Skip to content

Julien Quintin - 21 mars 2020

PlayPause
Slider

L’école en Catalogne, institution au service du nationalisme

L’éducation a toujours été utilisée comme un vecteur de construction citoyenne. Mais en main des nationalismes, elle peut devenir un véritable moteur de construction identitaire. Retour sur le système éducatif catalan, véritable machine à fabriquer des indépendantistes.

Du consensus à la désunion

Depuis quelques années, l’Espagne est plongée dans une crise politique sans précédents. La Généralité Autonome de Catalogne, gouvernée par les nationalistes, a réaffirmé ses velléités d’indépendance, organisant à deux reprises, le 9 novembre 2014 et le 1er octobre 2017, des référendums d’autodétermination déclarés illégaux par le Tribunal Constitutionnel espagnol (1). Ce conflit s’est encore tendu le 14 octobre 2019 avec l’arrêt du Tribunal Suprême Espagnol (2) relatif au sort des dirigeants politiques catalans responsables de la mise en place du référendum d’autodétermination du 1er octobre 2017. La plus haute juridiction espagnole les a condamnés à des peines entre 9 et 13 ans de prison pour tentative de sédition et détournement de fonds publics.

En 1978, les électeurs catalans ont voté à 91% en faveur de la nouvelle Constitution qui instaurait une démocratie en Espagne après cinquante ans de franquisme (3). La crise économique de 2007 a, plus tard, frappé de plein fouet l’Espagne. En Catalogne, l’indépendance est alors apparue comme la réponse facile à un problème bien plus complexe. Effectivement, entre 2009 et 2014, le pourcentage de catalans y étant favorable est passé de 18% à 47% (5). Ce bouleversement de l’opinion a été confirmé lors des élections régionales de 2015, présentées par les nationalistes comme un plébiscite sur l’indépendance de la région : les partis nationalistes ont obtenu 47% des voix (4). Jamais assez pour prétendre représenter la volonté de la majorité des catalans, mais assez pour soulever d’importantes questions.

Comment expliquer qu’une partie si conséquente de la population catalane soit-elle passée, en l’espace de 37 ans, de l’approbation enthousiaste d’un nouveau projet démocratique commun au rejet de son appartenance à l’Etat espagnol ? Comment un projet d’indépendance a-t-il pu passer en seulement 37 ans d’une opinion marginale à une option politique partagée par presque la moitié des catalans ?

Une stratégie identitaire assumée

Depuis 1978, l’Etat espagnol n’a cessé d’accroître sa décentralisation, accordant une large autonomie aux Communautés Autonomes, ces administrations régionales dirigées par un gouvernement issu d’un Parlement élu lors d’élections régionales. La Catalogne possède depuis 1979 un Statut d’Autonomie (6) qui lui permet de disposer d’un Parlement, d’un gouvernement régional et d’une administration locale. Depuis 1979, cette Généralité de Catalogne est gouvernée par les nationalistes, favorisés par un mode de scrutin qui favorise les campagnes majoritairement nationalistes aux dépends de la côte et des grandes villes plutôt opposées à l’indépendance (7).

Jordi Pujol, leader de Convergencia i Unio (centre-droit nationaliste) et président de la Généralité de Catalogne de 1980 à 2003, a mené une véritable politique de construction d’un sentiment d’appartenance nationale. La meilleure illustration de cela est le « Programme 2000 » (8), stratégie conçue en 1990 pour renforcer le sentiment d’appartenance à la communauté catalane dans la société. Entre autres orientations, le texte proposait « une divulgation de l’histoire et du fait national catalan », « favoriser le sentiment national catalan des professeurs, parents et étudiants », « établir des accords avec les maisons d’édition pour l’élaboration et la diffusion [de manuels d’histoire sur le fait national catalan], avec des subventions si nécessaire », « stimuler le sentiment national catalan des étudiants et professeurs, promouvoir l’utilisation de la langue catalane dans tous les secteurs de la vie académique et de la recherche », « introduire des personnes nationalistes, d’un grand professionnalisme et de bonne qualification, parmi les secteurs clé des médias », « garantir l’utilisation du catalan sur toutes les vitrines, panneaux publicitaires, affiches, publicités et documentation commerciale », « promouvoir des organisations patronales, économiques et syndicales catalanes » et « que l’Administration s’identifie […] avec les valeurs nationales ».

L’Etat espagnol s’est désinvesti et n’a pas cherché à s’opposer à la mise en place de ce processus. Le mode de scrutin pour les élections législatives nationales étant proportionnel, il a permis la présence de partis nationalistes au Parlement national. Ces derniers se sont avérés utiles aux deux grands partis espagnols, le Parti Populaire (Droite) et le Parti Socialiste Ouvrier Espagnol (Gauche), lorsqu’il s’agissait de constituer des majorités d’investiture. En échange de la “gouvernabilité” de l’Espagne, les nationalistes catalans ont négocié encore plus de décentralisation et ont acheté une tranquillité quant à la mise en œuvre de leur processus de construction identitaire.

Le « Programme 2000 » de Jordi Pujol est explicite, et l’école n’y échappe pas, puisqu’il fallait « favoriser le sentiment national catalan des professeurs, parents et étudiants ». Le but de cet article est donc d’examiner l’instrumentalisation du système éducatif catalan menée par les gouvernements régionaux nationalistes dans l’optique de construire de citoyens favorables à l’indépendance.

La décentralisation espagnole, garante d’une marge de manœuvre

Les articles 148 (9) et 149 (10) de la Constitution Espagnole listent respectivement les compétences attribuées aux Communautés Autonomes et celles exclusivement réservées à l’Etat. L’éducation ne figure dans aucun de ces articles : en vertu de l’alinéa 3 de l’article 149, c’est une compétence qui peut appartenir à la Communauté Autonome dans le cas où elle le déciderait dans son Statut d’Autonomie. Bien évidemment, c’est ce qu’a fait la Catalogne pour le sien.

Plusieurs lois nationales sont venues encadrer l’enseignement, fixant progressivement un cadre très décentralisé. En 1980, la LOECE (11) garantissait une décentralisation de l’éducation tout en assignant à l’Etat le rôle de déterminer les programmes scolaires, de réguler les critères d’évaluation et d’inspecter que ces matières minimales soient bel et bien enseignées. Puis, la LOGSE en 1990 (12) a ouvert la porte à la possibilité pour les Communautés Autonomes de fixer le programme scolaire, à condition d’enseigner les manières communes minimales définies par l’Etat à hauteur de 55% du temps de cours maximum. En 2002, la LOE (13) a donné aux Communautés Autonomes la compétence de choisir le nom attribué aux matières « communes », leur permettant d’avoir une plus grande marge de manœuvre sur le contenu de ces matières, comme l’explique Frías del Val (14). La LOMCE (15) a été adoptée en 2013, et a redonné à l’Etat le contrôle absolu sur les évaluations au Collège et au Baccalauréat. Pour avoir de bons résultats, les écoles ont dû s’aligner sur ces exigences bien mieux définies, ce qui a permis à l’Etat de reprendre un semblant de contrôle sur des programmes scolaires déjà bien instrumentalisés.

Les manuels scolaires, outils de désinformation

Bien évidemment, l’administration locale gouvernée par les nationalistes a utilisé cette autonomie pour faire de l’école le vecteur principal de la construction d’une Nation catalane, et ce, en à peine 30 ans. Les manuels scolaires sont devenus des outils de désinformation : le rapport « Instrumentalisation nationaliste du système éducatif catalan, le cas du 1er octobre 2017 » (16) nous propose un florilège de photographies issues de manuels scolaires actuellement utilisés en Catalogne. Dans le manuel d’éducation civique pour élèves de troisième de la maison d’édition Barcanova, on trouve les phrases suivantes : « Toutes les Nations ont des symboles qui les identifient et les différencient. Les symboles nationaux de la Catalogne sont la senyera, Els Segadors et la Diada Nacional du 11 septembre », ou bien « Quand un groupe de personne occupe un espace géographique national, que celui-ci soit grand ou petit, il se distingue clairement de ses groupes voisins, et c’est alors qu’il constitue une Nation ». Y figure aussi une carte des peuples sans Etat en Europe : on y retrouve la Catalogne, mais aussi le Pays Basque, le Galice, la Bretagne, la Corse, la Savoie et les Flandres. La même maison d’édition, pour un manuel destiné aux élèves de quatrième, présente la fin de la guerre de succession (1701-1714) d’une façon très orientée, plaçant la Catalogne dans une position victimaire : « L’Etat espagnol va aussi mettre en place la persécution de la langue catalane. L’objectif de Philippe V était de punir les catalans pour leur rébellion et abolir des institutions locales qui avaient toujours mis en difficulté l’absolutisme. De cette façon s’achevait l’ère des pactes et le Roi espagnol pouvait gouverner la Catalogne sans aucun obstacle. Ainsi est né l’Etat espagnol”. Nul besoin de connaissances approfondies en Histoire espagnole pour savoir que son Etat ne s’est pas construit en 1714, et encore moins sur la répression de la Catalogne, largement exagérée au demeurant. On peut finir ce florilège avec le manuel de Langue et Littérature destiné aux CE2 de la maison d’édition VicenVives, qui compare la Catalogne, « le pays dans lequel tu vis », à d’autres Etats comme l’Inde ou le Maroc.

L’instrumentalisation de la langue

Mais ce ne sont pas les seuls programmes scolaires qui sont orientés en Catalogne : la langue est aussi utilisée pour diviser. L’article 3 de la Constitution Espagnole (17) dispose que le castillan est la langue officielle de l’Etat espagnol, mais que dans les communautés autonomes possédant une langue régionale, celle-ci peut être co-oficielle selon leur Statut d’Autonomie.

En Catalogne sont reconnues trois langues officielles : le catalan, le castillan et l’aranais (biens moins pratiqué). L’objectif qui devrait donc être poursuivi est le « bilinguisme intégral », reconnu par le Tribunal Constitutionnel Espagnol dans son arrêt du 23 décembre 1994 (18). A travers sa Loi de Normalisation linguistique de 1983 (19), la Généralité a donc mis en place sa politique « d’immersion linguistique » dont le but était de renforcer le catalan. Cette loi contenait des dispositions de l’éducation : deux heures par semaine seraient dédiées à l’apprentissage de la langue castillane et les matières générales seraient enseignées en catalan. Cela ne concernait pas les écoles privées, qui conservaient leur droit à enseigner en castillan. Il est significatif de rappeler qu’originellement, les partis nationalistes catalans y étaient défavorables, préférant un modèle ségrégé séparant les élèves étudiant en catalan et ceux étudiant en castillan. C’est le PSC, bras catalan du Parti Socialiste Ouvrier Espagnol (PSOE), qui a défendu cette politique au nom de l’égalité entre citoyens.

L’application de cette loi s’est vite retournée contre le bilinguisme et l’égalité, puisqu’au fur et à mesure, le castillan a été marginalisé du système éducatif catalan. De nombreuses voix se sont élevées contre cela, et ont été entendues par les juges : en 2010, le Tribunal Suprême Espagnol a rappelé que le catalan pouvait être le centre de gravité du système (20), mais qu’en aucun cas le castillan ne devait être exclu. En décembre 2014, un arrêt du Tribunal Supérieur de Justice Catalan (21) a fixé le minimum de cours enseignés en castillan à 25%. Pour autant, la marginalisation du castillan au sein du système éducatif public catalan n’a pas cessé. En mai 2019, l’association Assemblée pour une Ecole Bilingüe a présenté un rapport dans lequel elle défend que ces décisions de justice demeurent inappliquées en Catalogne. Les statistiques qui y sont rapportées mettent en évidence que moins de 8% (22) des collèges et des lycées enseignent au moins une matière en castillan autre que la langue castillane et que seulement 7,8% des écoles maternelles et primaires enseignent au moins une matière autre que la langue castillane en castillan (22). On est loin des 25% dictés par la justice, et encore plus loin du « bilinguisme intégral ».

Les principales tentatives de résistance internes ont été déjouées brutalement par les institutions catalanes. L’affaire Jordi Cantallop nous en livre un exemple frappant. En 2017, cet inspecteur académique de la Généralité de Catalogne a transmis plusieurs rapports mettant en évidence que « dans certains centres, grâce à un certain personnel scolaire, on trouve des exercices, des tags, des drapeaux sectaires ainsi que des pancartes qui peuvent facilement être considérés comme de l’endoctrinement scolaire et partisan » (23), et que les décisions de justice concernant le minimum de 25% d’enseignement en castillan n’étaient pas respectées. Face au silence de l’administration catalane, il a transmis sa préoccupation lors d’un interview dans le journal espagnol El Mundo (23). À la suite de cette interview, Cantallop a été limogé pour « faute grave ».

Ce contrôle du corps d’inspecteurs était déjà énoncé dans le « Programme 2000 » de Jordi Pujol, dans lequel il était énoncé qu’il faudrait « réorganiser le corps d’inspecteurs académiques dans l’optique qu’ils surveillent la bonne exécution des normatives sur la catalanisation de l’enseignement ». C’est dans cette même optique que le corps d’inspecteurs employés par la Généralité de Catalogne est composé à 80% de fonctionnaires intérimaires (24). Ce statut leur confère un statut précaire soumis au bon vouloir de l’administration qui les désincite à s’exprimer librement.

Une administration noyautée

Mais tout cela n’aurait pu se mettre en place sans un personnel éducatif majoritairement acquis à la cause indépendantiste. Les premiers impliqués sont les directeurs d’établissements scolaires. Le 29 septembre 2017, deux jours avant la tenue du référendum illégal, la Généralité de Catalogne orchestrait une cérémonie de remise des clés des établissements scolaires (25). Les directeurs de centres scolaires étaient conviés à une mise en scène durant laquelle ils devaient remettre les clés de leur établissement au président de la Généralité, Carlos Puigdemont. Ces clés devraient servir à ouvrir les établissements scolaires dans lesquels s’installeraient deux jours plus tard les urnes. Ainsi, ils ont donc majoritairement désobéi à la justice en facilitant l’organisation de ce référendum.

Les syndicats de professeurs ainsi que les associations de parents d’élèves, eux aussi, sont à grande majorité indépendantistes. Se déclarant défenseurs de l’école en catalan, ils n’hésitent pas à disqualifier toute critique, rapidement dénoncée comme venant des « héritiers de la formation de l’esprit franquiste » (Ramon Font, président du syndicat USTEC-STES) (26). Ils sont à l’initiative ou soutiennent de nombreuses grèves politiques et se rendent régulièrement aux manifestations en faveur de l’indépendance. Pour la grande majorité, leur communication est uniquement diffusée en catalan, ce qui peut sembler étrange alors que la langue habituelle de 48% des catalans est le castillan, contre 36% pour le catalan (27). Il convient aussi de souligner que les principaux syndicats de la gauche espagnole (Comisiones Obreras et UGT) tombent aussi dans ces travers, quand bien même le castillan est la langue majoritairement parlée au sein des classes populaires, très largement issues d’une immigration ouvrière provenant d’autres régions d’Espagne.

C’est grâce à cet engagement du personnel éducatif que de nombreux établissements ont perdu toute neutralité pour devenir des lieux d’affichage de la propagande indépendantiste. Le rapport de Societat Civil Catalana et de l’Assemblée pour une Ecole Bilingue rassemble de nombreuses photographies de ces affichages politiques sur les centres scolaires dans les semaines entourant le 1er octobre 2017 : on trouve sur les façades des rubans jaunes (réclamant la libération des politiques catalans condamnés pour sécession), des banderoles avec des slogans tels que « De l’école aux urnes », ou « Fin de la LOMCE : on veut une école en catalan », et même des drapeaux indépendantistes (28).

Condamnés au pessimisme ?

Ainsi, on peut affirmer que le nationalisme catalan a profité de la décentralisation pour mener un processus d’instrumentalisation des institutions dans le but de construire une identité nationale. Le système éducatif a été un des secteurs les plus touchés par ce noyautage nationaliste. Mais ce qui a été fait peut être défait. Dernièrement, de nombreux partis espagnols comme le Parti Populaire (Droite), Ciudadanos (Libéraux) et Vox (Droite radicale) se sont emparés de la question. “Recentraliser” n’est jamais une tâche plaisante, d’autant plus lorsque ce qui est remis en question est le système d’autonomie sur lequel s’est bâti la démocratie espagnole. Mais lorsqu’une des Communautés Autonomes ayant bénéficié de cette décentralisation a fait preuve d’un tel manque de loyauté, une « démocratie pleine » (29) telle que l’Espagne n’a pas à en rougir.  Une recentralisation est nécessaire si on veut maintenir la neutralité de l’enseignement et l’égalité entre les citoyens.

Mais la victoire du socialiste Pedro Sanchez aux élections législatives de novembre ne laisse présager rien de bon. Par ses alliances avec l’extrême-gauche, les nationalistes catalans (ERC), les nationalistes basques (PNV) ainsi que le bras politique de l’ancienne organisation terroriste ETA (EH-Bildu), le PSOE a perdu son rang de parti constitutionnaliste. Alors que l’Espagne affronte une des plus importantes attaques à l’Etat de Droit et à son intégrité territoriale, les indépendantistes sont rassurés. Avec Pedro Sanchez, ils pourront dormir tranquilles : la polarisation identitaire en Catalogne n’est pas finie de sitôt.

César Casino


Sources :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *