train de se passer en Ukraine (Crimée et Donbass) et en Géorgie.

Par l’ethnie et la langue, la Russie cherche donc à garder la mainmise, souvent de manière contraignante, sur ses voisins. Mais, la mémoire et la culture sont aussi des moyens centraux d’influence sur ces derniers. En Asie centrale, les élites restent majoritairement russophones, et il était question jusqu’il y a peu de remplacer la langue officielle de la Biélorussie (le Biélorusse) par le Russe. Aussi, en 2004, date d’entrée dans l’Union européenne de l’Estonie, la mairie de Tallinn a décidé de démanteler une statue de Lénine considérée comme glorificatrice de la période soviétique. Ce fut l’élément déclencheur de la première cyberguerre entre deux pays au monde. Les serveurs des institutions, du gouvernement et des grandes entreprises estoniennes sont attaqués par des millions de spams qui font s’effondrer l’internet du pays. La réponse ne se fait pas attendre : les serveurs des médias Kommersant et Les échos de Moscou sont visés.

Bref, vous l’aurez compris, la Russie utilise son « soft power » culturel pour le transformer parfois en « hard power » et retrouver des moyens de pression sur les pays de l’ex-URSS.

Si la Russie, forte d’une unité nationale bien fondée et tournée vers la projection de puissance plus que sur ses problèmes internes, retourne depuis 2000 dans le camp des grandes puissances géopolitiques incontournables de manière parfois violente, l’illusion de la puissance russe sur le plan intérieur comme extérieur du pays ne manque pas régulièrement de se fissurer dès qu’on détaille la politique étrangère du pays et ses problèmes structurels. Ici, nous avons vu brièvement sur quoi se basait la redynamisation (ou radicalisation pour ses détracteurs) de l’interventionnisme russe dans sa zone d’influence qu’elle considère « naturelle » et qu’elle nomme son « étranger proche ». L’humiliation des années 1990, couplée à une histoire propre au pays et à un empiétement diplomatique de l’UE ou encore de l’OTAN qui se retrouvent à ses frontières, le tout attisé par une rhétorique unificatrice presque « pan-russe » et anti-occident, la Russie se voit de nouveau puissance mondiale centrale, mais surtout s’imagine dotée d’un monopole naturel sur son « étranger proche » qu’elle refuse de céder à l’UE ou aux États-Unis. Si la guerre a été soulevée ici comme pratique centrale de cette politique, nous verrons dans d’autres épisodes que d’autres moyens sont aussi employés.

Josselin Catarina Graça

Sources :
http://www.leparisien.fr/flash-actualite-monde/poutine-inaugure-une-statue-du-prince-vladimir-pres-du-kremlin-04-11-2016-6288774.php
https://www.20minutes.fr/high-tech/161062-20070530-russie-estonie-histoire-dune-cyber-guerre
https://www.lemonde.fr/europe/article/2016/08/18/russie-poutine-en-deficit-de-strategie-economique_4984442_3214.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *