Skip to content

Carnet de FIFB - Un semestre au Kent

Aurore Courtes · 14 décembre 2018

Espagne: 40 ans après, l’heure n’est plus au dialogue

César Casino-Capian · 13 décembre 2018

Marion Crépin y Léa Martinet Jannin ·
11 décembre 2018

Arrow
Arrow
PlayPause
Slider

Carnets de 3A – Danemark : Aarhus ou la douce vie danoise

Seconde ville danoise, Aarhus (prononcez « Orouss »), anciennement Aros qui signifie delta en danois, se situe dans le Jutland au bord de la mer. Cette cité étudiante, verte, dynamique et calme à la fois présentent tous les avantages d’une grande ville, sans en avoir les inconvénients. Y vivre, c’est s’arrêter, prendre le temps et profiter du moment. Vivre doucement et pleinement, voilà le crédo danois.

Hygge : la définition danoise de chiller

Inconnu à l’international, cette ville ne pouvait que me réserver des surprises. Mes premiers espoirs concernant Aarhus ont débouché sur un coup de cœur : cette ville est une réelle pépite, où la dolce vita règne dans le pur esprit danois, appelé ici « hygge ». Ce mode de vie simple et sain prône le bien-être, la chaleur, un état d’esprit ouvert et positif. Exit les visages (parfois) fermés du Nord français, ici seuls les grands sourires ne sont acceptés. Ce véritable art de vivre vénère la prise de temps. Cette ville regorge de petits cafés et bars très sympas où on peut se poser pour profiter d’un moment : arrêtez-vous pour prendre un café, pour discuter un peu, manger un petit cake et vous voilà danois.

Godsbanen, le hygge à l’état pur
Godsbanen, le hygge à l’état pur

Aarhus, une ville étudiante qui bouge !

Mais, Aarhus n’est pas pour autant une ville de papy. Avec plus de 50 000 étudiants chaque année (sur 300 000 habitants), cette cité est dynamique avec l’université comme poumon. Au sommet d’une colline, l’université est composée de nombreux départements différents regroupés en deux campus, tout les deux dans Aarhus. Le principal est un véritable parc avec des petits lacs, tout ce qu’il y a de plus sympathique pour étudier. Mes cours se passent sur ce campus, dans le Statskundskab Institee (études de l’État, sciences politiques version danoise). J’ai 3 cours différents, ce qui donne 9h par semaine. En dehors, il y a pas mal de lectures et de travail à la maison, mais c’est largement supportable.

Aarhus est aussi une excellente ville pour sortir le soir. L’université organise énormément d’évènements avec notamment les soirées et évènements de la Student House, ou les fameux Friday’s Bar, soirées organisées par chaque département avec des bières à 1,50 €. Un des grands moments est le Danish Friday Bar, véritable festival d’une journée en plein cœur de l’université. Plus de 20000 étudiants se retrouvent fin septembre autour de tournois sportifs, de concours et de concerts. En dehors de ça, la vie nocturne d’Aarhus est vraiment animée, c’est impossible de s’ennuyer. Les rues sont rarement vides, surtout le week-end. Le centre-ville regorge de bars (pour les amateurs de bières, les danois ne boivent que ça), boîtes (souvent gratuites avec seulement le vestiaire payant) et soirées où tout le monde peut trouver son bonheur. Les ambiances sont différentes d’un endroit à un autre, on ne vit jamais une même soirée. Les danois adorent sortir, boire et danser ce qui rend cette ville vraiment vivante. Vous trouverez toujours une table pour se poser, un dancefloor à enflammer ou une pinte à partager.

Phare de Skägen
Phare de Skägen

Les voyages : préparez vos bonnes chaussures, votre passeport et let’s go !

            Le Danemark a deux grands avantages : le premier est que c’est un petit pays. En FlixBus, c’est extrêmement simple de traverser le pays et de le visiter. Pour 10 euros et en 4h vous êtes à Copenhague, magnifique capitale du Danemark. En moins de 3 heures, vous êtes sur l’autre cote ou à Skägen, ville danoise la plus au nord, où se rencontrent et se confrontent la Mer du Nord avec Kattegat. Les trains valent aussi le coup, surtout avec les « tickets orange » qui réduisent considérablement les prix, même si parfois le temps, comparé aux distances effectuées, peut paraître long. Le Danemark se découvre facilement et en très peu de temps.

Une fois que vous avez fait le tour du Danemark, le deuxième avantage entre en jeu :  il est au centre de l’Europe ce qui ouvre des perspectives de voyages vers l’étranger. Deux aéroports sortent du lot, celui de Copenhague (accessible directement par Flixbus) et celui de Billund (à une heure de Aarhus en navette et train). Ils desservent bien la majorité des pays européens pour des prix raisonnables avec des compagnies comme RyanAir ou SAS. Je recommande la dernière, qui a des tarifs Youth défiant toute concurrence avec un bagage automatique, et beaucoup de vol depuis Copenhague vers les autres pays scandinaves. Personnellement je suis déjà allé à Bergen (jolie ville norvégienne, si vous avez l’occasion, faites-y un détour.) j’en ai eu pour 100 euros aller-retour en réservant 4 jours avant mon départ. Je suis allé aussi à Budapest, seulement 45 euros aller-retour m’ont suffi. C’est vraiment facile de voyager et de découvrir de nombreux pays.

Himmerbjerget, colline la plus haute du Danemark (147m, oui c’est ridicule).
Himmerbjerget, colline la plus haute du Danemark (147m, oui c’est ridicule).

Coûts de la vie et logement : bien faire attention !

            Avant de débarquer à Aarhus, j’avais peur du coût de la vie au Danemark. Je savais qu’en général dans les pays scandinaves, les prix sont plus élevés qu’en France pour à peu près tout, mais ce n’est pas le cas au Danemark. Alors oui c’est un peu plus cher ici, mais en faisant attention, on arrive facilement à ne pas trop dépenser. Il y a beaucoup de supermarchés discount (Netto, véritable référence au Danemark) ou vous pouvez trouver de bons produits sans pour autant faire de folies. Après, c’est sûr que si on recherche des produits français (fromages par exemple) ou si on ne fait pas attention, les dépenses vont s’envoler.

En revanche, pour le logement, passer le privé est une mauvaise idée. C’est très cher (bien plus qu’à Lille), ça n’est pas pratique (démarches en danois) et on peut tomber sur de mauvaises surprises… Personnellement, je suis passé par l’université et j’ai un petit appart (un peu loin du centre c’est vrai) vraiment bien. Je ne paie pas trop cher (seulement 400 euros par mois) et j’ai tout à disposition, sans partager ma salle de bain ou la cuisine. Concernant les démarches, il suffit de s’inscrire après avoir reçu un mail, d’attendre la confirmation et ensuite de valider. Rien de compliqué !

Les danois sont nés avec un vélo !

Enfin, dernière chose primordiale à Aarhus : le vélo. C’est une vraie culture ici, les vélos sont rois. Personnellement, je me déplaçais à Lille qu’en vélo principalement et je peux dire qu’ici, c’est vraiment le paradis. J’en ai acheté un au bout d’une semaine quand je m’en suis rendu compte. La ville n’étant pas immense, se déplacer à vélo est vraiment le meilleur moyen, surtout que la ville a été aménagée de telle manière. Il y a des voies vélo à côté de chaque route, les vélos sont donc à l’écart des voitures, ce qui renforce la sécurité. Les premiers jours, on est surpris par le respect du code danois (eh oui, ici on s’arrête aux feux rouges, on indique si on tourne ou si on s’arrête), mais on s’y fait rapidement à force de rouler. Pour trouver un vélo c’est très simple. Il suffit de se renseigner un peu, de regarder sur internet ou en boutique et on peut trouver des bons vélos d’occas’ pour pas chers. Seul bémol, l’université est au sommet d’une colline, mais ça permet d’entretenir les mollets !

S’occuper à Aarhus : Sport, sortir et culture.

            Enfin, pour que l’expérience soit complète, il faut aussi avoir de quoi s’occuper la journée. Avec 9h de cours, il peut être facile de s’ennuyer, de tourner en rond ou de déprimer (encore plus quand il fait nuit à 16h à la mi-novembre). Pas de problème avec Aarhus qui propose énormément d’activités pour sortir. Niveaux sports, c’est simple de trouver une équipe ou un lieu pour s’entraîner. Les salles de sports et clubs sont nombreux (les danois raffolent du fitness et de la muscu) et pas très chers. Les différents départements de l’université ont des équipes de sports aussi. Personnellement je joue au foot avec l’équipe de la Fac de philo, ça c’est fait tout seul sans problème. En plus les danois sont heureux d’avoir des internationaux dans leurs équipes donc il faut y aller ! Enfin, pour tout ce qui est du running ou du vélo, Aarhus est composée de nombreux parcs et se situe au bord de mer. Faire une balade à vélo en longeant la plage, c’est vraiment magnifique.

Vue depuis le Rainbow Rooftop d’AROS Museum
Vue depuis le Rainbow Rooftop d’AROS Museum

Enfin, la vie culturelle à Aarhus est dense. Je vais décrire mes quelques coups de cœur de la ville. Le AROS Museum, musée d’art contemporain, est une pépite. Il est gigantesque (un des plus grands d’Europe), l’architecture est splendide, surtout avec son rainbow rooftop qui donne une vue à 360° sur la ville, et il propose des œuvres variées dans des expos qui changent régulièrement. Ensuite il y a Den Gamle By (la vieille ville en danois) qui est un village dans Aarhus, type 18ème-20ème siècle avec des personnes jouant des artisans de l’époque (petit coup de cœur pour la Boulangère parlant français et faisant des pâtisseries du feu de Dieu). Dans ce village, il y aussi des musées sur l’histoire de la ville, très ludiques. Enfin, pour les amateurs de lieux alternatifs, de street art ou d’évènements culturels, il y a Godsbanen, version améliorée et danoise de St-So. C’est une ancienne friche industrielle réhabilitée en place culturelle en constante évolution. Concerts, expositions, festival de Street Food, boutiques éphémères, tout y passe. C’est un endroit riche en évènements et surprises, ça vaut largement le détour. Voilà pour le tour culturel d’Aarhus, avec un petit désavantage : les musées, cinémas et théâtres sont chers (15 euros pour AROS, ça fait mal) mais c’est comme ça au Danemark en général.

Plage à Aarhus
Plage à Aarhus

Bref, en guise de résumé, vivre au Danemark c’est savoir profiter et découvrir. C’est prendre le temps de savourer chaque instant pour ancrer des souvenirs indélébiles en soi. Et surtout, une chose à ne pas oublier si un jour vous partez pour le Danemark, c’est votre curiosité. Elle sera votre meilleure compagnonne pendant votre expérience danoise, et vous ne serez pas déçus. Si vous avez des questions, n’hésitez pas à revenir vers moi, j’y répondrais sans problème !

Vincent Colin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *