Skip to content
Slider

Blague ou secret d’État : pourquoi le raid de la zone 51 a-t-il tant fait parler de lui ?

Fin du mois de juin, un utilisateur Facebook un peu trop enjoué et un mystère datant de quelques décennies…voilà ce qui a suffit à déclencher un phénomène mondial qui a réussi bien malgré lui à faire trembler les terres névadiennes, mais peut-être pas de la façon attendue.

La zone 51, on explique ?

La zone 51, d’une dimension approximative de 155km² (compliqué de cartographier une zone censée rester secrète!), est une zone militaire secrète se trouvant au nord-ouest de Las Vegas, dans l’État du Nevada aux Etats-Unis. Cette zone est en activité depuis le milieu des années 1950, mais c’est bien lorsque Richard M. Bissell Jr. la redécouvre qu’elle devient une zone militaire. Située au creux de montagnes, elle lui apparaît comme idéale car imperméable aux regards alentours. L’objectif originel était alors le suivant : pouvoir tester les avions espions U-2 dans le cadre de la guerre froide contre l’URSS.

Cependant, un mythe se construit assez rapidement autour de cette zone, et ce pour une certaine raison : en effet, pourquoi suspecter cette zone et pas une autre ? Si les suspicions ne nous apparaissent pas comme surprenantes, car nous sommes en tant qu’humains toujours tentés par une petite dose de théories du complot, le choix de cette zone est moins évident. Dans un premier temps, c’est une zone qui est restée secrète aux yeux du monde jusqu’en 2013, « un éléphant caché dans le désert du Nevada » comme appelée par la presse, jusqu’à la parution d’un rapport sur la zone 51 réclamé par un historien. Cet historien, précisément employé des archives nationales américaines nommé Jeffrey T. Richardson, s’est basé sur le texte du Freedom of Information Act, qui est une loi obligeant les agences américaines à communiquer leurs documents à quiconque en fait la demande. Si sa demande remonte à 2005, c’est seulement en 2013 que la CIA publie pour la première fois des documents relatifs à cette zone si secrète. Plus qu’un secret militaire cependant, il y a de réels témoignages d’apparitions surnaturelles, extraterrestres, qui sont en fait complètement justifiés : en effet, dans les années 1950, les avions commerciaux volent à une hauteur de 3000 à 6000 mètres ; or, les U-2, eux, dépassent les 20 000 mètres. C’est une caractéristique qui les a fait apparaître comme des OVNI, surtout par le reflet du soleil sur le dessous de leurs ailes argentées qui les faisaient apparaître comme des objets enflammés (bravo la CIA!).

De plus, il est important d’évoquer « l’alien de Roswell », qui n’est cependant pas mentionné dans le rapport de 400 pages de la CIA. L’alien de Roswell serait un alien dont l’OVNI se serait écrasé au Nouveau-Mexique en 1947 et qui aurait été caché et étudié dans la zone 51. Le fait qu’un OVNI se soit écrasé au Nouveau-Mexique est un fait avéré ; cependant, rien n’affirme qu’il s’agit d’un OVNI extraterrestre. Il s’agit en tout cas d’une des apparitions supposées d’extraterrestres les plus médiatisées et les plus réputées dans la culture populaire d’aujourd’hui.

De nos jours, la zone 51 est une zone militaire comme une autre, malgré le nuage épais de mystère qui l’entoure, seulement fondé sur des suspicions des citoyens du monde entier.

Le raid du 20 septembre 2019

Ainsi, aujourd’hui, tout le monde ou presque connaît l’existence du mythe entourant la zone 51, et certains ne la connaissent même que sous cet angle-là ; tous les jours, on retrouve des blagues sur internet à ce sujet, et celle de Matty Roberts était censée rester, comme toutes les autres, inconnue et fondue dans la culture web globale. Cela n’a cependant pas été le cas et son événement Facebook « Storm Area 51, They Can’t Stop All of Us » [A l’assaut de la zone 51, ils ne peuvent pas tous nous arrêter] a atteint 2 millions d’utilisateurs. Rien cependant ne le différenciait des autres blagues que l’on peut trouver au sujet de la zone 51, et rien ne nous permet aujourd’hui de dire pourquoi celui-ci a marché plus que les autres, pourquoi les internautes s’en sont emparés sur tous les réseaux sociaux et en particulier sur les forums Reddit et ont permis un événement d’ampleur mondiale.

Une réelle organisation s’est créée autour de l’événement, des personnes ont pris ça très au sérieux, des youtubeurs connus ont promis de relater l’événement en direct ; bref, même le créateur de l’événement s’est dit extrêmement surpris des mesures gargantuesques mises en place pour répondre à son initiative. Il n’est cependant pas le seul à avoir été surpris ; le gouvernement états-uniens a en effet été obligé d’utiliser la force à l’aide de l’armée pour menacer quiconque voudrait tenter de pénétrer la zone très secrète ; en effet, même si aucun extraterrestre ne devait y être, il s’agit tout de même d’une base secrète militaire où y sont développées des technologies de défense et d’attaque qui ne doivent pas être connues de tous. Ainsi, c’est par la publication d’une photo d’un bombardier accompagné d’un mot doux « La dernière chose que les Millennials verront s’ils participent au raid aujourd’hui… » que les militaires ont fait savoir leur ressentiment face à ce raid. De quoi accueillir avec chaleur les 2 millions de personnes attendues en ce jour marqué d’une pierre blanche du 20 septembre 2019.

Un jour qui ne marquera cependant pas l’histoire, malgré les attentes de certains ; l’événement prometteur d’un raid violent qui visait à faire la lumière sur un immense secret états-uniens s’est muté en un festival de musique électro-rock. Très peu alien, donc !

Et, si les participants ont passé un moment mémorable et si les hôtels de la région ont fait de bons revenus, rien n’a été intenté dans l’optique d’une quelconque intrusion dans la base. De quoi nous laisser mi-figue mi-raisin, à la fois déçus de ne pas avoir de réponses tant attendues quant au secret de cette zone, mais à la fois soulagés de ne pas avoir eu à assister à un bain de sang qui aurait été inévitable ; en effet, le gouvernement avait renforcé ce jour-là les défenses de la zone et quiconque aurait tenté de s’introduire aurait été immédiatement abattu. On ne prend pas le risque de dévoiler au monde sa famille extraterrestre visiblement !

Ce que cela traduit de notre société

Si l’on en rigole cependant, l’idée d’une telle conspiration est plus importante et bien moins légère qu’une blague lancée un jour d’été. En effet, si le gouvernement états-uniens détenait en effet des extraterrestres dans cette zone au coeur du désert névadien, il s’agirait de quelque chose de grave, de mondialement préoccupant et le pire, c’est que ce ne serait même pas si surprenant. De plus, le fait qu’aujourd’hui, une zone militaire normalement dédiée à des activités militaires qui, elles non plus, ne sont pas d’un joyeux exceptionnel, soit sujette à de telles accusations « pour rire », est aussi problématique. Prétendre que des aliens seraient supposément dans cette zone en train de danser la chenille avec des militaires alors que des armes de destruction massive y sont testées n’est pas quelque chose qui devrait nous paraître normal aujourd’hui ; et si, en effet, l’usage des armes est aujourd’hui banalisé aux Etats-Unis surtout sous le gouvernement de Donald Trump mais ce depuis des centaines d’années de traditions, cela devrait choquer nos mentalités européennes ; ce n’est cependant pas assez le cas à mon sens.

Ce n’est cependant pas tout ; le fait qu’un raid soit intenté contre une réelle zone militaire, une zone à haut danger qui renferme des menaces aisément mortelles pour tout individu, est choquant. Nous en avons tous ri de ce raid, tout en connaissant très bien ces menaces ; c’est drôle de s’imaginer percer les secrets bien enfouis d’une zone supposément militaire ! C’est cependant bien moins drôle lorsque l’on s’imagine les conséquences graves que cela aurait pu avoir, se comptant en dizaines voire en centaines de morts. Bien heureusement, rien de la sorte n’est arrivé et les personnes sur place ont pu remuer leurs hanches sur de la bonne musique états-unienne, mais ça n’en reste pas moins alarmant. Il s’agit là plus d’un problème du côté des citoyens que du gouvernement ; bien que ce dernier n’ait peut-être pas fait assez pour permettre une réelle prévention des risques quant au raid, c’est l’inconscience des individus qui aurait pu risquer leurs vies, tout ça dans l’optique de percer le mystère des aliens. C’est une chose qui, de plus, n’aurait jamais pu être accomplie quand bien même certaines personnes auraient réussi à pénétrer la zone. En effet, les bâtiments centraux sont entourés tout d’abord d’une immense zone désertique elle aussi sévèrement défendue d’accès ; de plus, la majorité des bâtiments de la zone 51 sont en sous-sol, ce qui aurait handicapé l’opération. 

Aujourd’hui, n’importe quel sujet est rapidement et facilement tourné en dérision ; on rit bien vite de situations un peu délicates. Et si prétendre que rire de tout est possible est une chose, envisager envahir une zone militaire en est une autre bien différente, et cela montre que notre société est aujourd’hui prête à se mobiliser pour quelque chose estimé drôle et provocateur malgré les risques mortels que cela aurait pu très vite engendrer.

C’est un raid qui n’a cependant pas été efficace, chose cependant assez peu surprenante compte tenu de l’origine de cette initiative ; ainsi, ce ne sera pas aujourd’hui que nous percerons le mystère de la zone 51 et de la supposée présence alien sur Terre…

Louna Le Gall.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *